Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 21:02

Les otages de Varreddes – Septembre 1914

 poilus.jpg

En cette période ou la France commémore le centenaire de la Grande Guerre, Je vais essayer de vous faire vivre la tragédie des Varreddois, dont les livres d’histoire ne parlent pas, rendant ainsi hommage, à ces hommes et ces femmes otages de la barbarie de la guerre.

Du 5 au 10 septembre 1914, au cours de la ‘bataille de l’Ourcq’, dénommée également ‘la bataille du Multien’, Varreddes est assurément le village où l’ennemi a laissé les souvenirs les plus cruels, marquant le village à tout jamais.

Cette page d’histoire de la commune comportera environ 20 textes, résumé en avant première d’une conférence qui aura lieu courant novembre.

Les sources et crédits photos seront mentionnés en fin de récit.

soldats-metro.jpg

L’ambiance à la veille de la Grande Guerre

 Dans la plupart des rues de Paris, en cette belle matinée du 3 août 1914, les drapeaux ornent les fenêtres.

Quelques boutiques portent un écriteau sur leur porte : « fermé pour cause de mobilisation, le propriétaire est aux armées ».

Les épiciers enlèvent de leur devanture ce qui peut rappeler l’Allemagne et l’Autriche : pain viennois, bière de Munich ; etc…

Quand passent les détachements de troupes, on s’arrête, on salue et aussitôt des cris :

« Vive la France ! », « On va reprendre notre revanche sur la défaite de 1870, reprendre les provinces d’Alsace et de Lorraine » ; « Nous serons rentrés à la saison des vendanges ! », etc, etc…

Ces anecdotes sont symptomatiques : la lutte contre l’ennemi unit les Français dans leur désir de vaincre.

C’est dans cette ambiance joyeuse que la Grande Guerre va commencer :

1560 jours de guerre qui coûteront, rien qu’à la France, 1 397 000 morts et 2 560 000 blessés.

 

La bataille de l’Ourcq : Contexte de la bataille

 Ourcq-copie-1.jpg

La bataille de l’Ourcq est un épisode de la bataille de la Marne qui met aux prises la VIe armée française composée de la brigade Marocaine, une partie de l’armée anglaise et la 1ère  armée allemande.

La bataille des frontières (du 20 au 24 août 1914) ayant échouée (Plus de 40.000 soldats français seront tués, sans compter les blessés, fera de ce mois d’août le plus meurtrier de toute la guerre de 14 avec plus de 80.000 tués), Joffre doit prescrire la retraite jusqu’au moment où l’occasion se présentera d’arrêter puis de refouler les armées allemandes.

Il constitue à sa gauche une masse importante qui tentera de déborder la droite allemande : c’est la VIe armée, sous le commandement du général MAUNOURY

Entre temps, les armées allemandes poursuivent leur marche inexorable (jusqu’à 40 km par jour), en particulier la 1ère armée allemande qui cherche depuis Mons à encercler les Anglais, mais ceux-ci se dérobent en traversant la Marne.

Au lieu de marcher sur Paris, comme le prévoit le plan Schlieffen, l’armée de von Kluck défile à l’est de Paris en talonnant l’armée anglaise, inconscient du danger que peut présenter pour le flanc de son armée une attaque venant de Paris. Il ne dispose d’ailleurs d’aucun renseignement sur l’importance des troupes qui stationnent dans la région parisienne.

Le Commandement suprême allemand (L’O.H.L. Obere Heeresleitung), consciente du danger, prescrit à von Kluck d’assurer la couverture des armées allemandes en restant en retrait d’une journée de marche par rapport aux autres armées.

Or, von Kluck est en avance d’une journée par rapport à son voisin, von Bülow. Il devra stationner deux journées, ce qu’il juge inacceptable, il poursuit sa route, enfreignant les ordres du commandement suprême.

Nota : Les sources et crédit photos seront mentionnés en fin du récit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre - dans Varreddes
commenter cet article

commentaires