Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 21:47

Bien habitués à notre calendrier, nous ne sommes pas choqués par ses irrégularités malgré les difficultés qu'elles apportent à la vie économique et sociale :

  • Le nombre de jours du mois variant de 28 à 31 jours, le nombre de jours de travail oscillant de 24 à 28, (une variation de 12%), la production mensuelle peut ainsi baisser alors que la production a augmentée.
  • La seconde anomalie grave est le perpétuel changement du jour de la semaine qui tombe à une date donnée.

 

Prenons par exemple la date du dimanche 03 novembre. Tous les jours de la semaine défilent, d'année en année, à ce 03 novembre d'où 7 éventualités.

Mais la présence tous les 4 ans d'une année bissextile complique le phénomène. Ce dimanche 03 novembre d'une année ordinaire ne pourra servir une année bissextile.

Le nombre de jours du mois variant alternativement    (sauf juillet et août), il faut pour retrouver le même jour à la même date, 14 calendriers différents... et avec le jeu des années bissextiles, une collection de 28 calendriers est nécessaire pour pouvoir les reprendre dans l'ordre.

Au cours de ce cycle les 7 calendriers d'années communes passent 3 fois, les 7 calendriers bissextiles passent 1 fois et une seule, par exemple le calendrier de 1964 n'est ressorti qu'en 1992 et ne ressortira qu'en ... 2020.

 

Les inconvénients de ces irrégularités sont évidents: savoir quel jour de la semaine est tombé ou tombera telle date, il faut se livrer à un calcul savant ou avoir le calendrier de l'année en poche. Autre exemple, un comité devant se réunir le 10 de chaque mois, il faut un calendrier à sa disposition pour savoir si cette date n'est pas un dimanche.

Inversement, une réunion fixée au 1er mardi du mois exige, pour que l'on sache la date, un coup d’œil au calendrier.

 

La position des fêtes dans l'année donne lieu également à de grandes difficultés, car même les fêtes fixes, comme Noël, le 15 août ou le 14 juillet, sont perfides dans notre calendrier; on ne sait pas à priori, si ces fêtes ne coïncident pas avec un dimanche, auquel cas elles n'ajoutent rien au repos hebdomadaire, ou avec un lundi, ce qui apporte 2 jours de non-production, etc..., et si ces fêtes tombent un vendredi ou un mardi fera-t-on le pont ?  Décision à prendre à chaque nouvelle année.

 

Avec les fêtes mobiles, liées à une date de Pâques qui oscille du 22 mars au 25 avril, la situation devient catastrophique; d'ailleurs si pour nous civils elle nous pose  problèmes,  le clergé  n'est  pas exempt de cette date erratique, car  localiser toutes les fêtes sont un vrai casse tête pour le calendrier ecclésiastique; si Pâques est tôt dans l'année, on emprunte des dimanches à février pour les loger en novembre et c'est là où l'on voit notre brave curé pendant la messe feuilleter fébrilement son missel afin de retrouver le bon texte pour la  bonne date.

Il y a plus d'un siècle que l'on propose de faire subir au calendrier grégorien une révision plus ou moins profonde.

 

Le calendrier de 13 mois apparaît comme un garde-temps mécanique qui néglige le passé. Le calendrier révolutionnaire nous a  montré qu’on ne sacrifie pas facilement les principes juliens ni ceux de Grégoire ; d'ailleurs nul historien  ne songe à s'en séparer.

 

Les 12 mois ont l'appui du passé, l'usage du présent et la commodité des calculs.

De plus pour le calendrier perpétuel le nombre 13 n'est pas heureux, d'une part à cause de la superstition de ce chiffre, et, d'autre part il est défavorisé par l'arithmétique; avec lui pas de division en semestres, ni en trimestres.

 

Du coté civil, beaucoup d'Etats lui on opposé un veto, et cette  réforme ne pouvant  se faire qu'avec le consensus international ....

Les Eglises et les peuples du Moyen-Orient ont exprimé ainsi leur opinion:

"La division en 12 mois est ancienne et sacrée, encore plus peut-être que toute autre relique.... Les 4 trimestres sont  des symboles comme les 4 points cardinaux ou les 4 évangiles. 12 a sa signification spirituelle, 13 n'a aucune signification pour nous, ni pour personne"... fermons le ban.

 

Mais il y a une autre raison  qu'il ne faut pas sous-estimer, c'est l'utilité d'un fil continu dans les questions  de chronologie. Ce fil continu c'est la semaine, et les jours blancs qui risqueraient d'être placés à des époques différentes en différents pays vicieraient la chronologie.

Supposons un document très important signé à la date du lundi 28 janvier 187.., une déchirure du papier a supprimé le dernier chiffre.

Dans notre calendrier, entre 1870 et 1879, seul le 28 janvier 1878 tombe un lundi. Le dégât est réparé.

En revanche, une réforme qui n'aurait aucun inconvénient et présenterait beaucoup d'avantages serait la fixation par un concile de la date de Pâques, par exemple le 1er dimanche d'avril.

C'est une question purement religieuse, qui aurait d'heureuses conséquences, pour le clergé naturellement, mais aussi pour les civils (harmonisation des trimestres scolaires, vacances à dates fixes, prévisions économiques possibles et plus fiables, etc..)

 

La réforme du calendrier sous une forme ou une autre atteindrait-elle son but?

  • Oui sur le plan perpétuel et uniforme du calendrier,
  •  mais  sur  les autres points "non".

Par exemple, les jours de travail ne seraient pas les mêmes à cause des jours fériés qui ne tombent pas un dimanche (14 juillet, 15 août, 11 Novembre etc .. et ces jours ne seraient pas les mêmes dans différents pays, les fêtes nationales différentes, certaines fêtes n'existent pas partout, en Allemagne on ne fête pas le 15 août et encore moins le 11 novembre, par contre ils chôment  le vendredi saint...

 

Finalement les plus grands facteurs d'irrégularité, d'improductivité ne sont-ils pas les grèves et les épidémies? Cela n’est pas, parfois sans avantage…

 

Tout changement rend la chronologie incertaine, et ne doit être décidé qu'en cas de grande nécessité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre - dans Calendrier
commenter cet article

commentaires