Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre
  • Le blog de Pierre
  • : Du romain au grégorien, parcourez l'histoire des calendriers. Le brie de Meaux et la Confrérie. Varreddes mon village.
  • Contact

Visiteurs

Rechercher

Catégories

23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 20:37

Cadran solaire du Croisic

                         Le cadran solaire du Croisic 

St-Lyphard,

Le village aux 700 chaumières, au cœur du Parc Naturel Régional de Brière.

marais.jpg

Promenade en barque sur  le marais de la Brière,  qui ne semble jamais finir.

Ballade en calèche

Puis une balade en calèche où les traces du passé : moulins, croix, calvaires et dolmens.

 

Le moulin de la Fée

Un bien joli moulin, dont les pales tournent au gré du vent, non pas pour faire tourner les meules, amis pour faire de l’électricité.

Moulin de la fee

            Une jolie éolienne, qui elle ne défigure pas le paysage !!

 Le grand blockhaus de Batz sur Mer

Un vestige du mur de l’atlantique, entièrement rénové.  Le-Grand-blockhaus.JPG

Une belle page d’histoire ou l’on apprend ce que fut la ‘poche de St Nazaire’ et bien d’autre choses, comme par exemple, ce blockhaus a été pendant déguisé en maison d’habitation afin de ne pas être repérer par  l’aviation.

Le dolmen de Kerbourg

Cet ensemble mégalithique de deux dolmens, dont l’un est en ruine est classé monument historique

 Dolmem de Kerkebourg

Le dolmen de Kerbourg

 Les marais salants de Guérandes Paludier

et ses paludiers.

Le port de La Turballe

 Bateau-de-peche.JPG

Avec ses bateaux, les mouettes… et  la criée !

 Guide A bientôt mon gars...

Repost 0
Published by Pierre - dans Kerhinet
commenter cet article
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 20:15

Entrée grande rue L'entrée de la grande rue

La grande rue

 La grande rue

Belle chaumière

 La belle chaumière 'Martine'

Centre Environnement

 Le Centre environnement

Une longère

Chaumière 'longère'

Le restaurant

Chaumière 'le restaurant'

Vieille charette

Vieille 'Charrette

Vieille faneuse

Faneuse

Le séducteur

Le 'Séducteur' et. ses deux compagnes

2 coqs

Les inséparables

faucheuse

'Faucheuse'

 

Guide 

 

 Surtout, hein, n'oublie pas de visiter les alentours!

 Bonne route et à bientôt.

Repost 0
Published by Pierre - dans Kerhinet
commenter cet article
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 16:50

Chaumière familiale La chaumière familiale

C’est dans cette chaumière, bâtie en 1742, que naquit l’aïeul de Daniel, Henri HOUGARD (1896-1970), dernier enfant de François Marie HOUGARD (1848-1899) et de Jeanne Marie PERREON (1855-1908). Plaque

 Ils sont les descendants d’une longue lignée de tisserands, cultivateurs de l’ouest du marais de Brière, alliés aux familles PHILIPPE, ANGER, AMISSE, LE BIHAN, HAUMONT, LOYER, MAHE, SAILLY, CHELET, EON, ALNO, LEGAL, YVIQUEL.HOUGARD = WGAR en breton signifiait ‘l’étranger’, mais ils se sont implantés dans cette région depuis le XVIe siècle et sans doute, descendants des Vikings arrivés ici au IXe siècle .Il y a d’ailleurs beaucoup de Hougard au Danemark.  Henri

 Henri HOUGARD, le parisien Henri HOUGARD, dernier d’une famille de huit enfants, est né dans cette maison en 1896.Après son certificat d’étude, il apprend le métier de menuisier .Pendant la première guerre mondiale il sert dans les zouaves. Démobilisé, il rejoint son frère à Paris, se fait embaucher comme ébéniste faubourg St Antoine. Seul son frère François resta toute sa vie à Kerhinet.  

Guide

 

Alors, pas belle la vie  à Kerhinet ? En quelques photographies découvrez  Kerhinet et ses alentours… (à suivre) 

Repost 0
Published by Pierre - dans Kerhinet
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 20:58

Dans le village tout le monde travaille la terre. Mais pour compléter leur revenu, nombreux sont ceux qui ont une autre activité.

 

Julien Bouilland, le tisserand

le tisserand

Julien Bouilland lui, est tisserand. En 1876 Kerhinet compte au moins cinq métiers à tisser pour 12 foyers. Le tissage, surtout développé dans les communes de St André-les-eaux et St Lyphard, est pratiqué l’hiver. Pour cela les habitants réservent une petite parcelle à la culture du lin, les toiles sont vendues sur la côte ou à Guérande.  

 

Pierre Legal, l’épicier 

 l'epicier

Juste avant 1850, Pierre Legal monte dans le village une épicerie qu’il tient jusqu’en 1896.

Son commerce est installé dans l’unique pièce de sa maison.

Désormais, les habitants de Kerhinet peuvent acheter sur place les produits qu’ils ne cultivent pas : le sucre, le sel, le café…

En revanche, ils se rendent aux foires de la Madeleine ou de st Lyphard pour vendre ou acheter leurs bêtes.  

                           Un autre perGuidesonnage important de la commune :

 ton copain  Daniel qui t’a fait connaître Kerhinet … Enfin, ses aïeux… (à suivre) 

Repost 0
Published by Pierre - dans Kerhinet
commenter cet article
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 21:26

Chaume

Jusqu’au début du XXe siècle, la plupart des maisons briéronnes étaient coiffées de chaume. Le ‘jonc’ a été utilisé principalement jusque dans les années 1970 ; sa disparition du marais a entrainé l’utilisation du ‘roseau’. outils chaume

Outils utilisés aujourd'hui par mes 'chaumiers'

Aujourd’hui, le roseau utilisé en Brière provient majoritairement de Camargue, mais le Parc naturel régional de Brière tente de développer la production locale.  Un toit de chaume a une durée de vie de 30 ans. La longévité d’une toiture est liée à sa pente, à son exposition t à son environnement. 

outils tourbe

L'extration de la tourbe

 Toutes les familles du village allaient couper la tourbe dans le marais à la fin du mois d’août. Les mottes servaient au chauffage de la chaumière .En 1798, les citoyens Jacques et Marie Hougard comparaissaient devant le juge de paix du canton d’Herbignac contre le citoyen Jacques Hougard. Les premiers accusent le second de passer dans leur jardin avec sa charrette chargée de tourbe sans autorisation .L’affaire finit par se régler à l’amiable. Jacques Hougard est autorisé à traverser le fameux jardin avec son foin, mais en revanche, il lui est interdit de transporter des mottes dont le poids beaucoup plus lourd endommagerait le terrain.  Dans le temps, on avait des vergers. on faisait notre cidre et on en buvait beaucoup surtout… d’ailleurs on dit  en Bretagne ‘il vaut mieux être saoul que con, ça dur moins longtemps !!! La disparition du nombre d’exploitants  agricoles, la perte d’un savoir faire et la baisse de consommation du cidre ont fait disparaître un grand nombre de pommiers. 

Cidre

Elaboration du cidre

Guide

 

En 1979, afin de préserver la diversité des espèces présentes sur le territoire, le parc régional naturel a planté à Kerhinet 46 variétés de pommiers provenant pour la plupart de Brière…. (à suivre) 

Repost 0
Published by Pierre - dans Kerhinet
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 21:44

Chaumiere-familiale.JPG

Chaque chaumière accueillait une famille de cinq ou six personnes.

Les jeunes couples construisaient une maison accolée à celle de leurs parents.

Elle ne comprenait  le plus souvent que deux portes et fenêtres pour mieux conserver la chaleur.

Une pièce unique servait à la fois de cuisine, de chambre et pour les activités domestiques  telles que le filage et le tissage.

A coté, des annexes permettaient de ranger les outils, conserver les récoltes ou abriter les bêtes.

La vie du village s’organisait autour des communs.

 

Le-four-a-pain.jpg

A Kerhinet, tous les habitants pouvaient utiliser les deux fours, le lavoir, les mares et le puits.  

Four-a-pain.JPG

Le four à pain

Pour prévenir que l’on utilisait le four à pain, on posait à proximité un fagot dont l’attache identifiait la famille. Après la première guerre mondiale, la multiplication des boulangeries fait disparaître l’usage des fours communautaires.  

 Le lavoir : l’affaire des femmes

Le-lavoir.jpg

  Il existait deux catégories de lessive : celle du linge de tous les jours et la grande lessive que l’on faisait deux ou trois fois par an pour le linge de maison.

 Les toiles étaient disposées dans une bue avec des cendres.

 On ‘coulait’ de l’eau bouillante à plusieurs reprises sur le linge qui restait à tremper toute la nuit.

 Le lendemain, les draps étaient rincés et battus avec un ‘batdrap’ au lavoir, puis essorés et mis à sécher sur l’herbe des champs.

Les lavoirs ont été abandonnés dans les années 1950-1960 avec la généralisation de l’eau courant à domicile, puis de la machine à laver. 

faucheuse.JPG

Ancienne faucheuse

Avant l’apparition des premières machines agricoles, les habitants dégageaient  un espace, la rue ou l’aire, pour ensemble, battre le froment ou le sarrazin au fléau.

Le battage des céréales consiste à séparer le grain de la paille.

C’est un travail pénible qui nécessite une main-d’œuvre importante. Le groupe qui se retrouvait pour cette tâche s'appelait ‘chouettée’. 

 

Guide 

On dit qu’en Bretagne il pleut deux fois par semaine : une fois quatre jours, une fois trois jours ! , mais heureusement le chaume sur les toits nous protège bien et la tourbe permettait de nous chauffer…  (à suivre) 

Repost 0
Published by Pierre - dans Kerhinet
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 21:47

     Ker

Kerhinet fait partie des villages en ‘KER’, de la Brière des Terres. Cette toponymie témoigne de l’influence bretonne que l’on retrouve sur la partie ouest des marais et signifie hameau.     

Plan Kerhinet

Plan de Kerhinet

 Contrairement aux villages des iles situées au cœur du marais (comme Fredun), les chaumières des villages de l’ouest du marais sont implantées de part et d’autre du chemin et autour des communs, organisation traditionnelle du paysage de bocage.  

La Croix

La Croix marquant l'entrée du village 

A l’entrée du village, il y a la croix, car nous, les Bretons, nous sommes très croyants, enfin nous étions très croyants, car maintenant…   

pierre d'angle

Pierre d'angle

 et dans l’angle du mur de la première maison, une pierre dépasse afin que les roues des charrettes n’abiment pas la maison.   

Laboureur

Les habitants de Kerhinet vivaient pour la plupart du travail de la terre.  

Chaque famille possédait plusieurs types de terrain, dispersés en raison des partages successifs : des bois, des prairies pour la pâture, des terres labourables pour le froment, le seigle, les choux…A l’arrière des chaumières, on cultivait un potager.   

Guide La vie n’était pas toujours facile, mais tout le village s’entraidait… (à suivre)    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre - dans Kerhinet
commenter cet article
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 22:10

 

Kerhinet

Malgré que je ne trouve aucun intérêt à diffuser sa vie privée sur la toile, je fais exception afin de remercier mon compagnon de la confrérie, qui en toute amitié, m’a prêté sa chaumière à Kerhinet en Bretagne, village de ses parents. 

briere

Carte de la Brière

Kerhinet est situé dans le parc naturel régional de la Brière. Avec ses 43.000 ha, dont 7.000 de marais et 135 km de canaux,  il est le deuxième marais de France après la Camargue. La Brière compte 3.000 chaumières. 

Kerhinet en 1974

Kerhinet en 1974

 Dans les années 1970, la plupart des maisons de Kerhinet étaient en ruine ou dans un état très avancé de délabrement. Seules deux maisons sont habitées.

A partir de  1973, le parc naturel régional de Brière, rachète les maisons, et pendant une douzaine d’années conduit la restauration des 18 chaumières de ce  village breton afin de sauvegarder ce patrimoine.

 

GuideHep là, le ‘kralawet’ qui passe, imagine un peu la vie de mon village en 1875, quand une quinzaine de familles y habitaient … Viens je vais ‘t’le’ faire visiter, nous allons parler de l’organisation  et de la vie du village au XIXe  siècle, du travail et des métiers et de  la famille de l’ami Daniel… (à suivre)

Repost 0
Published by Pierre - dans Kerhinet
commenter cet article