Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 21:19

Salon Agri 2 De gauche à droite: Mme Marie Richard (Cervia), Josy Lidy-Mollet; Muriel Gozal

C’est au pavillon ‘Régions de France’ que c’est déroulé lundi 21février l’intronisation de deux nouvelles chevalières de la Confrérie du Brie de Meaux.

Josy LIDY-MOLLET, Conseillère Régionale  d’Ile de France, membre du Conseil d’Administration du CERVIA et

Muriel GOZAL, ingénieur du Génie Rural des Eaux et des Forêts, directrice de la Chambre d’Agriculture de Seine et Marne.

Salon agri 1

Tout sourire, nos deux Ambassadeurs, se sont, de bonne grâce, pliés au rituel de la dégustation d’une ‘lichette’ du roi des fromages et prince des desserts, accompagné (modérément) d’un ‘p’tit coup’ de Givry.

 Le salon 2011, pour les défenseurs des produits du terroir, de la qualité de ses produits est à marquer d’une ‘pierre blanche’.

La Région Ile de France vient de lancer sa marque alimentaire  « Saveurs Paris Ile de France ».

saveurs 1

Notre région est reconnue  pour sa gastronomique, son patrimoine culturel, mais également d’une façon plus négative comme une région polluée, surpeuplée, etc… Pourtant la moitié de son territoire est agricole et un quart est forestier !

Si le Brie de Meaux, le Brie de Melun sont des produits bien connus, combien de Franciliens connaissent, la bière du Vexin,  le sirop de coquelicot de Nemours, la liqueur de menthe poivrée de Milly-la Forêt ?

Qui se souvient que le jambon de Paris est une vraie spécialité, sans oublier l’asperge d’Argenteuil, la rhubarbe de Villebon sur Yvette ou le foie gras de Bazainville, le safran du Gâtinais et les fraises d’Orgeval ?

Grâce à ce nouveau logo : une étoile rouge dans un carré blanc, avec la mention sur fond vert, bleu azur ou gris « Saveurs Paris Ile de France », dont le A évoque la forme de la tour Eiffel.

Cette marque servira aux consommateurs de repère comme gage de qualité, car pour pouvoir promouvoir leurs produits sous la marque « Saveurs Paris Ile de France », les producteurs doivent remplir trois critères : représenter un patrimoine et un savoir faire, protéger l’environnement et préserver l’emploi local.

La couleur de fond du logo est la carte d’identité du produit :

saveurs 2Fond vert, pour des produits agricoles cultivés ou produits en Ile de France

saveurs 3Fond bleu azur pour les produits fabriqués par les artisans franciliens des métiers de bouche

saveurs 4Fond rouge et gris pour les produits des petites ou moyennes entreprises de transformation agro-alimentaire qui élaborent leurs produits en Ile de France.

Cette initiative du CERVIA (Centre Régional de Valorisation et d’Innovation Agricole et Alimentaire), permettra de redonner une visibilité au territoire, aux métiers et aux produits franciliens, on ne peut que s’en réjouir.

saveurs 5

(source CERVIA)

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 20:57

Provins 1

Organisé par l’Union du Commerce Provinois (UCP),  le 6e Salon de la Gastronomie de Provins s’est déroulé les 5 et 6 février.

Rendez-vous incontournable des produits locaux (brie, bière, confiserie à la rose, etc…) et des produits régionaux (Jura, Limousin, Bretagne…).

Provins 3a

Dans une ambiance chaleureuse et conviviale les 45 exposants ont fait découvrir et déguster leurs produits de terroir aux 3500 visiteurs.

La dégustation du Brie de Meaux, fit des heureux en particulier les enfants qui, grâce à leurs parents, apprécient de plus en plus les bons produits, en particulier le fromage au lait cru.

Provins 2

Cette année le salon s’est enrichi de deux nouveautés :

D’un espace de restauration où un jeune chef de cuisine fit découvrir sa cuisine de terroir.

D’ateliers de cuisine pour petits et grands.

Les 5-8 ans et 8-12 ans à l’atelier chocolat ont réalisé des friandises en chocolat : truffes, mendiants…

Avec l’atelier gaufres pour les 7-12 ans et plus, les gaufres sucrées et salées n’ont plus de secret.

‘Le défi en herbe’ à permis à nos jeunes chefs, dans un délai imparti, de laisser libre cours à leur créativité pour décorer des petits gâteaux.

Devant les réalisations effectuées, la relève des grands chefs est prête !

Provins 3

Les adultes ont pu découvrir la cuisine moléculaire. Des recettes simples qu’ils pourront reproduire à la maison… à condition d’avoir de l’azote liquide pour la cuisson à froid !!

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 14:36

Vendredi 11 février, la Cathédrale St Etienne de Meaux paraissait  bien petite pour accueillir tous les spectateurs, ce qui a réjoui l’évêque de Meaux, car il est rare qu’elle soit aussi pleine pour les offices.

Spiritus Dei 1Accompagnés ce soir de quatre choristes (ils sont jusqu’à 80 parfois) et d’un musicien, ces chanteurs ont comme nom de scène « Les prêtres ».

J. Michel Bardet, curé de la cathédrale de Gap, Charles Troesch, châpelain de la Basilique de Notre Dame de Laus et Joseph Dinh Nguyen Nguyen, séminariste dans le diocèse, nous ont donné une soirée inoubliable.

Le Père Philippe, chanoine de la cathédrale accueilli les personnalités  présentes, J. François Copé, maire de Meaux, Olivier Morin, conseiller général, l’évêque de Meaux et Monseigneur Di Falco, a qui il laissa la parole.

Spiritus Dei 2

Jean Michel Di Falco retraça l’aventure de ‘Spiritus Dei’, évêque de Gap et d’Embrum , il avait deux projets en tête : l’un pastoral avec la construction d’une église à Notre Dame de Laus, l’autre caritatif pour équiper une école de 1700 élèves à Madagascar.

C’est lors d’une discussion avec son ami Didier Barbelivien, que l’idée de faire chanter des prêtres pour mener à bien ces deux projets prit forme.

Après cette présentation, « Les prêtres » , portant le col romain, ont fait vibrer les voûtes de la cathédrale, pendant que les jeux de lumières sur les colonnes illuminaient la beauté de l’édifice.

Spiritus Dei 4

Emporté dans un univers envoutant  ou se mêle les choristes, les cordes et la programmation musicale d’aujourd’hui, ce fut un régal d’entendre ses trois voix oscillant entre foie et émotion.

Faisant côtoyer la musique sacrée (l’Avé Maria, Minuit chrétien… ) et la musique profane avec la reprise  de ‘Quand on n’a que l’amour’ de Jacques Brel ou l’Hallelujah de Leonard Cohen, quel plaisir d’écouter ces voix porteuses d’amour, de générosité, d’espérance et de rassemblement des croyants et non-croyants. Spiritus Dei 3

Ces fidèles d’un jour étaient venu écouter un groupe de trois chanteurs pas tout à fait comme ceux que nous entendons habituellement.

Photographies aimablement données par 'Toutenphotos'

Repost 0
Published by Pierre - dans histoire
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 11:16

Valentin, Valentine

  peynet 1

Dessin de Peynet aux amis de St Just le Martel (87)

Si février n’est pas le mois de la chaleur, c’est tout de même le mois du bonheur avec la St Valentin.

Dans l’antiquité, on associait au milieu du mois de février les fêtes de l’amour et de la fertilité.

Dans  le calendrier de l’Athènes antique, la période de mi-janvier à mi-février était le mois Gamélion consacré au mariage de Zeus et d’Héra.

Dans la Rome antique, le jour du 15 février était nommé les lupercales, jour de fête de Lupercus, le dieu de la fertilité, représenté vêtu de peaux de chèvre. Les prêtes sacrifiaient  des chèvres au dieu Lupercus, et après avoir bu du vin, couraient dans les rues de Rome à moitié nus, en tenant des morceaux de peau de chèvre à la main.

Les jeunes femmes se laissaient volontiers approcher, car, être touchées avec les peaux de chèvres devait les rendre fertile et faciliter l’accouchement. Cette fête païenne honorait également Junon, déesse romaine des femmes et du mariage.

Avec l’arrivée du christianisme, l’Eglise dans son travail d’acculturation remplaça les fêtes romaines par les siennes. C’est ainsi que vers 495-498, elle abolit  ‘les Lupercales’ et les remplace par la saint valentin, devenu le protecteur des couples, qu'elle supprimra d'ailleurs du calendrier liturgique en 1969.

La date du 14 février a été fixée par le pape Gelase 1er, jour où St Valentin est mentionné dans les premiers martyrologues.

Plusieurs St valentin sont cités :

Valentin de Rome, prêtre, martyr dans la seconde moitié du IIIe siècle, enterré sur la Via Flaminia.

Valentin de Terni, évêque, martyr dans la seconde moitié du IIIe siècle, enterré également sur la Via Flaminia.

Lequel de tous St Valentin est-il le patron des amoureux ? Peut importe, laissons parler la légende : l’empereur romain Claude II, craignant que ses soldats perdent leur ardeur au combat, avait interdit à ceux-ci de se marier. Un prêtre du nom Valentin, célébrait en cachette les mariages des soldats. Lorsqu’il fut découvert, Valentin, fut emprisonné avant d’être décapité. La veille de son martyr, il fait parvenir un mot doux (un valentin) à la fille de son geôlier en signant « ton Valentin ».

La première mention de la Saint Valentin à connotation amoureuse et non religieuse remonte au XIVe siècle en Angleterre, où l’on croyait à cette époque que le 14 février était le jour où les oiseaux s’accouplaient (croyance mentionnée dans les écrits de Geoffroy Chaucer).

C’est le poète et capitaine à la cour d’Angleterre Othon de Grandson, qui fit connaître au monde latin et en particulier à la Cour de Savoie, la coûtume de la Saint Valentin.

Au début du XVe siècle, Charles d’Orléans fit connaitre l’œuvre d’Othon à la cour de France. Il écrivit lui-même plusieurs poèmes dédiés à la Saint Valentin.

La fête de la Saint Valentin se perdit au fil du temps, et ce n’est qu’au XIXe siècle qu’elle fut réactualisée.

En France, au XXe siècle, les amoureux  de la saint Valentin ont trouvé une nouvelle forme pour déclarer leur flamme avec les dessins de Peynet.

Raymond Peynet  né en 1908, a rendu célèbre la saint Valentin en créant en 1942, les <<amoureux, le poète et sa compagne >>, qu’il a dessiné sur de nombreux supports, dont des timbres poste et inspirés Georges Brassens avec sa chanson « Les amoureux des bancs publics ».

Les amoureux de Peynet sont devenus orphelins le 14 janvier 1999.

Peynet 2

La poste lui rendit hommage en 2000 en éditant un timbre, où les deux amoureux sont près d’un kiosque à musique, peut être le kiosque à musique du Champs de Mars de Valence, celui-là même qui inspira ses premiers dessins.

Repost 0
Published by Pierre - dans histoire
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 21:49

 Un confrère  vient de me faire parvenir l’article de Périco Légasse paru dans l’hebdomadaire ‘Marianne’ du 8 au 14 janvier 2011.

Je vous le soumets à votre appréciation, sans changer un mot, une virgule de cet excellent article…  édifiant !!

Lactalis ne recule devant rien pour ‘égarer’, pour ne pas dire ‘tromper’ les clients.

Si les critiques gastronomiques, les Confréries, les élus ne défendent pas les produits de terroir, les A.O.P, comme le fait Périco, s’ils ne partent pas en guerre contre les ‘fossoyeurs’ du bon goût,  alors pourquoi la gastronomie française a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO ?

Sous l’article 

LEPETIT AU LAIT PASTEURISE

Lactalis lève le masque

:camembert

 

Il fallait s’y attendre, après avoir échoué dans sa tentative de faire valider la fabrication du camembert Lepetit au lait thermisé (chauffé à 63°)tout en conservant le label de l’appellation d’origine (AOC), exclusivement réservé au camembert de Normandie au lait cru, le groupe Lactalis, propriété de la famille Besnier, est passé au stade ultime, en pasteurisant ce fromage.

Ainsi donc sous une même étiquette, Lepetit  ,qui fut l’un des fleurons du patrimoine laitier normand, sera passé du lait cru au lait thermisé en 2007, puis du thermisé au pasteurisé en 201.

La mention est inscrite en caractères minuscules sur la petite contre-étiquette, collée au dos de la boîte.

camembert 1-copie-1 

Pour le reste, le visuel rouge et doré reste le même, avec la vache normande Serpentine, reine du concours agricole de 1926, et la flopée de médailles obtenues depuis un siècle pour la qualité de ce camembert, du temps où il était élaboré au lait cru.

« Auguste Lepetit. Depuis 1872 », précise la même mise en scène, tel que l’annonçait la publicité télévisée où l’on voyait un petit garçon de l’époque qui s’exclamait : « Parfaitement parfait ! ».

Autrement dit, il n’y a plus de différence aujourd’hui entre un camembert Lepetit et un camembert Président, autre produit fétiche de la marque, puisque tous deux sont désormais au lait pasteurisé, donc totalement aseptisé.

Mais ça, le consommateur ne peut le savoir s’il ne vérifie pas attentivement l’étiquetage.

Le plus révoltant est que le mot « camembert » puisse figurer sur ces plâtres industriels de laboratoire, et, pis encore, que la mention « Fabriqué en Normandie », apparaisse en énorme.

Espérons que les amateurs de vrais fromages ne s’y tromperont pas.

Pour être complet sur le sujet, le 3 décembre 2010, à l’occasion d’une séance publique au Sénat, le sénateur Ambroise Dupont posait la question le problème de la confusion des étiquetages de camembert  à Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture : « Qui peut distinguer clairement un camembert de Normandie d’un camembert fabriqué en Normandie ? La proximité sémantique de ces deux dénominations cachent pourtant des réalités fort différentes sous des emballages quasiment identiques, habillement conçus par des conseillers en marketing ».

Le problème est bien posé. Maintenant aux pouvoirs publics, aux instances professionnelles et aux Confréries de faire le nécessaire afin que le consommateur ne soit plus induit en erreur et ne soit plus pris pour un imbécile par ces fabricants.

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 18:34

Brie et Givry, un mariage heureux.

Meaux et Givry en Bourgogne ont un point commun… Henri IV.

 Tastevin.jpg

Henri IV venait à Meaux voir sa maîtresse Gabrielle d’Estrée .

A Germolles, village distant de 3km de Givry, résidait un fonctionnaire qui portait le noble titre de ‘Sommelier du Gobelet du Roi’.

Approvisionnant les caves royales, il n’eut garde d’oublier le vin de Givry, et c’est ainsi que Henri IV connut et apprécia ce digne breuvage.

 

Courtépée, historien de la Bourgogne, recueillit en 1776 la tradition que le vert Galant ‘l’aima si fort et le bu si bien qu’il exempta des droits d’entrée à Paris’, droits que l’on dû rétablir rapidement, car il  entrait plus que Givry à Paris que le terroir n’en pouvait fournir.

 Conf Juin 92

1ère photo officielle de la Confrérie

La Confrérie des Compagnons du Brie de Meaux et la Confrérie du cep Henri IV de Givry  étaient donc destinées à se rencontrer et s’épouser, ce qui fut fait le jour du solstice d’été 1992.

 

Les confréries fiancées arrivent à la mairie de Meaux sous une pluie fine. Au centre d’une haie formée par les musiciens de l’harmonie municipale, les deux confréries montent vers la salle des mariages où les attends Jean Lion, maire de Meaux, qui va procéder au mariage.

 mariage

‘L’an mil neuf cent quatre vingt douze à 16h30 ont comparu devant nous, les confrères des Châpitres du Brie de Meaux et du Cep Henri IV de Givry :

La Confrérie du Brie de Meaux domiciliée en l’hôtel Marquelet de la Noue en sa bonne ville, capitale du vénérable fromage

La Confrérie du Cep Henri IV résidant à Givry en Bourgogne, haut-lieu de noble cépage.

Les deux assemblées ont déclaré vouloir s’associer symboliquement pour le meilleur, afin de porter fièrement et loin, la réputation de leurs produits tous deux vénérables, et plusieurs fois centenaires…

Je déclare donc unis le Givry : vigoureux, joyeux, capiteux et le Brie de Meaux onctueux, crémeux, savoureux.

Fait et proclamé par nous, Jean LION,  Maire de Meaux, en l’hôtel de Ville le samedi 20 juin, jour du solstice d’été.

Les témoins étaient des membres de la Guilde des Fromagers et le public venu assister à ces noces…. Folkloriques !

1er chap

Photo de famille su 1er Chapitre

Au travers des gouttes, les jeunes mariés gagnent en cortège, la cathédrale pour une courte cérémonie religieuse, célébrée par le Père Michel Capitelli, archiprêtre.

C’est ici qu’en lieu et place d’anneaux habituels, les confréries échangent leurs produits : le fromage et le vin.

L’Harmonie qui suivi  les compagnons assure l’ambiance musicale.

A leur sortie sur le parvis, le ciel a cessé de pleurer et la dégustation du Brie et Givry peut se faire dans la joie avant de regagner l’hôtel de Ville pour un cocktail d’honneur.

Un repas de noces aux chandelles eu lieu le soir, dans les salles basses du musée Bossuet.

 

Et depuis presque vingt ans, c’est le parfait amour entre le Brie et le Bourgogne … de Givry évidement !

 

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 15:09

 Givry 1

Samedi 15 janvier, Compagnons et Chevaliers de la Confrérie se sont rendus au XLVème Chapitre de la Confrérie des Chevaliers du Cep Henri IV.

Givry 2

C’est sous un beau soleil qu’ils furent accueillis au ‘Domaine Deliance’ à Dracy le Fort, gardien de Saint Vincent 2010, pour la cérémonie de reprise du Saint Vincent et la remise du diplôme souvenir.

Givry 3

 En cortège, les confréries ont rejoint l’Eglise de Givry, pour la messe solennelle concélébrée par le Père James Prieux, Chevalier du cep Henri IV et le Père Alain Dumont, curé de la paroisse de Givry.

Givry 4

A l’issue de la messe, le cortège se rend au ‘Domaine Mouton’ à Poncey, gardien de la statue de Saint Vincent pour l’année 2011.

Givry 5

Après le cérémonial de la remise de la statue, vin d’honneur, dégustation et vente de Brie de Meaux furent appréciés par les participants…

Givry 6

Et tout le monde se retrouve dans la salle des fêtes de Givry où un banquet gastronomique animé par la nouvelle Compagnie ‘Scarlie’s’, était servi.

Givry 7

C’est au cours de ce repas qu’eu lieu le XLVème Chapitre de l’ordre et que notre ami Gérard fut intronisé Chevalier.

Givry 8

Belle journée, où le Givry, vigoureux, joyeux, capiteux, fut apprécié… avec modération, cela va de soi !!

L’année prochaine, lors de la Saint Vincent, nous fêterons les noces d’argent  entre le ‘Brie de Meaux’ et le ‘Givry’.

Givry 9

Nous reparlerons de ce mariage heureux prochainement…

 

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 14:17

Pub moutarde

Carte publicitaire dans les années 1930

Meaux est connue et reconnue pour son brie et sa moutarde… « La reine des moutardes, la moutarde des rois, ‘Souvent imitée, jamais égalée’.

Une de ses originalités : les grains entiers dans une moutarde broyée dans des meules très serrées. Cet assaisonnement fait avec de la graine de ‘sinapis négra’ broyée avec de l’eau, du verjus, des aromates (comme toutes les moutardes). S’y rajoutent du grain de sénevé, du tégument de moutarde (enveloppe de la graine) et des épices. La recette de fabrication est gardée secrète depuis sa création par des religieux meldois.

Une autre originalité de la moutarde de Meaux est due à son élaboration naturelle. Sa qualité est toujours égale, mais sa vigueur peut varier, parfois un peu plus forte, parfois un peu plus douce. N’oublions pas que ce sont les moines qui ont élaboré la recette, ces religieux étaient au plus près de la nature. Comme le blé, l’orge ou le maïs, les graines de moutarde ne sont pas récoltées le même jour. Chaque cultivateur  récoltant selon ses critères de murissement, les graines de moutarde ont donc acquis plus ou moins de force ‘sinapisante’. Or si l’on peut ‘régler’ la force de la moutarde blanche (moutarde de Dijon) ou brune (de Bordeaux), au broyage avec le vinaigre et l’eau selon le dosage du fabricant, il est impossible d’influer sur les grains entiers qui ‘font’ la « Moutarde de Meaux ». Ceci explique cela : la moutarde de Meaux est inimitable, variable en goût mais toujours de même qualité.

Selon les historiens c’est au XIIIe siècle que la moutarde de Meaux fut pour la première fois ‘tastée » par un roi de France, mais ce n’est qu’en 1632 quelle eut le privilège de figurer de manière officielle, à la table royale.

A cette époque, fabriquée exclusivement par des religieux de Meaux, elle s’appelait ‘Moutarde de Meaux’. C’est toujours la même moutarde que nous trouvons aujourd’hui sur nos tables sous le nom de ‘Moutarde de Meaux Pommery’, dont voici l’histoire:

 

PotEn 1760, un dignitaire du châpitre de Meaux, transmet à M. J-B Pommery, le secret de fabrication de cette moutarde unique en son genre.

J-M. Pommery installé à Meaux au pied de la cathédrale, ira quelques années plus tard s’établir dans le faubourg Saint Nicolas, jusqu’en … 1927 !  Tout au long des siècles, les descendants de J-M. Pommery perpétueront la tradition sans jamais livrer le secret de fabrication.

En 1925, Henri-Constant, le dernier des Pommery, vend la marque ‘Pommery’, le négoce et … le secret à Monsieur Bernier, lequel revend le tout, y compris les documents sur parchemin à Monsieur Martin en janvier 1927.

En décembre de la même année, Paul Ferrand, moutardier installé chaussée de Paris à Meaux, se rend acquéreur de la marque ‘Pommery’, de la fabrique et … du secret. Monsieur Ferrand, est célibataire, et en 1949, lorsqu’il prend sa retraite, il cède son fond (et le secret de fabrication) à son fournisseur de  vinaigrerie servant à l’élaboration de sa moutarde : La vinaigrerie du Lion de Lagny, créée en 1865. Cette vinaigrerie, devient la  propriété de la famille Chamois en 1890.

Au cours des ans, le goût des clients ont changé, puis pendant la dernière guerre, la difficulté d’approvisionnement en matières premières fait que la texture et l’apparence de la moutarde change. La Moutarde de Meaux Pommery était devenue une moutarde classique, identique à toutes moutardes du marché.

Messieurs Chamois père et fils ont donc décidé de revenir à la fabrication de la moutarde d’antan des moines du Châpitre, et de lui redonner ses marques de noblesse en changeant de mouture afin de revenir au goût initial et en la reconditionnant comme avant dans un pot de grès cacheté à la cire rouge et orné de l’étiquette parcheminée. Les Meldois, attachés aux traditions autant qu’à leur patrimoine culturel et gastronomique, s’écrièrent : Ah ! Voilà enfin la vraie moutarde revenue !... Comme celle qui avait obtenu la médaille d’argent à l’exposition de 1878.

Tout ne fut pas facile pour cette famille de moutardier de père en fils. Les contrefaçons sont légion, les imitations grossières et les prix exorbitants pratiqués par ces contrefacteurs n’ont jamais découragé ces ambassadeurs de la gastronomie française.

Cette ‘pierre à aiguiser de  l’appétit’, disait Grimod La Reynière en parlant de la moutarde, les ‘assaisonnements briards’ ont sut le faire pour la Moutarde de Meaux, car sur le plan gustatif et apéritif, elle ouvre vraiment l’appétit, et, sa saveur particulière en fait (presque) un mets à elle seule.

Le patrimoine gastronomique et les amateurs de ‘bon’ ne peuvent que se féliciter de l’heureuse initiative de cette famille d’avoir eu le courage et la persévérance de reprendre la tradition de cette moutarde typiquement briarde… et meldoise.

La moutarde de Meaux : ‘la moutarde des gourmets’ écrivait Brillat-Savarin. Un hommage bien mérité.

coffret cadeau

Aiguisez-vous l’appétit avec deux recettes que j’adore, La vinaigrette à la moutarde de Meaux et la tartine Briarde :

 

Vinaigrette à la moutarde de Meaux pour 2 personnes:

3 cuillères à soupe d’huile ; 1 cuillère à soupe de vinaigre (vin ou cidre) ; ½  cuillère de moutarde de Meaux.

Mettre la moutarde de Meaux dans un bol, sel, poivre. Verser peu à peu le vinaigre en mélangeant avec une fourchette pour bien l’incorporer.

Verser l’huile dans le bol sans cesser de mélanger pour bien émulsionner la vinaigrette. Vérifier l’assaisonnement. 

 

La tartine briarde (à ma façon)

Sur une tartine de pain de campagne légèrement grillée ; badigeonner d’huile d’olive le dessus de la tartine, étaler une fine couche de moutarde de Meaux, puis étaler des lichettes de Brie de Meaux (ou Melun). Saupoudrez de quelques lardons et mettre au four jusqu’à ce que le fromage cloque. A déguster avec un beaujolais frais ,un Tavel glacé ou une bolée de cidre de Brie, avec modération !

 source: Le Brie

Repost 0
Published by Pierre - dans Régions
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 14:14

 Premier Janvier

 rose

Les sept jours frappent à la porte .

 

Chacun d’eux vous dit : lève-toi !

Soufflant le chaud, soufflant le froid,

Soufflant des temps de toutes sortes.

Quatre saisons et leur escorte

Se partagent les douze mois.

Au bout de l’an, le vieux portier

Ouvre toute grande sa porte

Et d’une voix beaucoup plus forte

Crie à tout vent : Premier janvier !

 

Pierre Menanteau (1895-1992)-poète français-

Marais

 Bonne Année 2011 à tous mes lecteurs 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre - dans histoire
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 21:33

Noël est bien là, avec la neige... et de belles photos de notre ami Thierry

1-Pl hotel de ville

Place de l'Hôtel de Ville

2-Mairie

L'Hôtel de Ville

3-Le patis

Le Patis

4-Cath neige

La Cathédrale St Etienne sous la neige

5-Cath nuit

Sous la neige... mais la nuit!

6-bord Marne

Les bords de Marne

7-La péniche

La péniche et le vieux pont

9-Vieux pont

 Le vieux pont

10-Théatre Lux

 Le Théâtre du Luxembourg

8-Pl Henri 4

 La Place Henri IV

Joyeux Noël.

 

Repost 0
Published by Pierre - dans histoire
commenter cet article