Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 21:50

 diplome

Dans le cadre de la 15e foire d’automne de Meaux, notre chapitre exceptionnel a eu lieu à la médiathèque :

Remise de diplômes,  intronisations, proclamation des résultats du 31e concours National du Brie de Meaux. 

Remises des diplômes à des restaurateurs pour la qualité des fromages proposés à leur table et singulièrement le « Brie de Meaux » :

  • ‘Le Bec Fin’ à la Ferté-sous-Jouarre ; ‘L’hostellerie Le gonfalon’ à Germigny l’Evêque;  ‘Le Paradis Marin’ à St Laurent du Var et ‘Le Castellaras’ à Fayence (Var).

 Intronisations de onze personnalités reconnues dans le monde  de la gastronomie ou des professions du fromage ; elles sont appelés par Le Grand Officier Ordonnateur Charles Beauchart,.

Chaque intronisé écoute les éloges du Grand Commandeur Olivier Morin.

  • Michel Delaforge : producteur de lait, fils de notre regretté Georges, ‘Grand écuyer tranchant’, qui fut l’un des fondateurs de notre Confrérie.
  • J. Paul Fahy : fabricant de cidre, sous son appellation d’origine ‘cidre briard’, qui d’ailleurs est régulièrement primé au concours du meilleur cidre de la commanderie du ‘Gouste cidre’ d’Ile-de-France.
  • Didier Salvador : restaurateur ‘Au Bec Fin’ à la Ferté-sous-Jouarre, est un véritable ambassadeur de notre fromage.
  • Michel Lefevre-Bacoury :  « la cuisine est un acte d’amour pour donner du plaisir aux autres », plaisir que nous partageons à chaque fois que nous nous réunissons dans son restaurant ‘Le Champs de Mars’ à Meaux.
  • Philippe Olivier : le fromage, c’est la passion de Philippe. C’est un défenseur des produits au lait cru, de la qualité plutôt que de la quantité, ce qui lui valut d’être élu meilleur fromager de France en 1996, de dénicher le trophée Rabelais et en 2005 le trophée Puddla.
  • Claudine Vigier-Barthelemy : née dans le fromage en Lozère, et épouse de Roland, l’actuel président des Prévôts de la Guilde des Fromagers. Claudine a été élue « meilleure fromagère de France » en 2009 par le ministre de l’agriculture. Cette femme adore son métier, elle privilégie le terroir : « c’est une façon d’assurer le lien entre les gens de la terre et le grand public » dit-elle, sans oublier d’ajouter « je montre le travail de l’homme, c’est le côté plaisant du métier ».
  • Thomas Robache : toute sa vie est axée sur la communication, animateur d’une rubrique consacrée au vin, souvent participant comme jury à différents concours culinaires, Thomas est également chargé de cours à l’université de Paris 8.
  • Emile Jung : inutile de présenter cet étoilé, première étoile en 1966, seconde en 1975 et la troisième en 1989. Les plus grands gastronomes le connaissent …Le ‘Crocodile’ à Strasbourg, c’était  Emile jusqu’en 2002 date à laquelle il prit une retraite bien méritée.
  • Louis Bousquet : maire de Mareuil-les-Meaux, ardent défenseur du produit phare de notre terroir..... Le Brie de Meaux.
  • Mickaël Nink  d’Heiligenhaus, en Rhénanie-Wesphalie et Maureen Larkin de Basildon, les deux villes jumelées avec Meaux.  Intronisés 010Les intronisés ont dégusté une lichette de Brie et un ‘verre’ de Givry, en promettant d’être de bons Ambassadeurs du Brie de Meaux. 

 Concours du meilleur Brie de Meaux 2010

11 bries bien alignés sur une table, dans la galerie des Arts de la médiathèque de Meaux, attendent  que le jury composé de personnalités officielles et de personnes désignées par les comités et organismes nationaux chargés de la sauvegarde de la gastronomie française donnent leurs sentences.

Jury 2010

Quelques membres du jury

Après avoir examiné la forme et l’aspect extérieur (notés sur 5 points), c’est la couleur et la consistance de la pâte qui sont observées (notées sur 5 points), puis le goût et l’odeur (notés sur 10 points).

Il faut un minimum de 12 points pour prétendre faire partie des lauréats.

 intro 2010

Résultat du concours est donné par J.F Parigi, maire adjoint.

Cette année est un cru de bonne qualité :

Brie 9

Médaille d’or (brie N°9),  attribuée a la Fromagère de la Brie, affineur Loiseau.

Brie 11

Médaille d’argent (brie N°11), fabricant la Fromagère de Raival, affineur Ets St Faron

Brie 5 

Médaille de bronze, (brie N°5), fabricant et affineur la Fromagère Dongé.

 

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 20:02

St Arnoul, (…533) premier patron de l’église de Varreddes.

Dans l’histoire du Duché de Valois (1764), l’auteur, Carlier, mentionne: l’Eglise fait mémoire de trois St Arnoul : le premier, évêque de Metz ; le second, évêque de Soissons et le troisième, évêque de Tours.

On ne sait à quelle époque Varreddes  a choisi St Arnoul comme premier patron. Le plus ancien témoignage sculpté, date du XIVème s.  C’est une statue d’Evêque taillée dans le calcaire.

Arnoul statue

Statue de St Arnoul en calcaire

Quant au plus ancien témoignage écrit, il date de 1480 et se trouve sur la pierre tombale de Thibault.

Cette  dalle funéraire  gravée en caractères gothiques est en partie assez bien conservé, en partie très frustre, nous apprend : Qu’avant d’entrer dans les ordres, cet ecclésiastique avait été marié. Que du vivant de sa femme, Jeanne, il avait fait dans l’église de Varreddes, la fondation d’une messe hebdomadaire, d’un ‘de profundis’ sur sa sépulture et d’une recommandation aux prières du prône chaque dimanche.

(Traduction de la pierre tombale de Thibault, effectuée par l’Abbé Henri Dubois).

 Le St Arnoul qui intéresse la paroisse de Varreddes est St Arnoul de Tours.

« Issu d’une antique et distinguée famille franque, Arnoul fut élevé sur les fonts du Baptême par St Remi. Formé par lui à la vertu et à la piété, il entra sous ses auspices dans les bonnes grâces du Roi Clovis. Sur les instances de ce dernier, il épousa une jeune fille de qualité, Scariberge.

« Mais tous deux, par pieuse convention, firent vœu de chasteté.

« St Arnoul fit le pèlerinage aux sanctuaires des St Apôtres, et en chemin rappela deux morts à la vie, l’un en France, l’autre à Ravenne.

« Il vint ensuite à Tours pour vénérer le tombeau de St Martin qui venait de mourir. Il fut élu, et malgré lui, il dut prendre en main le gouvernement de cette église. Mais après une année et demie, lassé moins par la charge que par les honneurs, il décida de reprendre ses pérégrinations.

«  A la nouvelle de la mort de St Remi, désireux de vénérer son tombeau, il gagna Reims. Là il donna à son épouse le voile des vierges et la consacra au Christ.

«  Sur quoi, les proches de la vierge Scariberge, dans leur fureur impie, mirent à mort le serviteur de Dieu près du tombeau de St Remi : le Pontife périt donc martyre de la religion et de la chasteté.

«  En mourant il avait demandé à son épouse de faire transporter son corps à Tours. Comme la pieuse femme s’acquittait de cette mission, voilà qu’à mi-chemin la sainte dépouille, par permission divine, demeura inamovible au lieudit la forêt d’Yvelines, dans la région de Versailles, maintenant appelée St Arnoul, du nom du saint. Il y fut dignement inhumé, et la puissance divine l’y rendit célèbre.

«  Quant à Scariberge, elle se fit là,  édifier une cellule et embrassa une vie de piété et de solitude, persévérant dans la perfection jusqu’à sa mort, méritant d’être heureusement réunie à son très saint époux.

«  Par la suite, les reliques du Bienheureux Evêque Martyr furent enlevées et transférées à Crépy, chef-lieu du duché de Valois.

Ce fut l’origine du monastère qui porte son nom ; elles y sont pieusement conservées, dans le diocèse de Soissons’. »

Arnoul

 Statue en bois de St Arnoul

 

Repost 0
Published by Pierre - dans Varreddes
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 21:10

Aujourd’hui, seuls deux piliers subsistent de l’époque romane. Les trois nefs mènent à un chœur pentagonal datant de la Renaissance, de même que la première travée. Les piliers supportant le clocher bordent la nef centrale. Le clocher, contreforté à chaque angle, est ouvert par d’étroites baies couplées. Un fronton triangulaire surmonte la travée centrale de la façade, délimitée par des contreforts.

Plan Eglise

Plan de l'église

1.      Les fonts baptismaux faits en pierre. La cuve offre un plan elliptique dont les bords extérieurs sont décorés d’une série d’oves sculptés.

2.      Plaques commémoratives des enfants de Varreddes morts pour la France.

3.      La porte d’entrée, ogivale, est surmontée d’une rosace quadrilobée et les deux-bas côtés sont éclairés par deux lancettes inscrites dans un arc brisé.

4.      La nef : deux périodes de construction sont décelables : le chœur muni  de clefs de voûte à pendentif date du XVIe s. , tandis que les travées occidentales dont les chapiteaux toscans ornés de godrons ou de têtes humaines sont du XVIIe s.

5.      Plaque tombale de Nicolas des Yveteaux.

6.      Plaque tombale de Pierre Thibault.

7.      Les confessionnaux semblent être du XVIIIe s. et faits sur un plan triangulaire pour être placés aux deux encoignures de l’église.

8.      Transcription de la pierre tombale de Pierre Thibault, effectuée par le Père Dubois.

9.      La chaire (XVIIe) remarquable menuiserie avec ses panneaux richement sculptés, représentant les Evangélistes assis à leur table de travail.

0.  Statue de St Vincent, en calcaire, peint ton bois.

11.  Statue de St Arnoul en bois, XVIIIe

12.  Arche d’alliance, en bois polychromique.

13.  Autel St Nicolas à ventre rebondi, sculptures et moulures sont taillées dans la masse.

14.  Maître-autel, (1894) en calcaire blanc, sculpté par un artiste belge. Le panneau de chêne où figurent des têtes d’anges, est du XVIIe s.

15.  Ce vitrail a été offert par la famille Duclos-Obron en 1892. Il représente Jésus, montrant son divin cœur sur la basilique de Montmartre, entouré de saints et saintes dont les membres de la famille donatrice portaient les noms.

16.  Autel à la Vierge Marie en calcaire blanc (1897).

 

 Le nom de Bossuet est mêlé à l’histoire de l’église de Varreddes, lors de l’installation des sœurs de charité, il prononça une homélie en chaire.

La statue de St Vincent évoque les sœurs de Charité, installées à Varreddes de 1682 à 1881.

La vierge bleue rappelle un fait de protection (1870).

pilier thibault

Reconstitution du texte de l'épitaphe du curé de Varreddes Pierre Thibault 1480, faite par le Père Dubois

Chaire

La chaire et ...

panneau chaire

panneau (dessin du Père Dubois)

Cette sculpture à permis au Père Dubois, curé de varreddes pendant 40 ans de déterminer le vrai Patron de la paroisse St Arnoul (à suivre)

Repost 0
Published by Pierre - dans Varreddes
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 19:57

Eglises Varreddes 

L’Eglise de Varreddes est dédié à  St ARNOUL (sans ‘T’ ni ‘D’), premier patron paroissial de Varreddes et St Vincent, deuxième patron.

Dans les années 860, les normands pillent  et incendie Meaux, un nouvel assaut eu lieu en 887, on pense que c’est à cette époque que l’église fût réduite en cendres.

On parle d’une première reconstruction d’église à Varreddes dès le Xe siècle.

L’édifice fut de nouveau dévasté pendant la guerre de cent ans (1337-1453) et les guerres de religions (1562-1598).

Au XIIe siècle, sous l’ancien régime, Varreddes fait parties des 4 paroisses ‘Fille de l’évêché’, le village dépend donc directement de la juridiction des évêques de Meaux.

Malgré cela on ne peut citer aucun nom de curé avant 1480 date d’arrivé de Pierre THIBAULT à qui on attribue les financements de reconstruction de l’église sur les fondations que l’écroulement du XIIe siècle n’avait pas endommagées ; la régularité du plan a donc été sauvegardée.

Nef

La nef

A la révolution, on annonce la prochaine mise en vente de l’église.

Les propriétaires du village se groupent (26 mai 1795) pour sauver leur église en utilisant un moyen aussi avisé que peut banal en ces années d’intimidations :

Invoquer les réparations faites à leurs frais, soixante ans auparavant (1730) , à une bâtisse qui conviendrait parfaitement à la tenue des assemblées générales de la commune.

Le prétexte est accepté comme raison valable, et l’édifice reste debout… Miracle d’ordre administratif !

Au XIXe siècle, l’ancienne façade ouest fut démolie (1878) est reconstruite, un escalier fut construit dans une tourelle, pour atteindre le clocher.

sceau-Vard

Sceau retrouvé lors d'une réfection au XIXe. s

En 1923, il fut question du ‘classement de l’église’ par les Beaux-arts, mais la diversité des styles, la friabilité des matériaux, la peinture des voûtes du Chœur, de la grande abside et de la Chapelle de la Sainte Vierge, le mauvais état de la toiture, etc… ne pouvaient être favorables à ce classement.

Mentionnée au XIIème s. ‘Varedae’, seul deux piliers subsistent de l’époque romane.

Les trois nefs mènent à un chœur pentagonal datant de la Renaissance, de même que la première travée.

Les piliers supportant le clocher bordent la nef centrale.

Le clocher, contreforté à chaque angle, est ouvert par d’étroites baies couplées.

Un fronton triangulaire surmonte la travée centrale de la façade, délimitée par des contreforts.

Clocher

Clocher contreforté

Entrons maintenant dans cette belle église... (a suivre)

Repost 0
Published by Pierre - dans Varreddes
commenter cet article
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 20:59

Melun 2A coeur 

Samedi 2 octobre trente confréries venues de toute la France dont la Confrérie du Brie de Meaux ont participé à la fête annuelle de ‘Melun fête son Brie’. Cette année fut marquée par le trentième anniversaire de l’A.O.P. de son Brie.

Comme tout les ans, il y eu le concours du meilleur brie.  Sept bries étaient en compétition. Le jury composé de professionnels et amateurs confirmés ont décerné la médaille d’or 2010 au brie fabriqué par la Société Meaux-St Faron et affiné par la Société Gratiot.

La médaille d’argent fut attribuée à la Société Fromagère de la Brie (St Siméon), en tant que fabriquant et affineur.

Quant à la médaille de bronze, c’est la Société Fromagère de la Brie (St Siméon) pour la production et la société Loiseau pour l’affinage, qui l’ont obtenue.

Melun 1

Les 7 bries et le jury

Mais le plus important pour les Confréries fut le colloque ‘ Des Confréries de produits de terroir… pour quoi faire ? qui se tint le vendredi 1er octobre à l’espace St Jean.

C’est notre ami et confrère Jean-Michel Besancanot, Président de la Confrérie des Chevaliers du brie de Melun, qui animât le colloque en compagnie de madame Collette Melot, Présidente de cette manifestation.

Louis Saby, Président de l’Ambassade Régionale des Confréries d’Ile de France exposa le rôle et le caractère des Confréries : ‘Confréries, Terroirs et signes de qualité… Une nécessité de travailler tous ensemble’.

Eric Champion, directeur de l’INAO, région Est, intervint sur les signes de qualité en France et Europe sur les produits.

Anne richard du conseil National des AOP laitières et Yves De Fromentel, Vice-président des producteurs laitiers de Seine-et-Marne ont disserté sur les produits laitiers bénéficiant d’une AOP.

Puis se fut successivement les représentants des confréries du fromage de Maroilles, de Neufchâtel, du fromage de Comté, du vin de Gaillac, de la cagouille qui ont démontré l’intérêt des fromages A.O.P, et le rôle des Confréries dans la promotion de ces produits du terroir.

Ce colloque plein d’enseignement et d’espoir pour les bons produits se termina comme il se doit autour d’un apéritif avec buffet de fromages.

  Medaille confrérie

Médaille de laconfrérie du Brie de melun

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 19:45

  carte-comte-de-brie

Carte Comte de brie

Au XIVe siècle, les affranchissements continuaient. Ainsi le 10 février 1353, Thibaut de Brie (et sa femme) d’une famille venue là une quarantaine d’années auparavant, délaisse des héritages à l’église et au Chapitre de Meaux pour s’affranchir.

Ce Thibaut (ou peut-être son père) avait eu, dès 1314, des démêlés avec le seigneur-évêque au sujet de l’obligation des corvées, à laquelle il refusait de se soumettre.

En novembre 1314 un arrêt du Parlement était intervenu, et le juge local avait fait emprisonner ce débiteur récalcitrant.

Plus tard, Thibaut de Brie, devenu monnayeur, souleva d’autres difficultés à l’évêque Jean de Meulant (1334-1351) ; il l’accusa même d’avoir fait tuer deux hommes à Varreddes et donné l’ordre d’en pendre deux autres qui étaient innocents.

Comme les prétendues victimes se portaient à merveille, nous dit l’abbé Lebeuf (journal de Verdun. 1753), Thibaut fut convaincu de calomnie et condamné à :

-          40 livres d’amende envers le roi,

-          Faire amende honorable à l’évêque et présenter l’offrande du jour de la Trinité deux torches de cire, plus deux images d’argent du poids de six marcs, représentant un évêque et un homme à genoux devant lui ; ces deux statues durent rester à l’église.

Lors de la guerre de cent ans, le pays s’étant appauvri et dépeuplé, le seigneur (pour son profit) exerçait à l’occasion le droit de confiscation, et… L’occasion était fréquente.

On en trouve des exemples sous l’évêque Pierre Fresnel, et c’est  encore à propos d’une confiscation d’héritage qu’intervint, le 2 juillet 1391, une transaction avec Jacques de Flanchaucourt, écuyer.

Les évènements cependant réduisaient aussi les revenus de prélat à Varreddes.

D’après les fragments d’un compte du temporel (revenu des biens appartenant à l’église) de l’évêché, dressé une trentaine d’année plus tard, au cours de l’occupation anglaise (1425-1426), on constate la ruine de l’hôtel-Dieu et four Bannier du village, il est annoté « à l’occasion de la guerre, pauvreté et diminution du peuple ».

Il y est question de la grange (ferme), du colombier, des terre, dîmes et corvées de chevaux, amis le chapitre des recettes porte : néant.

Quelques parcelles, quelques dîmes (impôt égal au dixième des récoltes et des produits de l’élevage, versé à l’Eglise jusqu’à la Révolution française.) et champarts (impôt dû au seigneur, payé en nature,  proportionnel à la récolte, oscillant entre 1/12 et 1/6ème. Il était prélevé après la dîme due au clergé.)  seulement sont affermés, et rapportent 13 à 14 minots de grains (minot : ancienne mesure de capacité pour les matières sèches (céréales, grains, sel, etc ..) et équivalant à la moitié d’une mine 3 boisseaux, soit environ 38 dm3. La valeur du minot variait suivant les lieux et la nature des marchandises. Le minot de Paris contenait ‘un pied cube’, 34,3 dm3 (peu plus de 39 litres)).

Repost 0
Published by Pierre - dans Varreddes
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 20:41

Chauconnin.JPG Ce n’est pas suite à une rixe que nos deux confréries se sont retrouvées derrière les barreaux le mardi 14 septembre.

C’est sous la houlette du Spip (Service Pénitentiaire d’Insertion  et de Probation), dans le cadre des journées du patrimoine qu’a été  organisée cette  journée du terroir régional, et les Confréries du Brie de Melun et de Meaux ont  offert  une dégustation au centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin.

Devant un auditoire attentif, notre confrère de Melun, Louis Saby  Président de l’ambassade des confréries des produits du terroir d’Ile de France explique que notre région n’est pas uniquement composée d’autoroutes, d’aéroports et de TGV. Notre contrée est également une terre laitière avec ses 160 agriculteurs et ses 7.300 vaches laitières, produisant 53.000.000 de litres de lait par an.

La Seine et Marne à elle seule en produit 33.000.000 de litres.

Pendant quelques instants, les pensionnaires du centre de Meaux-Chauconin, ont pu s’évader sur le premier parcours du goût en dégustant jus de pomme,  jus de poire, sablés briards au caramel et aux pommes,  chocolat au coquelicot,  sucre d’orge des religieuses de Moret, etc…

Le parcours du goût du fromage commença par un triple crème, le plus doux. Un Coulommiers suivit d’un Brie de Montereau, d’une lichette nature de Brie de Meaux, une autre accompagnée d’un grain de raisin,  un morceau nature de Brie de Melun  et pour terminer une lichette  surmontée de figue fraiche.

C’est bon, c’est très bon, je ne connaissais pas tous ces produits, tels sont les échos entendus de la part de certains détenus.

Après avoir partagé notre repas avec le personnel du centre, l’après-midi un autre groupe , comme celui du matin, a tout gouté et en a repris pour un tour… de fromage !!

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 20:41

Cette année, pour la XVe édition de  Melun fête son Brie, nous fêterons également  les 30 ans de son Appellation Protégée.

Programme Melun

 Maître corbeau sur un arbre perché, tenait (dit-on) en son bec un  Brie de Melun, fromage millénaire …En 999, le roi Robert le Pieux, établi  à Melun en consommait déjà !

Ce fromage de 27 cm de diamètre et d’une hauteur de 3 cm pour un poids de 1,5 kg est un régal avec ses 45% de matière grasse.Brie de Melun

Observer sa belle croûte fleurie blanche marbrée de brun, sa pâte souple, élastique mais sans mollesse,  humer son odeur de terroir, gouter cette saveur fruitée avec bouquet… Pas bon le Brie de Melun ?

Brie de Melun Syndicat

Le Brie de Melun, AOP depuis 1980 répond à de sérieux critères de production de fabrication.

Zone Melun

                                                                   (doc Brie de Melun)

C’est avec une centaine de producteurs situés dans l’aire d’origine : la Seine et Marne et une partie des départements de l’Aube et de l’Yonne qu’actuellement 5 fromageries Seine et marnaise dont 2 fermières fabriquent environ 250 tonnes de Brie de Melun (2009).

Pour effectuer cette production il aura fallu tout de même que les 500 vaches laitières de la zone produisent 33.000.000 de litres de lait !

melun fermier

Le Brie de Melun est fabriqué exclusivement de façon artisanale ou fermière à partir de lait cru de vaches.

Il est moulé à la louche, salé manuellement au sel sec et affiné en cave  durant 4 semaines au minimum.

Le Brie de Melun fait partie de la famille des fromages à pâte molle et à croûte fleurie.

Medaille Melun

C’est toujours avec plaisir  que chaque année en ce 1er samedi d’octobre,  la ‘confrérie des compagnons du Brie de Meaux’ assiste au grand chapitre de nos amis de la ‘Confrérie des Chevaliers du Brie de Melun’.

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 20:18

 Sous un déluge de pluie nos trois confrères,  Alain, Daniel et Gérard, accompagnés de leurs épouses ont participé au festival Quart-Fromages d’Aoste.

Aoste (chalet)

Alain et Gérard bien à l'abri

Dans le cadre magnifique du château (XIIe siècle) du Val d’Aoste, ils ont fait déguster, et souvent découvrir, le Brie de Meaux aux Valdotains, ce samedi 14 août.

Aoste (Valdotins)

Sourire des Valdotains malgré la pluie

Ce festival existe depuis 5 ans et accueille chaque année entre 6.000 et 8.000 visiteurs, mais…. Ce ne fut pas le cas cette année : 1.200 visiteurs comptés par les organisateurs pour cause de (très) mauvais temps.

Aoste (Val)

Le dimanche matin nos confrères découvraient, entre deux nuages bas, la neige à 1.800 mètres sur les sommets autour de la vallée.

Aoste (stoïque)

Gérard, stoïquement juché sur un muret sous un parapluie à peine protecteur a hélé pendant 5 heures les visiteurs pour qu’ils viennent apprécier nos lichettes de Brie.

Devant le succés de cette dégustation, vivement l'année prochaine... mais avec le soleil

 

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 20:57

Marque 

Ce sigle, mêlé aux armes de la ville de Meaux, est le symbole fédérateur de tous les fromages 'Brie de Meaux' d’Appellation d’Origine Protégée.

Sceau de l’authenticité, signe de reconnaissance pour les connaisseurs, il garantit la qualité du fromage A.O.P. bénéficiant des propriétés imprescriptibles et inaliénables de la région, du terroir, du cru et des producteurs :

Le tyrosème : la carte nationale d’identité du fromage

Nom : BRIE DE MEAUX

Province : Ile de France

Lait : de vache

Matière grasse : 45% minimum

Pâte : molle

Croûte : Fleurie

Affinage : à sec, 4 semaines minimum

Forme : disque plat

Dimension : diamètre 35 cm, 2,5 cm d’épaisseur, Poids/ 2,5kg

Présentation : à nu, sur paillon

 C’est également la carte ‘de visite’ du producteur : Fabriqué et affiné par…. Notification des médailles obtenues lors des concours, dessin de l’étiquette, composition du produit.

 Le nom scientifique d’une étiquette de fromage est le ‘tyrosème’, provenant du grec (tyro, pour fromage),  (sémio, pour l’image) et (phile pour amateur, ami).

 Le collectionneur d’étiquette de fromage est un ‘tyrosémiophile’.

 

 

Quelques tyrosèmes de ma collection : (Brie de Meaux, Melun pour les A.O.P.  Nangis, Provins, Coulommiers).

Brie de Meaux CathBrie de Meaux L'aigle de Meaux

Brie de Meaux laitièreSt Faron 3001 N

St Faron 2002 BlBrie de Meaux St Siméon

Brie de Meaux Le SuzerainBrie de Meaux RGBrie Fermier

  Brie Noir

 Brie de Meaux Rouzaire

Brie de Melun LoiseauBrie de Melun St SiméonBrie de Nangis RouzaireBrie de ProvinsLoiseauCoulommiers St SiméonBrie de Meaux Nugier

 

 

Repost 0
Published by Pierre - dans Le Brie de Meaux
commenter cet article