Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 17:38

Elle est sauvée !! 

Oh, ce n’est pas la Vénus de Milo, c’est toutefois le souvenir du travail des tailleurs de pierres, celui du sculpteur, celui de la foi des hommes du XIVe siècle.

Cette statue d’Évêque, taillée dans le calcaire, haute de 1,30 m sur son socle de 0,30 m est le plus ancien témoignage sculpté de St Arnoul (sans D, ni T), premier patron de l’église de Varreddes.

Statue

Le Père  Henri Dubois, curé de Varreddes, chercheur infatigable, nous a laissé le monument considérable de ses écrits, manuscrits et imprimés, dont les recherches sur St Arnoul. C’est en partie grâce à cette statue  qu’il put identifier le Saint patron de la paroisse. 

La mitre est de hauteur moyenne. Le visage est imberbe. Exposé depuis longtemps aux intempéries, nez et mains n’existent plus. Elle porte l’ample chasuble du moyen-âge, retroussée en larges plis sur les avant-bras. Le bas de l’aube et les pieds n’ont jamais été sculptés et sont restés dans leur épannelage. La tradition locale veut qu’elle ait orné jadis le pignon ouest de l’église démoli en 1878 et remplacé par le pignon actuel. Mais jugée trop fruste pour trouver place sur le pignon neuf, elle a été reléguée dans le jardin du presbytère.

Le jardin venant d’être vendu, les paroissiens craignaient qu’elle soit transformée en gravats destinés à combler les ornières des chemins ruraux, comme cela a déjà eu lieu dans d’autres communes.

Heureusement avant que les engins ne rasent le terrain, elle a put être sauvée de la destruction et Transférée dans l’église paroissiale.

Le père Dubois écrivait : si elle a  perdu en beauté d’origine, elle garde aux yeux des Varreddois valeur de souvenir, et mérite d’être conservée. Son vœu a été exaucé.

Né à Lille en 1872, ordonné prêtre en 1899, curé de Montgé, puis de Varreddes et Germigny de 1920à 1963, le père Dubois, s’était attiré, dès son installation, la sympathie et le respect de ses paroissiens. Homme de caractère et d’une dignité exemplaire, il cachait une bonté sans limites, autant que sa modestie extrême, un immense savoir. Tour à tour historien, archéologue, traducteur de textes anciens, c’était aussi un latiniste très consulté qui connaissait par cœur ses auteurs et s’exprimait toujours dans un style remarquablement clair et précis.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre - dans Varreddes
commenter cet article

commentaires