Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 20:48

vignette_calendrier.jpgLE CALENDRIER REPUBLICAIN  ou  REVOLUTIONNAIRE

 

  • Les prémices du calendrier républicain

  L’anticléritalisme apparaît quelques années avant la révolution de 1789.

En 1780, un ouvrage anonyme, ‘Fragments d’un poème moral sur Dieu’, ouvrage très athée ou le culte de la Vertu remplace celui de Dieu et ou la foi fait place à la raison.

En 1784, le ‘Livre échappé au déluge’, parodie la bible et s’oppose à la religion.

Début 1788 Sylvain Maréchal publie un ‘Almanach des Honnêtes Gens’

  14 juillet 1789, nous connaissons tous… La Révolution.

Le roi Louis XVI fut renversé, il ne s'en remit jamais vraiment et finit par perdre la tête sous la guillotine (dont il avait contribué à l’amélioration) le 21 janvier 1793.

  C'est à cette époque que fut décidée la mise en place d'un calendrier, connu sous le nom de calendrier Républicain, ou calendrier Révolutionnaire, dont le premier jour correspondait au premier jour de la République.

 

  • Naissance du calendrier républicain

La naissance du calendrier républicain s'est déroulée rapidement et sur plusieurs mois.

 

Le calendrier révolutionnaire rompait délibérément avec le calendrier grégorien, il visait à réformer la société jusque dans ses références au temps et à l’espace.

Contre la superstition, le fanatisme, le dimanche, les saints, les fêtes chrétiennes étaient abolies au nom de la raison, la science, la nature, la poésie, l’idéologie et l’utopie… Il faut en finir avec les pouvoirs de l’Eglise et son symbole…. Il faut y substituer des valeurs rationnelles (sic)..

  La Convention nationale a chargé le Comité d'Instruction publique de préparer un nouveau calendrier. Le Comité, lui, a nommé un groupe de travail constitué par Romme (rapporteur), Dupuis, Guyton, Ferry, Lagrange et Monge pour réfléchir à un projet.

Romme est en mesure de présenter le projet au Comité d'Instruction publique le 14 septembre 1793. Le Comité approuve le projet et Romme, le présente devant la Convention le 20 septembre 1793, qui l’adopte le 05 Octobre de la même année.

  Le calendrier républicain est du type solaire.

L’année commençait le jour de l’équinoxe d’automne (22 septembre 1792 à 0h du temps civil, pour le méridien de Paris, date de la proclamation de la République française (abolition de la royauté), et s’achevait par 5 jours complémentaires  (les fêtes des ‘sans-culottides’, placés après Fructidor.

Les révolutionnaires profitant de ce hasard de circonstance ont pris cette date pour fixer le début de l’année et instituer une nouvelle ère: l’Ere de la République.

Un 6ème jour appelé ‘jour de la Révolution’, s’y ajoutait chaque 4ème année (dite sextile); les années sextiles ne coïncidèrent pas avec les années bissextiles grégoriennes (an III, VII, XI).

  Les années étaient comptées (en chiffres romains) à partir du 22 sept. 1792. 

  Il y eu tout de même 7 projets !!

 

Les années bissextiles furent introduites pour permettre au jour de la nouvelle année de rester positionné à l’equinoxe d’automne.

Ce fut difficile à manipuler car l’équinoxe n’était pas aussi simple à déterminer. Ainsi, une règle similaire à celle utilisée dans le calendrier Grégorien a été mise en place au cours de l’année XX, bien que le calendrier Républicain fut abolit en l’an XIV. D’où la non-pertinence de la règle adoptée.

Les années 3, 6 et 11 furent bissextiles. Les années 15 et 20 auraient du être bissextiles, après, chaque 4ème année (à l’exception de la 100 ème, etc) aurait du être bissextile.

L’historicité de ces règles sur les années bissextiles a été discutée. Une source mentionne que le calendrier utilisait une règle qui aurait donné 31 années bissextiles toutes les périodes de 128 années !!..  

Le nouveau calendrier devait entrer en vigueur le lendemain du décret d'application mais un décret plus tardif (22 octobre 1793) fixa l'époque à laquelle les différentes administrations devraient appliquer ce nouveau calendrier.

 

Le nom des mois

  Les mois étaient divisés en 3 décades : 1ère, 2ème, 3ème.

  Les noms bucoliques des mois, présentés le 24 oct. 1793 par le Conventionnel Fabre d’Eglantine évoquaient la dominante climatique ou agricole (en France) à laquelle ils se rapportaient, avec une terminaison différente selon la saison. Les mois trois par trois selon la ‘sonorité’ des saisons.

   

Mois

Dominante

saison

Vendémiaire

Brumaire

Frimaire

mois des vendanges

mois des brumes et des brouillards

mois des frimas (du froid sec ou humide)

 

automne

Nivôse

Pluviôse

Ventôse

mois de la neige (qui blanchit la terre)

mois des pluies (qui tombent avec plus d’abondance)

mois des vents (des giiboulées qui vient sécher la terre)

 

hiver

Germinal

Floréal

Prairial

mois de la germination (et de la montée de la sève)

mois de la floraison (de l’épanouissement des fleurs)

mois des prairies (de la rtécolte et de la fécondité)

 

printemps

Messidor

Thermidor

Fructidor

mois des moissons (dorées qui couvrent les champs)

mois de la chaleur (solaire et terrestre qui ebrase le sol)

mois des fruits (que le soleil dore et mûrit)

 

été

 

·         Les décades

 

Toujours dans le but de supprimer toutes idées vreligieuses Fabre d’Eglantine explique les décades :

L'intérêt d’avoir dans la décade un mot qui ne soit pas un nombre mais qui le rappelle.

  Puis la dénomination de chaque jour de l'année, qu'il appelle "le quatrième mouvement, qui est le mouvement annuel."

  Il explique qu'à chaque jour est attaché le nom d'une plante :

"Le temps et le jour où la nature en fait présent"

Chaque demi-décade est marquée par le nom d'un animal domestique utile à ce moment et chaque décade par le nom d'un outil agricole dont se sert l'agriculteur à ce moment.

  Et c’est le tour des jours complémentaires :

Un nom a été donné à ces six jours de fêtes. Le second devait être "jour des actions" alors que le premier était "fête du génie", mais suite à une colère de Robespierre, les actions devinrent ‘vertu’ et précédèrent le ‘génie’.

Le texte de la séance du 24 octobre 1793 se termine par le décret suivant :

"La Convention nationale, rapportant l'article 9 du décret du 14 du premier mois (5 octobre 1793), décrète que la nomenclature, les dénominations et les positions du nouveau calendrier seront conformes au tableau annexé au présent décret.
Par amendement, la Convention décrète que la fête des actions sera célébrée le primdi des sansculottides sous le nom de fête de la vertu, et la fête de l'opinion, le quartidi des sansculottides."
 

·         Les jours

 

Chaque décade est une période de 10 jours (remplace la semaine).

Ils étaient nommés respectivement (d’après leur rang, selon une étymologie latine) : primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi, nonidi, décadi).

 

·         Noms des Epagomènes

     

Tous les enfants de la République, après une …….   Adoption solennelle répétée tous les ans,
seront protégés, soignés, élevés comme des enfants de la grande famille
.

Par une même éducation, ils se formeronr ensemble à tous les genres ... D’industrie

Ils seront examinés comme artistes ou soldats, et ils recevront les … Récompenses

Qui leur seront due

La paternité sera encouragée et considérée

La vieillesse sera honorée

Tous les quatre ans La révolution sera célébrée dans des jeux olympiques

   

·         Une fin programmée dès le départ

 

Avec la révolution ‘A homme nouveau, temps nouveau’, le calendrier créé de toutes pièces devait répondre pour les auteurs à trois objectfrs :

Ø  Montrer la rupture avec le régime précédent

Ø  Fournir un cadre de vie et de fêtes pour la nouvelle société et

Ø  Rationaliser le système de mesurs.

  Ce calendrier devait  selon Fabre d’Eglantine institutionnaliser un tournant historique et le rendre irréversible : ‘Nous ne pourrons plus compter les années où les rois nous opprimaient comme au temps où nous avons vécu’

Gilbert Romme déclarait quant à lui : ‘Le temps ouvre un nouveau livre sur l’histoire ; et dans sa marche nouvelle, majestueuse et simple comme l’égalité, il doit graver d’un burin neuf les annales de la France regénérée’.

 

Le calendrier révolutionnaire témoignait auusi de la volonté de déchristianiser le temps en supprimant le dimanche, jour du Seigneur, et purger le calendrier de ses saints ‘ce dégoutant charnier des prêtres’.

  Ce nouveau calendrier se voulait précis et exacte, simple et universel. L’ancien système apparaissait comme « un monument de servitude et d’ignorance », truffé d’anomalies : des mois inégaux, des fêtes mobiles, et pourtant…. Il ne parviendra jamais à s’imposer.

  

Né à coup de décrets et de modifications, il se terminera de la même façon, à coup de …. Critiques.

Bonaparte souhaitait que la religion soit la relgion d’Etat, il fallait donc que le calendrier républicain disparaisse. Pour cela il commence par un arrêté des consuls du 7 thermidor an VIII, ou seuls les fonctionnaires sont soumis au décadi.

 Le 18 germinal an X, le repos des fonctionnaires est fixé au dimanche, la semaine devient de ce fait à nouveau légale.

 

Le 28 floréal an XII (18 mai 1804) le Sénat proclame Napoléon Empereur des français et Pie VII consacre l'événement le 13 frimaire an XIII (4 décembre 1804).

Le décret de la Convention du 5 octobre 1793, qui mit en usage le calendrier républicain, fut aboli par Napoléon 1er, le 22 fructidor an XIII (9 septembre 1805), un peu avant l'arrivée de Pie VII. Le Sénat décrète que "à dater du 11 nivôse prochain, le calendrier grégorien sera remis en usage dans tout l'Empire français".

Ce décret est sans doute l’un des textes de loi les plus courts de notre histoire :

Sénatus-Consulte sur le rétablissement du calendrier grégorien.

(22 Fructidor an XIII = 9 septembre 1805).

Art 1er . A compter du 11 nivôse an XIV, le 1er janvier 1806, le calendrier grégorien sera mis en usage dans tout l’empire français.

  Le calendrier républicain dura 13 ans. L’an I n’ayant pas été utilisé, puisque la fondation du calendrier remonte au 14 Vendémiaire an II (5 octobre 1793), il n’eut que 12 années d’application (aucun acte authentique ne peut porter une date de l’an I).

L’an XIV commencé le 23 sept. 1805 ne compta que 3 mois et 8 jours d’existence légale

 

Le calendrier républicain fut remis en vigueur pendant la Commune du 6 au 23 mai 1871... et retourna dans l'Histoire de France.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre - dans Calendrier
commenter cet article

commentaires