Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2022 6 03 /09 /septembre /2022 16:44

Nous vivons une très forte canicule, mais à l'évidence il n'y a rien de nouveau sous le soleil ! Quelques exemples :

 

XIIe siècle

En 1132 en Alsace les sources se tarissent, les ruisseaux s'assèchent et le Rhin se traverse à pied. La chaleur est si intense en 1152 que l’on peut faire cuire des œufs dans le sable.

 

XIIIe siècle

En France, la récolte d’avoine et de seigle sont totalement détruite par la chaleur en 1276 et 1277.

 

XIVe - XVIe - XVIe et XVIIe siècle

La Seine, la Loire, le Rhin et le Danube peuvent être traversés à pied en 1303 et 1304, ainsi qu’en 1538, 1539, 1540 et 1541 où les rivières européennes sont littéralement asséchées.

En 1556 la sécheresse est généralisée dans toute l’Europe. Trente plus tard, en 1615 et 1616 la canicule s'abat sur la France, l’Italie et les Pays-Bas.

En 1646 il y eut en Europe 56 jours consécutifs de grandes chaleurs. En 1676 des canicules à nouveau.

 

XVIIIe siècle

Les mêmes événements se produisirent. Remarquons au passage que cela est cyclique, environ tous les dix, trente ans.

En 1718 il n’y eut aucune pluie entre les mois d’avril et octobre. Canicule ayant fait 700 000 morts ! Les récoltes furent brûlées, les rivières asséchées et les théâtres à Paris sont fermés sur ordre du Préfet de police en raison des températures excessives (45 degrés).

En 1746 l’été fut particulièrement chaud et sec, les récoltes furent littéralement calcinées.

Pendant plusieurs mois il n’y eut aucune pluie. En 1748, 1754, 1760, 1767, 1778 et 1788 les chaleurs d’été sont extrêmes.

 

XIXe siècle

En 1818, le scénario de 1718 se reproduit, la chaleur atteint 35 degrés, les théâtres parisiens restent fermés pendant un mois.

Pendant les 3 Glorieuses (27, 28 et 29 juillet 1830), le thermomètre affiche des températures de 36 degrés.

Lors de l’insurrection du 6 juin 1832, le thermomètre affiche 35 degrés.

La Seine est presque à sec en 1835. En 1850, au mois de juin, au cours de la seconde épidémie de choléra de l'année, le thermomètre affiche 34 degrés.

Ces faits sont tous vérifiables dans les archives, la presse de l’époque, les écrits de paysans qui tenaient leurs journaux et non pas comme on veut nous le faire croire de je ne sais quel site complotiste,

 

En fait, il y a toujours eu, depuis l'antiquité, des alternances de périodes chaudes et de périodes froides sur le globe terrestre ...

A moins de vouloir rester sur la certitude que la canicule actuelle est un phénomène exceptionnel qui n'a encore jamais eu d'antécédents, car provoqué par l’activité humaine... Sans oublier la relation CO2/températures qu'on nous assène comme étant un dogme indiscutable (Le CO2 est loin d’être nuisible, il est même vital pour la nature).

 

Serions-nous encore victimes d'enfumage, terrain de jeux favori de nos politiques ?... Faire joujou avec les conseils de sécurité : la covide, la sécheresse, la canicule, le manque d’énergie etc, etc. Gouverner par la peur, restreindre les libertés,

"That is the question" !

Partager cet article
Repost0

commentaires