Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 09:44
Epave (photo internet)

Que reste t'il du Titanic?

Depuis sa collision avec un iceberg, l’épave de l’immense navire gît par 3 800 mètres de fond, au large des côtes canadiennes de Terre-Neuve.

La vie abonde autour du Titanic, les scientifiques ont remarqué des crabes, crevettes et de gros poissons, des grenadiers.

La première exploration remonte à 1987, deux ans après la découverte de l’épave, et depuis les scientifiques partagent leurs découvertes grâce à un submersible qui permet d’aller au plus près de ce qu’il reste du navire.

Depuis juin 2021, la société américaine d’exploration des fonds marins « OceanGate » mène une grande expédition sur le site où repose l’épave.

Les premières conclusions font état d’une coque qui se désagrège peu à peu, grignoté par des milliers d’organismes.

Selon les scientifiques, des microbes rongent le fer de l’épave, créant ainsi « des rusticles, c’est-à-dire une forme de métal beaucoup plus fragile, à l’apparence de stalactites (Parks Stephenson, un des historiens de l’épave)., et au fil du temps, la matière se dissout en morceaux de plus en plus petits et finit par être emportée par les courants océaniques. »

Erin Field, microbiologiste à l’université East Carolina et membre de l’équipe de scientifiques qui explorent l’épave, relate que « La zone de détérioration la plus impressionnante est le côté tribord où se trouvaient les quartiers des officiers. La baignoire du capitaine a maintenant disparu.

Tout le trou du pont de ce côté est en train de s’effondrer en emportant avec lui les cabines. La détérioration continue de progresser, Les hublots se désagrègent progressivement.

« Il y a plus de vie sur le Titanic maintenant qu’il n’y en avait lorsqu’il était à la surface, précisait en mai 2021 et non sans ironie la microbiologiste canadienne Lori Johnston dans les colonnes du Belfast Telegraph : Ce n’est pas de la vie humaine, c’est de la vie biologique et organique. »

 

Le temps presse

Les scientifiques ont bien conscience que le temps presse. « L’océan fait son œuvre », confirme Steve Ross, chercheur à l’université de Caroline du Nord.

« L’épave est le seul témoignage qu’il nous reste aujourd’hui de la catastrophe du Titanic » survenue le 14 avril 1912, soulignait en 2019 au micro de la BBC, Robert Blyth, du National Maritime Museum de Greenwich.

Près de 110 ans après son naufrage, grignotée par la mer, l’épave du Titanic pourrait disparaître à l’horizon 2030.  

Sources : Le Titanic, vérités et légendes, de Gérard Piouffre (éditions Perrin), et Les rescapés du Titanic, de Bernard Géniès et France Huser (éditions Fayard), France Ouest.    

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires