Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 20:51


Nous sommes en 46 av J-C. Jules César (101 - 44 av J.C), Jules César qui cumule les fonctions de Dictateur (pour 10 ans) et de Grand Pontife intervint...

A cette époque régnait à Rome un désordre extraordinaire dans le compte des jours. Les Pontifes, ayant le droit d'intervenir à volonté dans la durée de certaines périodes faisaient du calendrier un moyen de corruption et de fraude ; ils prolongeaient la magistrature de leurs  amis, abrégeaient  celles  de  leurs ennemis, avançaient  ou retardaient les échéances, permettaient aux fermiers du fisc de rapides bénéfices ou les amenaient à la faillite.

Avec ces abus, on en était arrivé à célébrer au printemps la fête d'automne (les Autumnalia) et la moisson en plein hiver.

Ceci étant, Jules César lui-même, a profité de ce désordre. Pontifex Maximus depuis -52 ; il n'a décrété qu'une seule fois un mois intercalaire, pourtant c'est lui qui instaurera le nouveau calendrier qui porte son nom.

            J. César             

De retour d'Egypte il ramena (en même temps que Cléopâtre) l'astronome grec Sosigène, établi à Alexandrie, et le prit pour conseiller.

 Sur les conseils de Sosigène, Il fut décidé que le futur calendrier ne tiendrait aucun compte de la lune et s'ajusterait le mieux possible à l'année (tropicale), le calendrier julien serait donc essentiellement solaire (C'est la réforme julienne).

 A cette époque, la longueur de l'année et des saisons n'était pas connue avec une grande précision, la réforme reposa donc sur l'hypothèse que l'année tropique comporte exactement 365 jours 1/4, ce qui est assez surprenant.... car Sigogène ne pouvait pas ignorer les travaux fait 100 ans plutôt par Hipparque, le plus grand astronome de l'antiquité, qui avait reconnu que l'année est inférieure à 365 jours 25 et lui avait attribuée une longueur de 365 jours 5 heures et 55 minutes.

La valeur moyenne de l'année julienne fût quand même fixée à 365 jours 6 h.

La vraie valeur est un peu plus courte 365 jours 5 heures et 49 minutes environ.

Pourquoi Sosigène a-t-il volontairement oublié ces 6 minutes ? , cela lui paraissait-il négligeable ? On ne sait, et pourtant...

 L'année civile, par commodité doit comporter un nombre entier de jours, il fut décidé que l'année commune comportera 365 jours, donc trop courte d'un 1/4 de jour.

Pour lier le calendrier aux saisons et que les phénomènes astronomiques qui les gouvernent se reproduisent aux même dates, il fût décidé de combler ce déficit d'un quart de jour par un jour additionnel tous les 4 ans.

Sage précaution, car sans cette remise à l'heure l'écart atteindrait 30 jours en 120 ans et l'accumulation séculaire des jours manquants ferait dériver l'année au fil des saisons, l'équinoxe de printemps quittant mars pour avril, puis  en mai, etc...

  Les Egyptiens ont connu et accepté cette incommodité pendant  4000 ans environ.

  Pour la petite histoire 2 siècles avant César, le roi d'Egypte Evergète avait décrété l'addition quadriennale d'un jour, mais le peuple y resta rétif.

Sosigène proposa simplement la réforme  qu'Evergète n'avait put faire.

 Jules César se rallia à ce principe et institua tous les 4 ans, une année de 366 jours, fondant ainsi les années bissextiles.

  • Il attribua ce jour supplémentaire (bissexte) au mois de février, dernier mois de l'année chez les Romains,  mois cours de 28 jours, mois néfaste.

Les Romains consacraient  les mois aux nombres pairs aux dieux infernaux  et ceux aux nombres impairs étaient tenus pour favorable aux dieux supérieurs.

Pour ne pas choquer les superstitions de ses concitoyens, Jules César adopta donc une règle compliquée....

  • Il doubla le 24ème jour de février qui portait le nom immérité de 6ème avant les calendes de mars, (1er mars).

Le jour supplémentaire fut dit: bis-sextus calendas martias (d'où le terme bissextile).

  • Il fut également décidé que l'équinoxe de printemps coïnciderait avec le 25 mars. Pour porter remède à ce désordre l'année 708 de la fondation de Rome 46ème avant notre ère, comporta 445 jours (443 selon certains historiens), et fut appelée par César ‘année ultime de la confusion' ( ultimus annus confusionis)

 " Cicéron écrivit : non  content de soumettre le monde entier, Jules César entreprenait maintenant de mettre les astres sous ces ordres"

 Dans la foulée, César ramena le début de l'année du 1er mars au 1er janvier, date à laquelle les consuls entraient en charge.

César fut amené à ajouter 67 jours (2 mois de 33j et 34j entre novembre et décembre) à l'année 46 av. J.C. qui compta 443 jours selon Marcobius (De Die Natalis, XIV-3) ou 445 jours selon Censorinus :

"[César] plaça entre novembre et décembre 2 mois intercalaires de 67 jours, bien qu'on eût déjà intercalé 23 jours en février, de sorte qu'il fit cette année de 445 jours, qui fut appelée année de confusion".

Le nom des mois était inspiré du calendrier traditionnel (romain), et l'année commençait en janvier.

 Le calendrier julien entra en vigueur aux calendes de janvier de l'an 709 (ou 708 selon d'autres auteurs) ab Urbe condita (1er janvier -45).

Le 1er janvier de l'an 45 avant notre ère inaugure la réforme julienne.

 Tout est en ordre, début de l'année au 1er janvier, l'année julienne comporte 365,25 jours, oui mais pas de chance l'année tropique a 365,2422 jours soit 0,0078 jours de moins que l'année  des saisons.

Cet écart de 11 minutes 14 secondes est négligeable si l'on s'en tient à la durée de la vie humaine, mais à l'échelle du temps...

 Comme tout n'est pas simple, la réforme Julienne fut d'abord mal appliquée.

Les pontifes intercalèrent une année bissextile tous les 3 ans au lieu de tous les 4.

Au bout de 36 ans, on avait ainsi intercalé 12 années bissextiles au lieu  de 9.

Auguste (le successeur de Jules César) ordonna alors que pendant 12 ans que l'on ne fasse aucune année bissextile.

La réforme julienne reprit sa justesse.

En récompense, le Sénat romain donna à sextilis (6ème mois) le nom d'augustus.

 Mais, malgré cela  le système de César ne rempli  pas exactement les conditions nécessaires à une fixité définitive.

Sosigène sait donc trompé de 24 heures au moins dans la détermination de l'équinoxe de l'an avant notre ère ?

 Avant de voir les conséquences de l'erreur de calcul de Sosigène, attardons nous sur les premières années bissextiles.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre - dans Calendrier
commenter cet article

commentaires