Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

13 juillet 2021 2 13 /07 /juillet /2021 05:08
La Route du Vent

Elle peut commencer au nord par la pointe du Raz, ou au sud par le phare de Penmarc’h, longeant au plus près le littoral.

Elle nous invite à contempler des panoramas de paysages marins et ruraux, c’est ‘la route du vent solaire’.

Elle porte bien son nom, comme le vent, elle change souvent d’orientation. Ainsi, elle amène le regard à découvrir le Pays Bigouden et le Pays Cap Sizun tantôt d’est en ouest, tantôt du nord au sud.

Nous l’avons commencé par le sud à Treguennec pour terminer à la pointe du Raz et la baie des trépassés, où selon la légende bretonne, les âmes du purgatoire étant errantes, celles des noyés s’y réunissent.

Protéger par ses deux pointes, la baie des trépassés n’a rien de lugubre, même si la mer d’Iroise, terriblement dangereuse, ramène régulièrement les corps des naufragés. Cette baie est superbe et ce jour, le temps était clair, nous avons pu voir le phare de Tévennec.

Alias ‘les portes de l’enfer’, ce phare est un lieu hanté et maudit ! Le premier gardien sombre dans la folie… En trente ans pas moins de vingt-trois gardiens aguerris vont habiter successivement ce phare et tous vont demander leur mutation après avoir été victimes d’apparitions lugubres et de phénomènes inquiétants… Les ouvriers lors de sa construction en 1869 entendaient sans cesse des hurlements soupirants « kerzh kuit » (« va-t’en » en breton).

Gardien de phare, un métier dantesque.

Les phares étaient classés par les gardiens en 3 catégories ;

  • Paradis, si le phare était sur le continent.
  • Purgatoire s’il était sur une ile et
  • Enfer s’il était en pleine mer.

L’enfer, ici, ce n’est pas « les autres », mais la solitude, qui pèse lorsqu’on est isolé par une tempête !

Un autre phare dans la mer d’Iroise, celui d’Ar-Men (« le rocher » ou « la pierre » en breton), le plus dangereux du monde, a fait l’objet d’une littérature abondante, dont ‘Tempête sur Armen de JJ. Antier et le récit de JP Abraham, qui fut gardien de phare à Ar-Men de 1959 à 1963.

La pointe du Raz

Pointe du Raz

Chef-d’œuvre de la nature. Entre lande et océan, on découvre la grandeur du panorama du Raz de Sein, bien connu des marins, avec ses phares de la Vieille et de Tévennec et la fascinante île de Sein.

La Croix Celtique

Cette Croix Celtique, située à la pointe du Raz, réalisée par un compagnon du devoir représente le Cap Sizun et la Bretagne. Sculptée en 2000 par Gildas Castrec.

 

A suivre : Douarnenez : Berceau du Kouign Amann

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 09:34

Le Dolmen de Kerrugou 

Shéma de la Kerugou

L’homme façonne son environnement.

Six mille ans avant notre ère, les grands froids des dernières glaciations sont terminés. La mer remonte au niveau des basses mers actuelles et façonne dans la baie d’Audierne, le paysage littoral actuel, avec ses dunes et son cordon de galets.

C’est dans cet environnement doux et forestier que s’installent les premières communautés paysannes.  La géographie des mégalithes indique qu’elles privilégient les abords côtiers.

A proximité des villages, les meilleures terres sont déboisées par brûlis, puis ensemencées de céréales et de légumineuses.

Les paysans taillent et polissent des pierres dont ils font des haches, des herminettes ou des houes pour accomplir les travaux agraires.

L’agriculture et les conséquences socio-économique qui l’accompagnent : sédentarisation, spécialisation du travail, hausse de la démographie, forgent une société hiérarchisée, dépendante des conditions naturelles et astreinte à un travail journalier.

Enterrer ses morts

Homo Sapiens (l’homme moderne), Homo Neanderthalensis (l’homme de Neandertal) enterraient déjà leurs morts. En s’implantant durablement dans des régions, les hommes modernes peuvent alors conserver, dans des espaces dédiés, aux restes de leurs défunts.

D’abord enterrées à l’intérieur ou à proximité des maisons, les dépouilles sont progressivement séparées des espaces de vie quotidienne.

Les premières nécropoles apparaissent : Menhirs, dolmens, tumulus… Certaines populations ont recours à la crémation.

Le dolmen de Kurugou

Restauré en 1938, le dolmen de Kurugou, est une tombe à couloir en T, daté d’environ 3500 ans avant Jésus-Christ,

Lors de fouilles en 1875, la mise à jour d’un type de poterie et des céramiques ornées de nervures verticales que l’on retrouve dans l’ensemble du sud de la Bretagne, semble identifier un même groupe culturel appelé le groupe de Kerugou.

Trois types fondamentaux de dolmens

  • Les dolmens simples, la chambre ouvre directement sur l'extérieur. Généralement composés de deux à trois orthostates (pierre dressée, plantée à la verticale) et d'une dalle de chevet. La chambre ainsi définie est de forme rectangulaire (dolmen dit de « type A ») ou polygonale (dolmen dit de « type B »).

Ce type de dolmen est très répandu dans le sud-ouest (Aveyron, Lot) et le centre de la France (Puy-de-Dôme). Sa construction connaît parfois des adaptations spécifiques localisées :

  • Dolmen avec chambre compartimentée (Nécropole mégalithique de la Pointe du Souc’h)
  • Dolmen à cabinet latéral où de petites cellules sont adossées à la chambre.
  • Les dolmens à couloir, parfois appelés tombes à couloir ou dolmens à galeries. L’entrée de la chambre communique avec l’extérieur par un couloir. Ce type de dolmen connaît de nombreuses déclinaisons locales :
    • Dolmen en « V » qui se caractérise par une chambre trapézoïdale raccordée sans rupture au couloir d’accès.
    • Dolmen transept se caractérise par un couloir conduisant à une chambre terminale précédée d’un double jeu de chambres latérales dessinant une croix de Lorraine.
    • Dolmen coudé, la chambre et le couloir dessinent une équerre (fréquent dans le Morbihan).
    • Dolmen Angevin, ou dolmen à portique, construction de taille monumentale composée d’une grande chambre précédée d’une antichambre surbaissée.
    • Dolmen angoumoisin (Bougon dans les Deux-Sèvres)
  • Dolmen en allée couverte, se caractérise par une chambre très allongée, distincte ou non du couloir. Ce type de dolmen se retrouve avec des adaptations régionales en Bretagne.

Enterrer ses morts est un marqueur essentiel de l’humanité.

 

Sources : Inventaire des mégalithes de la France, Sylvie Amblard., « Histoires de mégalithes, Jean-Noël Guyodo et Audrey Blanchard enquête à Port-Blanc (Saint-Pierre-Quiberon, Morbihan).  Bretagne mégalithique, Gwenc’hlan Le Scouëzec & Jean-Robert Masson.

A suivre :Pointe du Raz : Croix Celtique 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2021 4 01 /07 /juillet /2021 06:01

Le calvaire de Tronoën

Calvaire de Tronoën

Terre de grande ferveur religieuse la Bretagne compte de nombreux calvaires, dont 7 calvaires monumentaux.

Différents dans les détails, ils ont en commun un socle imposant, supportant un statuaire et dominé par 3 croix.

Évangile de pierre ou « Évangile des pauvres », c’est une bande dessinée en granite, créé pour l’instruction du peuple.

Témoignage des paroisses pour glorifier Dieu, les calvaires monumentaux furent construits de 145 à 1610 environ.

Le calvaire

Le calvaire est en granit, sauf pour les scènes de la Visitation, de la Nativité et des Rois-Mages, qui sont en Kersanton (une roche plus facile a sculpter et plus résistante à l’érosion).

Composé d’un socle à base rectangulaire de 4,50m sur 3,10m et d’une double frise qui se lit de bas en haut et dans le sens inverse des aiguilles d’une montre en commençant par la « façade est », au niveau de la stèle située devant le calvaire.

Les scènes du calvaire

L'ange de la tendresse

Quatre scènes sont remarquables :

La représentation de la Vierge dans sa maternité, allongé dans son lit, les seins nus, les cheveux défaits, et rare.

La présence des Mages (courante en Bretagne), permet de dater les sculptures en étudiant l’aspect vestimentaire des sculptures.

La descente de Jésus aux enfers où Adam et Ève viennent à sa rencontre en sortant de la gueule de l’engoulant (ou rageur, tète d’animal réel ou imaginaire).

L’ange de la tendresse, tout sourire, soulevant la chevelure du crucifié (très rare dans la représentation du Christ en croix).

Face EST

Le calvaire coté EST

Sur la partie supérieure on découvre les 3 croix, Véronique et le voile de la Face, la Piéta.

Sur la partie médiane on aperçoit la descente aux Limbes, l’apparition de Jésus à Marie-Madeleine et la flagellation.

Dans la partie inférieure, le lavement des pieds, Jésus au jardin des Oliviers et l’Annonciation.

Face SUD

Façade SUD

La partie supérieure représente la Résurrection et un soldat seul et le jugement dernier, La Cène (Jean, le Christ et quatre apôtres) ornent la partie inférieure.

Face OUEST

Côté OUEST

Un moine, la Vierge au pied du Calvaire, la Croix du Christ sont représentés sur la partie supérieure.

Comparution devant Pilate, Jésus entre deux soldats, le portement de la Croix sont ciselésr dans la partie médiane.

Sur la partie inférieure, la présentation au temple pour la circoncision.

Face NORD

Face NORD

Sculptée sur la partie supérieure, la Vierge soutenue par 2 Saintes Femmes et la Dérision ou le Christ outragé.

Sur la partie inférieure, la Visitation de Marie à Élisabeth, la Nativité avec la Vierge aux seins nus et la présentation aux Rois Mages.

La chapelle de Beuzec.

Chapelle de Beuzec

Située sur le côté du calvaire, la chapelle de Beuzec. Paroisse jusqu’à la révolution, Beuzec avait alors une vaste église dédiée à Saint Budoc, Maître de Saint Guénolé.

De cet édifice du XIIe siècle ne subsiste que le cœur, la nef étant tombée.

A l’est de la chapelle se dresse ‘Ar groas Veur’, stèle christianisée, rappelant l’ancien culte celtique.

Stèle 'Ar gros Veur'

A environ 200m de la chapelle en plein champ se trouve le dolmen de Kerugou.

A suivre : Le dolmen de Kerugou  

 

 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2021 1 28 /06 /juin /2021 14:47
Plaque commémorative sur la maison des frères Ruellan (aujourd'hui bibliothèque annexe St Malo) Crédit photo: Wikipédia)

 Ces fratries décimées

De toutes les familles décimées au cours de la Grande Guerre, c’est incontestablement la famille Ruellan de Paramé (aujourd’hui rattachée à St Malo), qui en fait la fratrie française ayant eu le plus de morts pendant le conflit. Sur dix-huit enfants, dix frères partirent au front, six y tombèrent, un sera grièvement gazé.

Le 2 août 1914, jour de l’ordre de mobilisation générale, treize des dix-huit enfants sont encore vivants : dix frères et trois sœurs. Sans hésiter Stanislas revient des États-Unis, André d'Uruguay et Bernard d'Algérie dans son uniforme des Zouaves.

Les six frères morts au front :

  • Le premier à tomber au champ d’honneur est Bernard, 27 ans, adjudant-chef au 3e régiment de zouaves de marche, fauché le 17 février 1915 en portant secours à un camarade blessé, à Roclincourt (Pas-de-Calais).
  • Trois mois plus tard, presque jour pour jour, le 15 mai 1915, André, 30 ans, sergent au 7e régiment d’infanterie coloniale est tué dans la Marne.
  • Huit mois plus tard, Henri, 24 ans, brigadier au 7e régiment d’artillerie, est enseveli vivant le 17 février 1916 dans sa casemate de la forêt de Hesse, près de Verdun (Meuse)
  • Louis, 38 ans, capitaine au 308e régiment d’infanterie, père de six enfants, succombe le 22 novembre 1916 à Ablaincourt (Somme).
  • 31 mai 1918 : Berchmans, 28 ans, lieutenant au 23e régiment de chasseurs à pied tombe à Poperinge en Belgique.
  • Jules, l’ainé dit l’abbé Julius (il est curé), capitaine au 93e régiment d’infanterie est frappé d'une balle à Sainte-Marie-à-Py (Marne), le 1er octobre 1918.

Les deux frères morts des suites de la guerre :

  • Xavier, lieutenant au 223e régiment d’artillerie est gazé le 1er mars 1918, décède le 8 janvier 1930 des suites de son intoxication.
  • Auguste, né en 1877, est réformé en 1917. Il décédé en 1938, après une paralysie de plus de vingt ans.

Les rescapés :

Les deux soldats rescapés du champ de bataille sont Stanislas et Charles.

  • Stanislas, sous-lieutenant au 129e régiment d’infanterie, détaché à la mission française près de l’armée hellénique.
  • Charles, après la guerre deviendra député d’Ille-et-Vilaine de 1919 à 1924.

Les trois sœurs :

Deux des trois sœurs, Yvonne, née en 1872 et Madeleine née en 1893, servent comme infirmières à l’hôpital installé à Notre-Dame-des-chênes, pendant la guerre.

Outre la famille Ruella avec six tués et un gazé, plusieurs autres familles nombreuses ont aussi été décimées.

Beaucoup de membres de familles nombreuses ont dû être mobilisés et il est probable que le nombre de ces grandes familles décimées soit plus important.

Plaque commémorative sur la maison des frères Jardot (Evette-Salbert 90) Crédit photo: Wikipédia
  • Les frères Jardot

Les cinq frères Jardot, (Léon-Armand-Joseph-Aristide-Paul), d’Evette-Salbert (Territoire de Belfort), sont tous morts pour la France entre 1914 et 1915. Un sixième frère a survécu après avoir été retiré du front grâce à l’intervention de l’instituteur du village qui a signalé ce drame aux autorités militaires.

  • Les cinq frères Tramaille, mobilisés sur le front, dont quatre ne reviendront pas (Jean-Philibert-Claude-Jean Marie, dit Marius-François). Louis, exempté (cardiaque), décédera en 1924.

Les frères Monnin d’Ecuelles, quatre tués sur six frères mobilisés

150 francs pour les veuves de guerre

Les veuves de guerre en 14-18 se voyaient remettre 150 francs pour la perte de leur époux s'il était tué au front, ce qui équivaut aujourd'hui à 25 718,15 euros.

Certaines n'ont pas eu cette chance, celle dont le fiancé a été tué sur le front avant qu'elle ne se marie".

D'autres n'y ont pas forcément eu droit car leurs maris gazés ne sont morts qu'après l'armistice, voire des années après.

Les familles Étrangères

Les familles Étrangères, n’ont pas été épargnées. Ainsi lors de la seconde mondiale :

  • Frères Sullivan, cinq marins américains issus d'une même fratrie, morts lors du naufrage de l'USS Juneau en novembre 1942.
  • Frères Niland, quatre frères américains, dont deux furent tués au combat et un porté un temps disparu lors de la Seconde Guerre mondiale, histoire qui inspira le film Il faut sauver le soldat Ryan.
  • Frères von Blücher, trois soldats allemands issus d'une même fratrie, morts le même jour, lors de la Bataille de Crète.

                                                                

Sources : Les frères Ruellan, martyrs de 14-18, France Ouest 9/11/011- 24/7/014 – BNF

A suivre : Le grand calvaire de Tronoën

Partager cet article
Repost0
25 juin 2021 5 25 /06 /juin /2021 16:04

Plozévet

Continuant notre route, à la « frontière » du Pays Bigouden et du cap Sizun, nous traversons au cœur de la Baie d’Audierne, qui s’étend de la Pointe du Raz à la pointe de Penmarc’h, le village de Plozévet.

A la vue des différents monuments, une halte s’impose. Nous ne serons pas déçus.

Ensemble des monuments

Au centre du village dans un enclos joliment aménagé, l’église avec le monument aux morts et le mémorial 1939-1945, le mémorial Indochine, Algérie

Le monument aux morts :

Le monument aux morts 1914-1918 Plozévet
Le monument aux morts 1914-1918

Monument atypique et émouvant. Une longue pierre de plus de neuf mètres qui a été extraite du sol au sud du bourg, transportée jusqu'à l'enclos paroissial et inaugurée le 12 septembre 1922.

A côté se trouve la statue, représentant Sébastien LE GOUILL qui perdit trois fils et un gendre lors de ce conflit. Ce brave homme fut à l’origine de la loi dispensant un frère d’aller à la guerre si un autre y était déjà.

Plus de 200 noms gravés révèlent le sacrifice des combattants.

A côté du monument aux morts se dresse le mémorial de la guerre 1939-1945, inauguré le 11 novembre 1950. Œuvre dû au sculpteur René QUILLIVIC (il a également sculpté le monument de Fouesnant). Il représente une tête de bigoudène.

"Les Sonneurs" au Bourg

Quivllivic
Hommage aux sonneurs

En hommage aux nombreux sonneurs plozévétiens. Après de multiples pérégrinations la statue de bronze ’des sonneurs’ a enfin trouvé sa place près de l'office du tourisme.

Cette œuvre, inaugurée en 1937 par le ministre de l'éducation nationale Jean ZAY fut sculptée par René QUILLIVIC

L’église paroissiale des XVe et XVIe

L'église paroissiale est dévouée à Saint Démet. Surmontée d'un clocher gothique. La nef avec son bas-côté date de la toute fin du XVIe et est séparée du transept par un arc diaphane. Une inscription a récemment été découverte indiquant 1750 pour la construction de la charpente.

La façade ouest est du début du XVe tandis que la file de colonnes provient d'un édifice antérieur remontant probablement au XIIIe. De part et d'autre du portail sud une fontaine.

A l'intérieur de l'église cinq arcades dont quatre romane et une gothique séparent la nef de son bas-côté. A noter des fonts baptismaux très anciens avec une curieuse tête de démon.

L'église abrite des statues anciennes dont un saint Démet en évêque, une ancienne Piéta (du XVe), Saint Alar, statue (XVIe), tenant une patte de cheval qu'il a coupée pour mieux la ferrer.

Fontaine St Théleau

A quelques pas de l’église, la fontaine de Saint Théleau, réputée pour guérir des fièvres ainsi que le monument en hommage aux ‘Sonneurs’.

Fouesnant – Plozévet

Deux villages bretons dont les monuments aux morts rendent non seulement hommage à ceux qui ont donné leur vie pour notre liberté, mais par leurs sculptures ont symbolisé les souffrances d'une mère, d’un père dont la fratrie a été décimée.

Ces deux familles bretonnes, ne sont pas les seules dans ce cas, certaines familles ont perdu 5, 6 enfants dont la famille Ruellan, symbole national de la fratrie française ayant eu le plus de morts pendant le conflit de la Grande Guerre.

 

A suivre : Ces fratries décimées.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2021 7 20 /06 /juin /2021 11:00

 Fouesnant

Eglise St Pierre

Petite balade ’généalogique’ de quelques jours dans le Finistère… et découverte de la région.

C’est à Fouesnant, village qui comptait environ 3400 habitants en 1914 et perdit 180 de ses enfants pendant la Grande Guerre, que nous avons retrouvé nos trois vétérans, morts pour la France.

Histoire de ce monument

Comme presque toutes les communes de France, dès la fin de la guerre de 14-18, les municipalités ont souhaité rendre hommage à leurs morts en élevant un monument à leur mémoire.

En 1920, le comité de Fouesnant en charge du "monument" décide qu’il symbolisera les souffrances d'une mère fouesnantaise en costume de deuil dans une attitude de résignation et de prière.

Parmi les Fouesnantaises, Marie Jeanne Nézet a non seulement perdu 3 de ses enfants (Jean, Pierre et Christophe) mais un autre fils, Yves, gazé et un de ses gendres revenu invalide, ayant eu les pieds gelés au front.

Le comité choisit donc cette femme qui représentera ce symbole, œuvre de René Quillivic, statuaire originaire de Plouhinnec.

Le poème que lui a consacré Marcelle Duba en constitue la meilleure description :

                       C’est la vieille maman de la terre Bretonne,
                       Qui pleure sur ses fils tombés au champ d'honneur,
                       Visage buriné par l'âge et la douleur,
                       Que je veux saluer sous le ciel monotone.
                       Seule...Point de soldat ou d'ange qui claironne,
                       Monument sobre, unique et de telle valeur,
                       Qu'on admire en passant la femme et le sculpteur,
                       Déposant à leurs pieds une même couronne.
                       Adossée à l'église et face au cimetière,
                       Coiffe de deuil, debout, recueillie, en prière,
                       Marie Jeanne, mère immortelle de Fouesnant,
                      Du pays tout entier n'est-elle pas l'image?
                      Gravité, force et grâce, où l'esprit va glanant,
                      Des bois remplis d'oiseaux aux féeriques rivages."

 

Moment de grande intensité et d’émotion à la lecture des 180 héros pour découvrir le nom de nos aïeux gravés dans la Kersantite (roche magmatique filonienne) du monument.

LAHUEC Corentin et Yves - LANNURIEN Emile

Le tout premier monument aux morts a été érigé le 11 novembre 1919, un an après l'armistice. Il se trouve sur la commune de Peyrieu, dans l'Ain.

C’est un couple d'Américains, les Hoff, vivant alors à Peyrieu (01), qui ont eu l'idée de faire ériger un monument à la mémoire des soldats défunts de la petite commune. Sur la pierre, 38 noms sont gravés... 

Et c’est le dernier monument aux morts de la guerre 14-18 fut érigé au Père Lachaise, le 11 novembre 2018, à l'occasion des commémorations du centenaire de l'Armistice.

La Ville de Paris, ne possédait pas encore de Monument dédié aux 94 415 morts et 8 000 disparus parisiens, de la Grande Guerre de 1914-1918.

 

A suivre Plozévet

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2021 5 18 /06 /juin /2021 15:18
Crédit Photo: Ouest France

L’Océan Austral

Au temps où les leçons de géographie, ne s’appelaient pas encore sciences de la Terre, nous avons appris que la planète bleue comportait quatre océans : l’Atlantique, le Pacifique, l’Indien et l’Antarctique.

Les eaux entourant le continent le plus au sud étaient considérées comme une extension ces océans Atlantique, Pacifique et Indien.

C’est en 1915, que les cartographes de la Société Nationale Géographique ont commencé à établir les cartes des quatre océans.  Le réchauffement climatique et la fonte des glaces, ont conduit l’organisation à créer l’océan Austral, 5ème océan de la Terre, reconnu officiellement, mardi 8 juin 2021.

Nous savons qu’à cause de la montée des températures, plus d’un tiers de la banquise de l’Antarctique peut s’effondrer (le 13 mai, le plus gros iceberg du monde c’est détaché de la barrière de Ronne, située à l’ouest du continent de l’Antarctique), Longueur 170 km, largeur 25 km, (15 fois la surface de Paris). Notons toutefois que dans ce cas n’a rien à voir avec la montée des températures).

Le réchauffement et la fonte des glaces, ne suffisent pas à créer un nouvel océan, il faut également d’autres critères : posséder un courant distinct des autres océans, ainsi qu’un écosystème marin unique.

Ce nouvel océan, L’OCEAN AUSTRAL, respecte toutes ces conditions, puisque les eaux situées au sud du courant circumpolaire antarctique sont plus froides et écologiquement distinctes. De plus l’eaux abritent de des milliers d’espèces qui ne peuvent vivres nulle part ailleurs sur terre.

 

Crédit Photo : Ouest France

Partager cet article
Repost0
15 juin 2021 2 15 /06 /juin /2021 16:50
Credit photo: Kananas

Jeudi 5 juillet, un violent orage s’est abattu sur Meaux et sa région. La foudre est tombée directement sur le monument Américain et le du célèbre visage de la ‘Liberté éplorée’ (voir article du 22/9/2019), il ne reste plus que le menton et divers blocs de pierres ont bougés.

 

Grace au musée et aux amis du musée, cette statue avait été remise en valeur lors de l’inauguration du Musée de la Grande Guerre, le 11 /11/2011.

Inaugurée en 1932, cette œuvre sculpturale de Frederick Mac Monnies et Edmundo Quattrochi, et un lieu de souvenir des heures tragiques de la première guerre mondiale.

Plus d’un million de citoyens américain avaient participé à la souscription de ce mémorial de la première bataille de la Marne en septembre 1914.

Ce monument, hommage rendu en retour à l’envoi par la France en 1886, de la statue de la Liberté de Frédéric Bartholdi est pour les meldois un symbole.

 

Nous sommes attristés devant l’ampleur des dégâts, mais les amis du musée et son conseil d’administration, ainsi que la ville de Meaux sous la présidence de son maire Jean-François Copé, vont tout faire pour qu’une restauration ait lieu afin que les meldois puissent retrouver cette œuvre.

Nous pouvons tous aider les amis du musée par des messages de soutien et autres.

Les Amis du musée :

SAM2G

Rue Lazare Ponticelli – 77100 Meaux

Site : https://www.museedelagrandeguerre.eu

 

Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 18:38

Bonne fête à toutes les mamans.

Les premières traces écrites de la fête en l’honneur des mères, remontent à l’antiquité.

Les Grecs, Rhéa, mère des dieux, était célébrée lors de cérémonies printanières, les Romains fêtaient les matrones le 1er mars, les Cybèle (équivalent romain de Rhéa) le 25 mars. Tous fêtaient de cette façon le printemps, symbole de renouveau, de renaissance et de fertilité.

Chez les chrétiens aussi, ce symbole a longtemps perduré. Chaque année, au moment du quatrième dimanche de Carême, les croyants allaient prier dans l'église "mère", la plus importante de leur région. Il s'agissait de célébrer de manière particulière un passage d'un chant grégorien, l'introït, qui évoque le lait maternel. 

Le Moyen Âge voit disparaître en Europe cette célébration au profit du culte d’une mère, celle du Christ. Mais honorer la Vierge Marie ne peut être associé à une « fête des Mères » en raison des questions théologiques sur sa virginité. 

En Angleterre on trouve des écrits du XVe siècle, parlant du Mothering Sunday (dimanche des mères, en français).

Le Mothering Sunday aurait repris la tradition des chrétiens, qui célébraient la maternité le quatrième dimanche de Carême. 

La tradition réapparaît en Angleterre au XVIème siècle. Le « mothering Sunday », dimanche des mères, est institué pour donner le droit aux domestiques des grandes familles anglaises d’avoir un jour de repos par semaine afin de se retrouver en famille. Les fidèles avaient l'obligation de se rendre à leur église "mère", soit la plus proche cathédrale ou église importante de leur secteur d’habitation.

Chaque pays et chaque époque à sa façon de mettre à l’honneur les mères.

Les mamans sont célébrées en mars de l'autre côté de la Manche, tandis qu'outre-Atlantique, la fête a lieu le deuxième dimanche de mai (c'est aussi le cas en Belgique, Suisse ou encore Espagne).

Dans la majorité des pays, la Fête des mères a lieu le deuxième dimanche de mai. 

En revanche, au Royaume-Uni et en Irlande, elle est célébrée trois semaines avant Pâques, à la mi-mars.

Enfin, dans plusieurs pays du Moyen-Orient, la fête des mères prend place lors de l’équinoxe de mars.

Un peu partout dans le monde, la Fête des mères a lieu le 2e dimanche de mai.

Aux États-Unis

 « J'espère et je prie pour que quelqu'un, un jour, trouve une journée commémorative des mères en sa mémoire pour le service inégalable qu'elle rend à l'humanité dans tous les domaines de la vie. Elle y a droit », déclare Ann Reeves Jarvis (1832-1905) qui consacra sa vie à mobiliser les mères pour qu'elles s'occupent de leurs enfants et que leur travail soit reconnu.

Très active au sein de l'Église épiscopale méthodiste, elle dirige des clubs de travail pour la fête des mères.

Elle s’emploie à lutter contre les taux élevés de mortalité infantile et juvénile, principalement dus aux maladies qui ravageaient leur communauté à Grafton, en Virginie occidentale.

Après sa mort en 1905, sa fille Anna promet de réaliser le rêve de sa mère. La première fête des mères est célébrée en 1908 à l'église méthodiste Andrews de Grafton.

Elle choisit le deuxième dimanche de mai pour qu’il soit toujours proche de la date du 9 mai, jour du décès de sa mère. En

1910, la fête des mères devient un jour fériée en Virginie occidentale et son succès est tel que dès 1914, le président Wilson la déclare fête nationale.

En France,

Napoléon Bonaparte, aurait évoqué l’idée d’une fête des mères officielle célébrée au printemps sans attachement religieux. Il faut attendre 1897 pour que l’Alliance nationale contre la dépopulation envisage à nouveau la création d’une journée officielle pour célébrer les pères et mères de familles nombreuses. Il aurait confié l’idée à son premier chambellan, M. de Rémusat : « Une fête des mères, des enfants, de la famille, voilà ce que j’aimerais voir en France chaque printemps quand renaît la nature, car c’est à ma mère que je dois tout. »

L’idée n’aboutit pas mais ressurgit à la fin du siècle alors que le déclin de la natalité entraîne la naissance de mouvements familiaux et natalistes. 

En 1897, l’Alliance nationale contre la dépopulation, créée un an plus tôt par le médecin, démographe et statisticien Jacques Bertillon (1851-1922), lance l’idée d’une fête des enfants, afin de mettre en avant l’importance de la fécondité.

Dans cet esprit Prosper Roche, instituteur à Artas, fonde en 1904 une société de secours mutuels « l'Union Fraternelle des Pères de Famille Méritants d'Artas ». Celle-ci prévoit l’organisation d'une journée annuelle pour remettre des « récompenses de haut mérite maternel ». Cette célébration a lieu pour la première fois le 10 juin 1906 dans la cour de l’école de garçons d'Artas, par cette célébration, les Artasiens sont les fondateurs de la fête des mères en France.

En pleine guerre mondiale, le 16 juin 1918, le colonel de la Croix-Laval va instaurer la première « Journée des mères » officielle, à Lyon pour rendre hommage à toutes les femmes ayant perdu un fils dans les tranchées.

Il faudra attendre 1926 pour que le gouvernement français officialise la fête des mères. À l’époque, il s’agit toujours d’encourager la natalité, alors cette première fête des mères officielle porte le nom de Journée des mères de Familles nombreuses et tant pis pour les autres.

La fête des mères sous l’occupation

Sous le régime de Vichy, la célébration de la maternité devient une fête nationale, célébrée le dernier dimanche de mai sous la dénomination de « journée des Mères ». Le régime de Vichy s’empare du thème défendu par les mouvements natalistes de l’entre-deux-guerres  « Travail, Famille, Patrie », en officialisant la journée des mères le 25 mai 1941.

Vichy incite les enfants à la prendre en charge. Ce jour-là, une affiche propagandiste est placardée dans toutes les écoles de France. Le message suivant y est inscrit : « Ta maman a tout fait pour toi, le Maréchal te demande de l’en remercier gentiment… »

La fête des mères aujourd’hui

La France n'a pas suivi la tradition américaine, car le deuxième dimanche de mai est dédié à  Jeanne d'ArcLa Fête des mères a été officialisée par la loi du 24 mai 1950 qui indique dans l’article 1er que “La République française rend officiellement hommage chaque année aux mères françaises au cours d’une journée consacrée à la célébration de la “Fête des mères””. Il n’y a alors plus de notion de famille nombreuse , toutes les mères sont officiellement célébrées. Elle est célébrée chaque année le dernier dimanche mai ou début juin en fonction de la date de la Pentecôte. 

C’est maintenant une tradition, à mi-chemin entre la propagande et l’argument commercial, mais dont le message d’amour reste essentiel de nos jours... car après la fête des mères, il y a celle des pères, chaque troisième dimanche de juin ; celle de la fête des grands-mères, tous les premiers dimanches du mois de mars… Et la mienne le 29 juin !!

Partager cet article
Repost0
13 mai 2021 4 13 /05 /mai /2021 22:51

Je reprends le cours des articles sur la Vème République, suite de l'article sur J. Chaban-Delmas)

Pierre Messmer

Le président de la République détermine les grandes orientations de la politique nationale et veille à leur mise en œuvre… Le Premier ministre conduit l’application de cette politique et en répond devant le président et l’Assemblée nationale. Il ne saurait exister de hiérarchie au sommet. 

Né le 20 mars 1916 à Vincennes (Val-de-Marne).

Docteur en droit, diplômé de l’École nationale des langues orientales vivantes, Pierre Messmer entre à l’École d’Administration des Colonies en 1938.

En 1940, il rejoint les forces de la France libre. Affecté à la 13e demi-brigade de la Légion étrangère. Chef de section, puis commandant de compagnie, il est engagé dans les expéditions de Dakar puis du Gabon.

Quelques semaines avant son décès, il dit avec humour :"Embarquer clandestinement à trois ou quatre hommes dans un cargo italien de 10 000 tonnes, puis réussir à le détourner vers Gibraltar pour gagner l'Angleterre marque une vie."

Il fait campagne en Érythrée, en Syrie (1941), en Libye avec Bir Hakeim et El Alamein, (deux des plus glorieux combats de la France Libre (1942-1943)) puis est affecté en Tunisie, participe à la libération de Paris, aux côtés de la 2e Division Blindée, fait la campagne de France et la conquête de l'Allemagne.

De nouveau, avec la 13e demi-brigade de Légion étrangère, il fait un rapide passage à la Direction de la mission française à Calcutta.

Parachuté au Tonkin en 1945, il est fait prisonnier par le Viêt-minh.  Après deux mois de captivité il s'évade et rejoint la mission française à Hanoï. Démobilisé, il devient secrétaire général du comité interministériel pour l'Indochine puis, en 1947 et 1948, directeur du cabinet du haut-commissaire de France en Indochine.

Commandant du cercle d'Atar en Mauritanie (1950-1951), il devient le gouverneur du pays (1952-1954), puis de la Côte d'Ivoire (1954-1956).

Nommé haut-commissaire au Cameroun (1956-1958), en Afrique équatoriale française (1958), et haut-commissaire général en Afrique occidentale française (1958-1959).

Sur cette période de sa vie, il écrira : "J’aimais ce métier à aucun autre pareil. J’y serais resté volontiers jusqu’à l’âge de la retraite, mais il m’a quitté pour cause de décolonisation."

Pendant près de dix ans (1960-1969), il est le ministre des Armées de Charles de Gaulle. Élu député UDR de Moselle en 1968, et Maire de Sarrebourg (1968-1992), il est nommé ministre des Départements et Territoires d'Outre-Mer dans le gouvernement Chaban-Delmas en 1971.

L’ancien gouverneur des colonies et grand officier de la France libre, Pierre Messmer est nommé Premier ministre en juillet 1972 par Georges Pompidou où il dirigera trois gouvernements successifs.

Au décès de Georges Pompidou, il poursuit son mandat sous la présidence par intérim d'Alain Poher. Ses fonctions prendront fin en mai 1974.

Pierre Messmer à l’Hôtel Matignon

Après Jacques Chaban-Delmas, le chef de l’État, choisit un homme dont il attend qu’il soit un chef d’état-major de l’action gouvernementale. Au fil des mois, Pierre Messmer supplée de plus en plus le président de la République en raison de sa grave maladie.

Le Premier ministre, qui aime la simplicité et les rapports directs, ramène à dix le nombre de secrétaires d’État.

Pierre Messmer incarne une certaine fermeté jacobine, notamment en décidant de la dissolution, en janvier 1974, des mouvements autonomistes basques ou bretons et en 1973 le mouvement néofasciste "Ordre nouveau" et de la trotskyste "Ligue communiste".

Malgré l’opposition de l’opinion, la vitesse est limitée à 100 km/h sur route, puis le port de la ceinture de sécurité est rendu obligatoire à l’avant.

Son gouvernement est confronté à la rapide évolution des mentalités, après mai 68.

Sur les questions de l’avortement, de la réduction de la majorité de 21 à 19 ans, de la réduction du mandat présidentiel à cinq ans (projet initié par Georges Pompidou), les ambitions du gouvernement tournent court, il réussit néanmoins, à imposer la création de la fonction de médiateur de la République.

Il poursuit la politique d’investissement et de grands équipements : inauguration du boulevard périphérique de Paris en avril 1973, lancement du programme de TGV Paris-Lyon, ouverture de l’aéroport Charles-de-Gaulle en mars 1974… Amplifie le programme de centrales nucléaires (accélération confirmée après le premier choc pétrolier, qui voit les prix de l’énergie fossile s’envoler).


Le gouvernement Messmer bénéficie encore du souffle des Trente Glorieuses :

  • Relèvement des allocations familiales de 12 %,
  • Hausse du Smic de 11,6 %,
  • Mensualisation des ouvriers et extension des mesures participatives.

Mais, déjà, avec le premier choc pétrolier, la forte inflation vient grever ces avancées sociales.

L’ère Pompidou-Messmer renforce aussi l’ancrage de la population rurale dans le gaullisme. Jacques Chirac, devenu ministre de l’Agriculture, est particulièrement populaire chez les agriculteurs. En décembre 1973, la loi Royer vise à limiter la prolifération des grandes surfaces en milieu rural.

Le décès de George Pompidou des suites d’une longue maladie, le 2 avril 1974, met un terme au mandat de Pierre Messmer à Matignon. De nombreux gaullistes tentent en vain de le convaincre de se présenter à la nouvelle élection présidentielle.

 

L'APRÈS-MATIGNON
En 1978, il est élu président du conseil régional de Lorraine et député RPR de Moselle, député européen de 1979 à 1984.

De 1986 à 1988, il occupe les fonctions de président du groupe RPR à l’Assemblée nationale.

Maire de Sarrebourg de 1971 à 1989, il renonce à se représenter aux élections pour la mairie de Sarrebourg en 1989 en déclarant :

"Si j'étais élu, j'aurais 79 ans en fin de mandat. Il faut parfois se déterminer par rapport à soi-même. C'est la sagesse qui le veut."

Pierre Messmer reçoit plusieurs distinctions :

  • Élu à l'Académie des sciences morales et politiques en 1988, (et secrétaire perpétuel de 1995 à 1998)
  • Élu à l'Académie française en 1999 ;
  • Chancelier de l'Institut de France (1999 à 2006) ;
  • Chancelier de l’Ordre de la Libération (2006 à sa mort).

Il est également président de l'Institut Charles-de-Gaulle de 1992 à 1995.

Pierre Messmer décède le 29 août 2007, à l'âge de 91 ans. Ses obsèques sont célébrées en l'église Saint-Louis des Invalides à Paris.

Le président de la République Nicolas Sarkozy salue celui qui "restera dans la mémoire nationale comme l'un des plus illustres enfants de notre République… la France vient de perdre l'un de ses plus grands serviteurs et la nation tout entière s'incline pour saluer sa mémoire".

L'ancien président Jacques Chirac évoque le "héros de la France combattante… l'homme d'État passionnément engagé pour son pays".

Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, salue la mémoire de cet "homme droit".

 Sources : Gouv.fr    Suite : Jacques Chirac

Partager cet article
Repost0