Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2021 7 20 /06 /juin /2021 11:00

 Fouesnant

Eglise St Pierre

Petite balade ’généalogique’ de quelques jours dans le Finistère… et découverte de la région.

C’est à Fouesnant, village qui comptait environ 3400 habitants en 1914 et perdit 180 de ses enfants pendant la Grande Guerre, que nous avons retrouvé nos trois vétérans, morts pour la France.

Histoire de ce monument

Comme presque toutes les communes de France, dès la fin de la guerre de 14-18, les municipalités ont souhaité rendre hommage à leurs morts en élevant un monument à leur mémoire.

En 1920, le comité de Fouesnant en charge du "monument" décide qu’il symbolisera les souffrances d'une mère fouesnantaise en costume de deuil dans une attitude de résignation et de prière.

Parmi les Fouesnantaises, Marie Jeanne Nézet a non seulement perdu 3 de ses enfants (Jean, Pierre et Christophe) mais un autre fils, Yves, gazé et un de ses gendres revenu invalide, ayant eu les pieds gelés au front.

Le comité choisit donc cette femme qui représentera ce symbole, œuvre de René Quillivic, statuaire originaire de Plouhinnec.

Le poème que lui a consacré Marcelle Duba en constitue la meilleure description :

                       C’est la vieille maman de la terre Bretonne,
                       Qui pleure sur ses fils tombés au champ d'honneur,
                       Visage buriné par l'âge et la douleur,
                       Que je veux saluer sous le ciel monotone.
                       Seule...Point de soldat ou d'ange qui claironne,
                       Monument sobre, unique et de telle valeur,
                       Qu'on admire en passant la femme et le sculpteur,
                       Déposant à leurs pieds une même couronne.
                       Adossée à l'église et face au cimetière,
                       Coiffe de deuil, debout, recueillie, en prière,
                       Marie Jeanne, mère immortelle de Fouesnant,
                      Du pays tout entier n'est-elle pas l'image?
                      Gravité, force et grâce, où l'esprit va glanant,
                      Des bois remplis d'oiseaux aux féeriques rivages."

 

Moment de grande intensité et d’émotion à la lecture des 180 héros pour découvrir le nom de nos aïeux gravés dans la Kersantite (roche magmatique filonienne) du monument.

LAHUEC Corentin et Yves - LANNURIEN Emile

Le tout premier monument aux morts a été érigé le 11 novembre 1919, un an après l'armistice. Il se trouve sur la commune de Peyrieu, dans l'Ain.

C’est un couple d'Américains, les Hoff, vivant alors à Peyrieu (01), qui ont eu l'idée de faire ériger un monument à la mémoire des soldats défunts de la petite commune. Sur la pierre, 38 noms sont gravés... 

Et c’est le dernier monument aux morts de la guerre 14-18 fut érigé au Père Lachaise, le 11 novembre 2018, à l'occasion des commémorations du centenaire de l'Armistice.

La Ville de Paris, ne possédait pas encore de Monument dédié aux 94 415 morts et 8 000 disparus parisiens, de la Grande Guerre de 1914-1918.

 

A suivre Plozévet

 

Partager cet article
Repost0

commentaires