Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 23:25
Statue de Youri GAGARINE

60 ans aujourd’hui, le 12 avril 1961, la Russie envoyait le 1er homme autour de la terre : Youri GAGARINE.

Tout a commencé 4 ans avant le 4 octobre 1957 avec le lancement du premier satellite artificiel de la Terre. Spoutnik, signifiant en russe « compagnon de route » ou « satellite ».

Spoutnik 1, est ce 4 octobre 1957, mis sur orbite par la fusée R-7, conçue par l’ingénieur Sergueï Korolev (rescapé du goulag). Les russes ayant le sens du secret il se garde bien de mentionner le nom de cet ingénieur. Le KGB présente à la presse occidentale Leonid Sedov, physicien membre de l’Académie des sciences de Russie, comme le « père » du Spoutnik.

La seule fonctionnalité de cette sphère de 58 cm de diamètre et d’une masse de 83,6 kg a été l’émission d’un « bip-bip » sur les fréquences radio 20,005 et 40,002 MHz.

Spoutnik, satellisé tournait autour de la Terre en environ 98 minutes sur une orbite elliptique à une altitude comprise entre 230 et 950 Km.

Spoutnik, a marqué le début de l’ère spatiale et un vrai traumatisme pour les États-Unis (un « Pearl Harbort technologique », titrait le New York Times. La désintégration dans l'atmosphère de Spounik 1 eu lieu le 4 janvier 1958.

Nous sommes le mercredi 12 avril 1961, tout sourire avec sa tête à la « Tintin » et à peu près la même taille (1,59m), que le journaliste des bandes dessinées d’Hergé, ce qui tombe bien pour pouvoir tenir dans ce satellite en aluminium de 2,30m de diamètre, avec un volume habitable de 1,6 m3.

La fusée géante qui permet le lancement du satellite est inspirée des principes appliqués par les nazis aux premiers missiles balistiques : les V2.

Dans son module, mis en orbite à 327 Km d’altitude, Youri Gagarine n’a rien à faire, si non que de laisser les techniciens de la base de Baïkonour guider le vaisseau.

Ce voyage de 1h 48 minutes autour de la Terre, ne fut pas de tout repos, il frôla la mort à plusieurs reprises, son module ayant été dirigé par erreur vers une orbite trop longue, il a été retenu grâce au bon fonctionnement du rétrofreinage de secours.

Pour le retour sur le « plancher des vaches », quelque part en Sibérie, il s’éjecte quelques minutes avant l’atterrissage et c’est en parachute, à 7000 mètres d’altitude qu’il termine sa balade.

Les américains ont du mal à avaler le nouvel exploit des russes. Le président John Kennedy relève le défit le 25 mai, dans un discours retentissant en promettant qu’un Américain marcherait sur la lune avant la fin de la décennie.

Gagarine, ne verra pas les premiers pas Neil Armstrong, sur la lune le 20 juillet 1969, trouvant la mort au cours d’une mission d’entrainement le 27 mars 1968, à 34 ans.

Partager cet article
Repost0

commentaires