Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 21:01

Ruelle Bernage

De toutes les issues du village, elle est la plus au sud. Elle commence à l’endroit où se coude la Petite-Rue, puis prend la direction de l’île aux bœufs, laquelle, par là, n’est distante de l’agglomération que de cinq cents mètres.

Ce nom ne peut être que celui d’un propriétaire. Ainsi une Françoise Bernage était religieuse au prieuré de Fontaine-les- Nonnes (paroisse de Douy-la-Ramée), sous la prieure Louise de Marle (1571-1574), c’était la fille de Louis Bernage, avocat au Parlement, qui l’avait dotée de 500 livres et de 40 livres de rente. (Notice sur le Monastère de Fontaine-les-Nonnes, par A. Bonno, édition de 1888 pp. 32-33).

Le nom de famille Bernage était donc connu dans la région au XVIe siècle ; et vraisemblablement, quelque propriétaire de logis, jardin ou coin de terre, dénommé Bernage, fut l’occasion de cette dénomination dans le vocabulaire du village.

La Ruelle bernage portait déjà son nom en 1522. La déclaration faite par Guillaume Charles, le 6 juillet de cette année, des biens de l’Hôtel-Dieu de Varreddes et renouvelée le 9 mai 1618 par Laurent Vernier sur les bases établies en 1522, mentionne : « un quartier de pres assize en prairie de Varreddes, lieu-dit la ruelle Bernage et tenante d’une part sur ladite vieille déclaration a pierre de bois et d’autre à pierre vernon ». (Arch. Comm).

Le nom persiste en 1618. L’article 4369 du terrier rédigé cette année désigne « une maison de deux travées, masure… grand jardin à arbres et herbes contenant en total six quartiers de my tenant a la ruelle Bernage d’un bout, par hault a la rue Boutonneuse…’ (fol.409, recto).

On le retrouve en 1474 (Plan de la Seigneurerie de l’Hôtel-Dieu de Meaux au village de Varreddes). Il s’étendait même à tout un canton : canton de la ruelle Bernage, dix arpents et demy neuf perches 10 a 59 compris dans les 200 arpents 47 perches composant ladite Segneurie..

Ainsi qu’en 1785, dans la légende du Plan du fief du jardin à Varreddes. Un pointillé en rouge y passe de la rue Gabot à la ruelle Bernage, de la ruelle Bernage au chemin du port Lavoir, etc, etc …

Ruelle Bernard

Les cadastres de 1823 et de 1849 ne l’ont point conservé : preuve qu’il était alors tombé en désuétude dans le langage populaire.

Le canton de terre que ce chemin dessert y est appelé « la Ruelle Bernard ».

Seuls les actes notariés emploient l’antique dénomination pour désigner dans les immeubles sis en cette partie du village.

Encore sont-ils hésitants sur la forme authentique ; de concert avec les cultivateurs qui l’utilisent, ils en font « la ruelle Bernard », qui n’a plus avec le terme d’origine qu’une vague consonance.

Chemin du port-Lavoir

Il n’est que la ruelle Bernage prolongée sous ce nouveau nom. Le terrier de 1618 l’a contrefait en l’orthographiant ‘porcq’ (articles 4034 à 4049), puis ‘lavouer’ (prononciation locale des mots terminés en ‘oir’).

Le plan de 1747 lui restitue sa forme authentique port-lavoir (sinuosité de la rivière offrant un endroit propice au lessivage du linge).

Source : bulletins paroissiaux.

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre
commenter cet article

commentaires