Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 20:17

camembert.jpg

 

On attribut l’invention du camembert à Marie Harel, née Marie-Christine Fontaine, le 28 avril 1761, à Crouttes, (la maternité de Camembert). Elle se marie en 1785, avec Jacques Harel et s’installe à Roiville, où fermière, elle fabrique du fromage comme tous les habitants de la région à cette époque.
Ce fromage de Normandie ne s’appelle pas encore ‘Camembert’, mais était déjà fort connu et réputé. Charles Estienne, écrivain, parle du fromage de Normandie en… 1554. Thomas Corneille, le frère de Pierre, parle des ‘fromages de Camembert’ en 1708, dans son traité de géographie : « il se tient  à Vimotiers tous les lundis, un gros marché où l’on apporte les excellents fromages du païs de Camembert ».
1789, c’est la Révolution, tous les prêtres catholiques en France doivent jurer fidélité à la nouvelle République. Ceux qui refusent sont exécutés ou exilés. Quelques-uns choisissent  de se cacher à la campagne en attendant des jours meilleurs. C’est ainsi que de juillet 1796 à février 1797, le moine bénédictin Charles-Jean Bonvoust, originaire d’Alençon, est caché par la fermière augeronne. Aurait-il donné le secret du fromage de son monastère ? Cette question est restée sans réponse, d’autant plus que les archives ne mentionnent nulle part son appartenance à une communauté religieuse fromagère.
Ce prêtre fut arrêté le 19 septembre 1797 à Croisille, près de Camembert et le procès-verbal de son interrogatoire au tribunal d’Alençon ne fait pas état d’un quelconque séjour à … Camembert !
St-Christophe-copie-1.JPGUn autre prêtre réfractaire, un briard celui-là, l’abbé Jean-Antoine Gobert, curé de St Christophe à Meaux, quitte la France pour rejoindre son évêque en exil, à Fribourg en Suisse, et non comme le dit la légende, pour gagner l’Angleterre via Camembert.

             indication.JPG

  Vestige du portail der l'église St Christophe, rue du Grand Cerf à Meaux, avec sa plaque commémorative.

 

 Alors comment cette femme a-t-elle eu ce ‘secret’ ? Il se pourrait que cette jolie légende du prêtre briard est été inspirée par les descendants de Marie Harel qui souhaitaient ainsi lui rendre hommage, et par la même occasion valoriser une production dont ils étaient les seuls à détenir le ‘secret’ de fabrication. Toujours est-il que Madame Harel, a bien fabriqué un fromage à qui elle donna le nom de ‘Camembert’, nom de son village natal.
Ce fromage de Normandie, sans protection sur sa fabrication, est bientôt imité dans la France entière et même hors de nos frontières, sous le nom précisément de Camembert.
Les notables normands s’inquiètent de voir se dénaturer ce bon fromage et le 31 juillet 1909, ils constituent le Syndicat des Fabricants du Véritable Camembert de Normandie, qui précise le canon régissant la fabrication de ce précieux fromage. « Est Camembert Normand, un fromage à pâte molle, à égouttage spontané, ni cuit, ni pressé, ni malaxé, à caillé non divisé, légèrement salé, à moisissures superficielles, de forme ronde de 10 à 11 cm, renfermant au moins 40 g de matière grasse pour 100 grammes, provenant de lait pur de Normandie.
En 1890, l’ingénieur Richel, propose l’utilisation d’une petite boite en bois de peuplier, solution peu couteuse et très efficace qui permet au camembert de partir à la conquête du monde.
Alors le camembert, fils du Brie où pas ?
Peut importe les légendes, elles agrémentent la discussion lors de la dégustation de ce bon fromage qu’est le camembert le Normandie, le vrai, celui au lait cru de Normandie et non le camembert fabriqué en Normandie, qui n’a que le nom de camembert.
Vous l’aurez compris, mangeons moins, mais mangeons mieux et bon, c’est meilleur pour la santé et pour nos papilles… (a suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article

commentaires