Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 23:32

Blé

Que se soit à Varreddes où à Meaux, sous la Révolution, l’année 1792 commence mal  pour le nouveau régime. Les graves problèmes de subsistances du peuple dégénèrent en troubles sporadique dans les centres urbains.  L’année 1791 na pas été si mauvaise, le chroniqueur Varreddois Pierre Denis note sur son cahier (1752-1800), à l’année 1791 : ‘Cette année il ne fit pas Beaucoup d’hivers, i a fait un beau tems pedant le careme et tres chau le Jours de pasque, il a fait une nuée de grelle qui a refrody le tems, de sorte quil a fait froid pendant trois semaine, il a gellée le six may les vignes et les haricot, les vignes etoit une party rabatu a pasque qui etoit le 25 avrile, a la fin de may et au commancemant du mois de juin il a fait très chau, il a gellée le Jour de la pentegote qui etoit le douze juin, les vignes et les haricot ont été gellée pour la deuxieme fois, il a fait tres chau a la fin de Juin et commancement de Juillet, il a plus trop tar pour les chanvre qui etoit petite, il a fait tres beau pur la moissons et tres chau, il fesoit de si grande challeur  que lon ne pouvoit durez dans les champs, il y avoit du raisin au vignes de Brullée, la recolte du vin a été petite mais tres bons, les vignes qui netoit pas gellée etoit tres belle, vandange le trois octobre, il a fait tres seique et tres chau pendant le mois de septembre et a vendanges, il a plu aprest vandanges pour faire la semaille il a gellée a la tousaint tres fort pendan quinze jours.

On a supprimée les dimes et les commis, on a plus paiez de droie de vin, on a Evû des soldats en garnison a vareddes, sure la fin de cette année, on a commencée a vandreles biens des Emigrez, les seigeieur qui nont pas sorty hors du Roiame on a pas vendu leur Biens, on a continuée la vente des Biens du clregée, le selle ne valloit que six livr. La livres, le bleds a été vendu 22 L. le septiers de meaux, le vin depuis 60 L. Jusqua 68 L. il a été défendu de se servir dargent dans le commerce sous peine de mort, Jean Baptiste Rouselle a été neyez le Jours de la saint pierre 1791, Jean louis adam a été noyer le 25 novembre Jours de sainte caterine prosche son moulin ; a été emportez par les Bouions de la Rivière, a été trouvée, 40 jours aprest prosche trilbardou.

La récolte n’est pas mauvaise, mais les marchés ne sont pas approvisionnés et le prix du pain augmente de manière vertigineuse.

A Meaux, le 22 janvier 1792, le corps municipal propose de supprimer le pain de luxe et de fantaisie et de n’autoriser les boulangers qu’à fabriquer une seule espèce de pain. Une assemblée publique est convoquée dans l’ancien local de l’Arquebuse qui adopte la proposition du corps municipal. Il est établi un prix unique pour un pain de 12 livres : 25 sous 1 denier. Malgré ces mesure les marchés restent dégarnis te des émeutes se produisent à Meaux au cours des mois de février et mars suivants. La colère sera à son comble le 20 mars, lorsque les meldois apprennent qu’un bateau chargé de cent muids de blé descend la Marne pour approvisionner l’Hôtel-Dieu de Paris. Les représentants de la ville se rendent à Paris où ils obtiennent de prélever sur cette cargaison, 40 muids de ble au profit de la population meldoise… Mais, il est trop tard, à leur retour à Meaux, le bateau a déjà atteint Trilbardou.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre - dans histoire
commenter cet article

commentaires