Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2021 7 25 /07 /juillet /2021 16:55

Le Phare de Port-Navalo

Phare de Port-Navalo

Superbe balade à faire : le tour de la pointe de la presqu’ile de Rhuys sur le chemin de la corniche, ancien chemin des douaniers de Port-Navalo. Depuis le dessus d’un ancien bunker, assis sur le banc, la vue des bateaux entrant ou sortant du golfe est un véritable spectacle, voir les bateaux lutter contre le courant… où se laisser glisser.

Magnifiques vues le long de ce chemin sur les Iles d’Houat, Hoëdic, Belle-Île, sans oublier la presqu’ile de Quiberon.

Une voie d’accès bien connue aujourd’hui, mais qui n’a pas toujours été sans risque.

Le phare de Port-Navalo, fait face à Locmariaquer, marque l’entrée du golfe du Morbihan, et l’alignement avec le phare de la ‘Teignouse’ trace l’axe permettant d’entrer sans encombre dans le golfe du Morbihan.

Ancien chemin des douaniers

Phare de Port-Navalo

L’emplacement de ce phare, fut au départ sujet à d’âpres discussions entre l’administration qui veut éclairer l’entrée du golfe et les marins qui souhaitent se protéger du dangereux chenal de la Teignouse entre Houat et Quiberon.

Les marins souhaitaient que le phare soit sur le haut du Petit Mont, les bureaucrates ont finalement implanté en 1840 une petite maison-phare à l’entrée du golfe sur les hauteurs d’Arzon face à la pointe de Kerpenhir à Locmariaquer. Celle-ci subit quelques travaux de modernisation en 1865.

Au XIXe siècle, le trafic augmente encore et on se rend compte que sa portée est trop faible. Une seconde tour est construite, accolée au pignon opposé de la maison de fonction, en 1895. Sa portée est beaucoup plus puissante, mais n’a pas suffi à sauver le cuirassé France en août 1922. Celui-ci effectuait des manœuvres au large de Quiberon et voulait rentrer à marée basse lors d’un coefficient de 106 et à 1h du matin, il s’éventre sur une pierre inconnue des cartes maritimes. Naufrage qui fit trois morts.  La coque fut découpée 16 ans plus tard en 1938 et l’épave enlevée en 1958 !!

Deux phares à Port-Navalo.

Le phare originel est la plus petite des deux tours visibles de part et d’autre de la maison du gardien. Datant de 1840, doté d’un feu fixe blanc placé à 10 mètres de haut, renforcé en 1864 en direction de la Teignouse. Ce phare fonctionna à l’huile végétale jusqu’en 1875, puis à l’huile minérale jusqu’à son extinction.  Mais il n’était pas assez haut pour qu’il soit efficace.

Deux paramètres conditionnent l’efficacité d’un phare : Une hauteur qui dépasse l’horizon et une lampe de puissance adéquate pour être visible de loin tout en économisant l’énergie.

De ce fait, en 1895, une nouvelle tour de 21 mètres fut construite, hauteur de la focale : 18,9 mètres. Son altitude de base est de 12,9 mètres.

Ce second phare fonctionna à la vapeur de pétrole jusqu’en 1930, date de son électrification. Automatisé en 1982, la lanterne (focale de 0,25) est actuellement équipée d’une lampe à halogène de 180 w (secourue par une lampe halogène de 90w) qui qui porte à 14,4 milles (environ 27 km) d’un feu blanc, rouge et vert à trois occultations toutes les douze secondes.

Il revient de loin.

Durant l’occupation l’armée allemande considère ce phare comme secondaire, le laisse à l’abandon et démonte l’optique en 1942 et veut le dynamiter en 1944. Grâce à l’ingénieur, monsieur Le Net, il ne fut pas détruit. Celui-ci a su convaincre l’occupant par cette phrase célèbre : « Les phares n’appartiennent à personne car ils servent à épargner les vies des marins de toutes les nations et celles de leurs passagers ».

Passage et phare de la Teignouse

Le courant vers Port-Navalo

On ne peut parler du phare de Port-Navalo, sans parler du passage de la Teignouse et de son phare.

Le passage de la Teignouse, le plus dangereux du Morbihan est le détroit qui sépare l’île de Houat et la presqu’île Quiberon, il est signalé aux marins par le phare portant le nom du rocher sur lequel il est construit.

En effet, chaque phare en mer de France possède le nom du rocher sur lequel il est construit, à l’exception du phare de Kéréon à Ouessant, qui porte le nom de la famille des donateurs qui l’ont financé.

Le phare de la Teignouse

Phare de la Teignouse (image internet)

Il porte donc le nom de la plus grosse roche d’une bande de plus d’un kilomètre que les marins appelaient autrefois « La Teigneuse ».

Situé au large de la pointe du Conguel au sud-est de Quiberon, c’est le premier phare en mer construit dans le Morbihan. Son emplacement est stratégique puisque pour franchir ce fameux passage il faut virer dans trois chenaux successifs qui, selon les marées, peuvent créer un goulet hydraulique extrêmement puissant et dangereux. A marée basse le fond est de 10 mètres et le double à marée haute. Ce passage permet l’accès à la fois à Quiberon, Houat, Belle-Île et le Golfe du Morbihan. C’est dire l’importance du phare pour tous les navires qui naviguent dans les parages !

Les travaux de construction débutent en 1843, 5ème phare construit au large des côtes françaises, la technique n’est pas encore au point et les conditions de construction sont difficiles. Durant les premières années de mise en service, les pannes dues à cause d’une mauvaise rotation des optiques, sont fréquentes.

Grâce à l’invention géniale de FRESNEL :  faire flotter l’optique sur un bain de mercure, ce qui évite les frottements et le grippage, il sera en 1886 le premier phare au monde doté de cette invention.

Fresnel, avait inventé une lentille à échelon (dite lentille de Fresnel – 76 cm de côté et 92 cm de focale), en 1822 pour remplacer les miroirs utilisés dans l’éclairage des phares de signalisation marine. Dès 1823, les phares en furent rapidement équipés, le premier fut le phare de Cordouan dans l’estuaire de la Gironde.

Fonctionnement du phare

Il fonctionne à l’huile végétale, puis minérale à partir de 1875, passera à la vapeur de pétrole en 1904, et électrifié en 1983, il est automatisé la même année. Aujourd’hui, il possède des panneaux photovoltaïques.

A la base du phare, deux gardiens y vivaient pendant plusieurs mois consécutifs, dans des conditions difficiles dues aux logements trop proches du niveau de la mer, qui les rendaient froids et humides. L’eau, la condensation ruisselant à l’intérieur des pièces, les postulants ne se précipitaient pas à venir…  et y rester !

Caractéristiques :

Hauteur totale : 20,05 mètres

Hauteur de la focale : 16,35 mètres

Altitude de base : 3,2 mètres

Portée : 14,5 milles

Feu : éclats réguliers normaux avec un rythme : L=1s / o=3s / T= 4s, feux fixe d’horizon 360°

Focale de 0,25 at lampe halogène 180W

Source : Ministère de la mer

Partager cet article
Repost0

commentaires