Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 21:25

 Bien que les terres appartiennent à l’évêque, divers établissements religieux et des particuliers ont cependant possédé sur ce territoire des biens, des dîmes et des droits féodaux, mais dans la mouvance de l’évêque et sous l’autorité du comte de Champagne.

Cassini001

 Vers 1230, un état des revenus de l’évêché, fait connaître que les habitants du village étaient tous taillables de l’évêque et lui devaient chaque année huit corvées de tous les animaux s’attelant aux charrues.

Ils étaient tenus également de transporter du blé et des foins à Meaux, des pierres au moulin.

Chaque chef de ménage (la femme si elle était veuve) devait de plus une journée de travail par an, en carême, dans le clos de l’évêque.

Celui-ci, ayant le privilège de banalité, possédait seul, four et moulin dans la localité.

Le maire-juge était exempt des corvées.

Les anciens serfs ou hôtes du seigneur avaient obtenu l’affranchissement sous ces conditions, et la taille personnelle se trouvait déjà convertie en un abonnement annuel de 25 ou 30 livres pour l’ensemble de la communauté, mesures bien accueillies de part et d’autre.

 Au temps de St Louis, des serfs isolés, de nouveaux venus dans le village, obtenaient à leur tour l’affranchissement, moyennant finances ; mais le taux de cette finance n’était pas toujours facile à régler à l’amiable.

C’est ainsi qu’en 1239, à la mort de Thibaud de Varreddes, homme de corps de l’évêque, ses enfants voulurent s’affranchir et partager les biens du défunt entre-eux ; pour parvenir à fixer la somme représentant le rachat de la servitude, il leur fallu recourir au roi lui-même, qui commit le connétable Jean de Beaumont pour arbitre.

On convint en présence du monarque, que les fils de Thibaud « demeureraient libres de tout joug de servitude » en acquittant entre les mains de l’évêque la finance que Jean de Beaumont fixerait à son gré.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre - dans Varreddes
commenter cet article

commentaires

André JACQUES 28/05/2010 19:44



Bravo mon cher Pierre de cette actualité meldoise que je lis avec bonheur ! J'espère que toute la famille va bien, petits et grands . Toujours dans nos pensées ! Amitiés.