Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 20:57

Sansculottes

Tout doit être réquisitionné, répertorié. Ne faut-il pas alimenter les cordiers de Meaux et même l'imprimerie nationale?

On n'oublie donc pas de requérir les chanvres, produit cultivé à Varreddes sur une vaste échelle.

Le 4 pluviôse An II (23 janvier 1794), la commune de Varreddes doit fournir du chanvre pour les quatre cordiers de Meaux, à chacun un millier pour faire des cordages. Chaque Varreddois doit fournir à proportion de ce qu’il a déclaré au recensement fait le 10 frimaire. Un délai huitaine est consenti. Huit jours plus tard le 13 pluviôse (1erfévrier), le village doit de nouveau fournir aux cordiers de Meaux 4.000 livres de chanvre : « chaque individu » de la commune devra fournir 20 livres pour cent déclarées au recensement du 10 frimaire.

26 ventôse (16 mars), Etienne Champions, cordier à Dammartin est autorisé à s’approvisionner en chanvre à Varreddes.

Le 23 prairial (11 juin), le citoyen Jean Philippe Lormier, commissaire pour la réquisition des chanvres en seine et Marne, exhibe une commission portant l’en-tête chere aux exaltés du moment : « Liberté, Egalité, ou la Mort ! » (Page 107 du Livre de Greffe). Il réquisitionne le chanvre en branches devant faire partie des 500 livres demandées au département de Seine et Marne pour le service de l’imprimerie des Lois. On fait avertir à midi au son de la caisse les citoyens et les citoyennes qui ont du chanvre en branches et n’en ont pas un besoin absolu, de le porter dans les 2 heures à la maison commune au prix légal de 13 sols 8 deniers la livre. On apporte 157 livres de chanvre.

Le 20 frimaire de l’An III (10 décembre), l’inspecteur pour l’agence générale des transports militaires, vient réquisitionner tous les chanvres de la commune- ancien et nouveau- « au tarif qui en a été fait » … Et le 24 frimaire (14 décembre), la commune fournira 3.500 livres de chanvre réparties entre environ 200 citoyens. La valeur en sera payée par le Receveur du District.

Les denrées les plus diverses et les plus inattendues ont-elles-mêmes attiré l’attention des gouvernants : bois de chauffage, rouennerie, cuirs, chaussures, sel, viande de boucherie, porcs, vin,  couvertures, orge à brasser, sabres, avoine, paille, charbon de bois, main d’œuvre des « charretiers de rivière ».

Voici quelques réquisitions :

Rouennerie

4 novembre 1793 : déclaration par Nicolas Rouyer de marchandises en la possession de Jean-Marie Favre, « marchand savoiar du département du Mont-Blanc », en présence de Jean Nicolas Charles le Bel :

-          51 mouchoirs,

-          22 paires de bras

-          11 cravates et 2 bonnets,

-          44 paires de bas, etc, etc…

Cuirs :

1793. 2 frimaire (22 novembre). Sur ordre du district, enquête chez les cordonniers de la commune aux fins  de connaitre leurs approvisionnements en cuir. Nicolas Rouyer en a pour 40 paires de souliers ; J. Claude Chef pour 30 paires et Claude Chef pour 12 paires.

Vin :

10 frimaire (30 novembre). Assemblée au sujet du recensement du vin de la commune demandé par le District.

Antoine Denisot, aubergiste à Chambry, déclare avoir acheté de Pierre Miotte le 25 novembre, deux pièces de vin, n’avoir pu les enlever de suite, être venu pour les enlever et avoir constaté que Miotte les avait vendues et laissé  enlever.

Animaux de boucherie : Au second de la République une, Indivisible et Impérissable – 6 frimaire (26 novembre). Déclaration faite par Nicolas Royer de l’achat de « deux chaiv. (chèvres), une vache et six vaux ».

Armes : 15 floréal (4 mai). Recherche des sabres existants dans la commune. On en trouve 3 en tout. Les propriétaires sont requis de les faire porter au district de Meaux.

Porc et bestiaux ruraux : 2 floréal (21 avril). Ordre de District de recenser les porcs : réquisition de 8 à fournir par Varreddes et de choisir les éleveurs qui en ont deux.

17 floréal (6 mai) ; nouvelle réquisition de porcs. La huitième partie des porcs est en réquisition dans l’étendue de la République. Neuf Varreddois sont invités à garder les leurs en vue de la livraison éventuelle.

3 mésidor (21 juin), réquisition d’un porc, chez le citoyen Pierre Leduc, « comme étant aisé », fournira celui qui lui reste des deux qu’il avait.

An III, 16 brumaire (6 novembre). Le citoyen Bonard, maire de Meaux, transmet l’ordre de recenser « tout les bestiaux rureaux dans toute l’étendue de la République ». C’est le citoyen Tissot le jeune, membre de la société populaire de Meaux, qui est autorisé à se rendre à cet effet à Varreddes.

Et ce n’est pas fini, il y a encore mieux dans le genre…..

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre - dans Varreddes
commenter cet article

commentaires