Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 16:10

Avec la Révolution c’est l’élection de la première municipalité de Varreddes, c’est également  de nouvelles fêtes : la fête de la Fédération, la fête de l’arbre de la Liberté.

Plantation arbre de la Liberté Plantation d'un arbre de la liberté

L’élection de la première municipalité de Varreddes fut annoncée au prône deux dimanches consécutifs en janvier 1790.

L’élection eut lieu le premier dimanche de février, dans l’église même, à la suite des offices. Furent élus :

Maire : Duval Jean-Nicolas,( vigneron)

Officiers municipaux : Jean Ménil, Jean Piettre, Gaillet (instituteur), Etienne-François Moreau et Chibon.

Notables : Jean-Nicolas Lebel, Andry, Jean Collinet, Jean-Denis Leriche, Arnoul Leduc, Chéron, Plateau, Jean Doyen.

Procureur : Debœuf.  (Arch. de V. Registres municipaux).

 

La même année, cette municipalité présida le 14 juillet, à la fête de la Fédération, qui fut célébrée à Paris et dans toute la France avec enthousiasme.

Cette fête fut annoncée à trois reprises différentes par les  cloches de l’église. Elle commença par une messe chantée avec la plus grande solennité et à laquelle assista la plus grande partie des habitants. A l’issue de la messe, le maire reçut des citoyens, dans l’église même (il n’y avait pas encore de maison commune), le serment d’être fidèle à la nation, à la loi, au roi. Un ‘Te Deum ‘termina la cérémonie.

Dans la journée, il fut fait, par la municipalité, des distributions de vin et d’argent et la soirée fut consacrée aux divertissements. (Archives)

Le 4 Ventôse, an II, 22 février 1794, on décidera la création d’une mairie : « Il seroit faite ouverture d’une porte à l’Ecole des filles sur la rue et rebouché l’autre de lalé pour en faire la maison commune ou nous tiendrons nos séances ».

Rien de plus logique, les locaux de l’école de filles, rue Neuve, spacieux et en bon état, étaient capables d’abriter simultanément les services municipaux, hospitaliers et scolaires.

Une autre fête qui fut célébrée aussi ave joie fut la plantation de l’arbre de la Liberté sur la place publique. Il a été rédigé de cette solennité un procès-verbal qui a disparu (pp 10-11).

Le 26 Floréal, an II (15 mai 1794), on réunira « dessou larbre de la liberté » dix chevaux réquisitionnés, pour procéder à leur estimation et signalement.

De cet arbre et de son emplacement précis, un vague souvenir subsiste par tradition orale d’Antoine Brébant (Né en 1826, décédé en 1909, il était âgé de vingt-deux ans en 1848, lors de la plantation du second arbre de la liberté), planté sur le carrefour formé par la rue de l’Eglise, la rue du four et la rue Neuve, à environ cinquante mètres du grand portail de l’église.

Les délibérations de 1848 n’en parlent pas, mais en vertu de l’esprit traditionaliste de Varreddes, on considérer cet emplacement comme étant celui de la l’arbre de la Liberté planté en 1790.

C’était l’emplacement le plus adapté à ce genre de manifestation : la place de la Mairie actuelle, alors existante, n’étant pas assez centrale et la place du portique des pompiers étant encore exclusivement affectée aux sépultures. (source Abbé Dubois)

 

C’est la fête, mais cela ne dure pas. Il y a le revers de la médaille : les réquisitions en nature de tout genre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre - dans Varreddes
commenter cet article

commentaires