Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2022 7 18 /09 /septembre /2022 17:43

Mais qui sont ces « crétins des Alpes » dont parle le capitaine Haddock en s’adressant au professeur Tournesol ?

Dès l’an 1000, des sources médicales et religieuses attestent de leur présence dans les Alpes

« Crétins des Alpes » n’a pas toujours été une des insultes favorites du capitaine Haddock. Au 19e siècle, l’expression désigne une réalité médicale.

 

C’est au moment où le tourisme se développe dans les Alpes, fin du 18esiècle et au début du 19e siècle, que les témoignages décrivant les « Crétins des Alpes » se multiplient : « leur corps ressemble à celui d’un nain, la physionomie est difforme et sombre, l’esprit dépourvu de toutes ses facultés. »

 

A partir des années 1820-1830, cela devient une question médicale de grande ampleur

Vers 1850, la France compte environ 20 000 crétins et 100 000 goitreux dans les régions montagneuses (Alpes et Pyrénées). La Suisse n’est pas épargnée dans la région du Valais.

 

En 1860, le crétinisme, devient une question de santé publique lorsque la Savoie devient française, et que Napoléon III importe des milliers de crétins avec ce nouveau bout de France. Il s’agit d’éradiquer le phénomène.

 

Jusqu’en 1922, les médecins ne peuvent expliquer les causes de cette infirmité. Les hypothèses foisonnent : climat, air humide, consanguinité, manque d’hygiène et même mauvaise qualité de l’eau.

Si on ne peut les guérir, les médecins pensent qu’il est possible de les éduquer et en France comme en Suisse, des instituts spécialisés regroupent les crétins dans des asiles.

Les traitements souvent inhumains à base de chocs électriques, d’eau glacée ou même de son pour éveiller leur sensibilité sont toujours des échecs puisque la cause du crétinisme est anatomique.

 

Ce sont des médecins suisses qui vont isoler la véritable cause de la crétinerie : le manque d’iode dans les terres alpines, éloignées de la mer. Cette déficience fait dysfonctionner la thyroïde et provoque la poussée d’un myxœdème derrière le crâne qui bloque le développement humain.

 

Depuis le début du XXe siècle, cette hypothèse est la bonne, et pourtant elle est remise en cause par les médecins qui ont déjà tenté de soigner le crétinisme avec de l’iode. Ces braves praticiens se sont trompés dans le dosage de l’iode, ils en mettent trop, ce qui provoquait des maux de ventre et aucun résultat.

 

En 1922, les médecins suisses introduisent une dose minimale d’iode dans le sel de table lors d’une expérience. Cette mesure est très efficace et en quelques mois, on constate un arrêt du développement du crétinisme. En quelques années, la diminution du crétinisme et la forte réduction des goitres sont sidérantes, tous les pays limitrophes adoptent cette solution sanitaire…

 

Ces êtres de petites tailles au front bas, au faciès souvent ridé, la mimique inexpressive et à l’état mental allant de l’idiotie jusqu’à l’arriération simple, suivant le cas disparaissent rapidement,

C’est un cas d’école de santé publique : il est rare de trouver une solution aussi simple à un problème si important.

 

« Crétins des Alpes » ne devient plus qu’une insulte, beaucoup utilisée dans les milieux politiques des années 1922-1930 pour désigner un adversaire.... 

No comment sur les « crétins » d’aujourd’hui !!!

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2022 5 06 /05 /mai /2022 21:09
Le jardin de Pâques

Faisant visiter l’église Saint Saturnin de Sarzeau, dans le Morbihan, on contemple en ce moment, une représentation de la semaine Pascale.

Cette maquette a été crée il y a 35 ans, dans les années 1985-1990, par des personnes soucieuses d’en faire une catéchèse visuelle, tout en faisant participer les enfants du catéchisme à la confection de tous les personnages.

Pendant des années, elle a été entreposée et oubliée dans le grenier d’un presbytère. Lors d’un grand ménage, elle a été sauvée in extremis et ramenée à Sarzeau.

Aidé par des parents et grands-parents des enfants du caté, Jacques et Geneviève, les découvreurs, ont effectué une restauration minutieuse de tous les personnages acteurs de cette Semaine Sainte.

Du dimanche des Rameaux jusqu’à la rencontre des pèlerins d’Emmaüs, ce décor est évolutif.

Cette fresque était unique dans le Morbihan.

Le vicaire général de l’époque a voulu la nommer « Le jardin de Pâques ».

Magnifique réalisation, qui vaut le détour.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 15:41

 

Le Père Noël 

Ce n'est qu'au XIXème siècle qu'est apparu le Père Noël tel que nous le connaissons aujourd’hui. Avant son arrivée, c'est Saint Nicolas, fêté le 6 décembre, qui faisait le rôle de donateur de cadeaux ! Le saint Patron des petits enfants était chargé de récompenser les enfants sages en leur distribuant friandises et jouets, son acolyte, le Père Fouettard, avait la lourde responsabilité de punir les enfants méchants.

On peut considérer que St Nicolas est l’ancêtre du Père Noël.

Cependant, pour passer des cadeaux de la St Nicolas le 6 décembre aux cadeaux du 25 décembre apportés par le Père Noël, il fallut également passer par la fête de Santa Claus.

 

Santa Claus est la fête de St Nicolas aux États-Unis, importée par les émigrés Hollandais et la date de distribution des cadeaux fut progressivement déplacée pour en faire la fête des enfants.

Le pasteur américain, Clément Clarke Moore, adoucit St Nicolas, dans le poème « A Visit From St. Nicholas" (la visite de St Nicolas). Ce texte, présentait Santa Claus comme un personnage débonnaire, ayant perdu son caractère moralisateur, ses attributs épiscopaux et gagné un bonnet bien chaud et huit rennes volant pour tirer son char...

C’est sous l’influence des dessinateurs John Tenniel et Thomas Nast, vers 1850, que le Père Noël prit l'allure d'un vieillard dodu vêtu d'un pantalon bouffant et d'une veste bordée de fourrure blanche. 

Les illustrations en couleur hésitèrent un temps entre le rouge et le vert pour le costume de Santa Claus, mais c'est finalement le rouge qui l'emporta. 

Des firmes européennes et américaines comprirent rapidement l'intérêt publicitaire de ce personnage sympathique, qu’est le Père Noël. Il fut donc utilisé dans de nombreuses campagnes de publicité, pour Michelin et Coca-cola entre autres. Ces images furent diffusées à si grande échelle que de nombreuses personnes pensent que la couleur rouge du Père Noël a été inventée par le soda made in USA. En réalité, la couleur rouge était associée au Père Noël longtemps avant les années 30, période où apparurent les affiches de l'illustrateur Haddon Sundblom pour vanter les mérites du Coca-cola. Il est vrai t que ces illustrations contribuèrent à populariser davantage le personnage du Père Noël.

 

En Europe...

En Europe, c'est au moment de la première guerre mondiale que le Père Noël s'imposa comme personnage emblématique des fêtes de Noël. Il ne réussit pas pour autant à évincer Saint Nicolas qui continue d'être très fêté, en particulier en Belgique et dans l'est de la France.

En France, certains catholiques ont résisté à l'apparition de ce personnage, préférant s'offrir le soir de Noël des cadeaux en l'honneur de l'anniversaire de la naissance de Jésus. Aujourd’hui, les deux personnages sont fêtés en parallèle sans pour autant établit des liens de parenté entre eux.

Grâce à sa popularité, il a importé la coutume des échanges de cadeaux au moment du 25 décembre.
Le Père Noël connait un succès mondial, même dans les pays où il n'existe pas de tradition de Noël.

Le Père Noël, existe bien… on en a la preuve !!

En faisant des recherches généalogiques, un ami, m’a transmis l’acte de naissance du Père Noël, né le 23 décembre 1905 à Montmorillon dans la Vienne.

undefined
Acte naissance du 12-12-1905 - vue 54-56 n.86

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2021 7 21 /11 /novembre /2021 17:43
'Mémoire du Patrimoine ' Sarzeau

C’est en arrivant à Sarzeau, que j’ai découvert pour la première fois qui était Xavier de Langlais lors du forum des associations et sur la signalétique ‘Mémoire du patrimoine’ dans la ville. A la lecture du texte, j’ai voulu en savoir plus et particulièrement sur son œuvre de peintre.

Dans son œuvre religieuse, ses chemins de croix tiennent une place importante, tant sur un plan personnel que sur le plan de la Bretagne du XXème siècle.

Les chemins de croix de X. de Langlais sont d’une grande sobriété, le nombre de personnages sur chaque tableau est très restreint, le Christ restant toujours le personnage central. Sa foi chrétienne, la profondeur de ses sentiments religieux transparaissent dans tous ses tableaux.

L’histoire des chemins de croix.

Grâce aux évangiles (Luc XXIII, 26 à 32), on sait que le Christ est tombé plusieurs fois sous le fardeau de sa croix, Simon de Cyrène a donc été requis pour aider Jésus à porter sa croix.

À Jérusalem les franciscains gardiens des Lieux Saints, guidaient les pèlerins empruntant le chemin suivi par le Christ, allant du tribunal de Pilate situé au bas de la ville, jusqu’au sommet du Golgotha, là où fut crucifié le Christ.

Les franciscains imaginèrent et diffusèrent au XIVème et XVème siècle la dévotion du chemin de croix. Afin de permettre à l’ensemble des fidèles et aux pauvres ne pouvant faire le voyage à Jérusalem, d’accomplir la même démarche que les pèlerins.

Ils eurent l’idée de déposer dans les édifices religieux des tableaux, des statues marquant l’itinéraire du Christ vers le calvaire en faisant prier et méditer les fidèles à chacune des stations.

Les premiers chemins de croix ne comportaient que 7 stations, leur nombre varia jusqu’au XVIIIème siècle.

Ce sont les papes Clément XII (pape 1730-1740) et Benoît XIV (pape 1740-1758) qui donnèrent au chemin de croix la chronologie actuelle de 14 stations.

Les œuvres de X. de Langlais

Entre 1932 le premier chemin de croix peint pour l’église St Pierre de Plounevez et sa dernière réalisation en 1972, Xavier de Langlais réalisa 32 œuvres : Chemin de croix peint à l’huile sur différents supports (fibrociment, céramique, mortier), ainsi que sur mosaïque et céramique. Il décora un vitrail. Il peint également une estampe et quelques fresques.

Ses œuvres sont visibles dans une vingtaine d’églises de Bretagne, surtout dans le Morbihan.

Entre 1935 et 1955, il a décoré 17 églises et 11 tableaux sont protégés par classement des monuments historiques.

Tableaux :

1936, Cinq Taolennou (tableaux de mission) à Guipavas, maison des Missionnaires montfortains au Rody

  • La Persévérance ; La Rechute ; La Conversion de l’âme ; L’Âme en état de péché mortel et les deux chemins

Fresques :

1936-37 : fresque du chœur de la chapelle de St Joseph à Lannion

  • La Vierge et l’Enfant assis sur les genoux donnant la main à St Joseph, entourés d’anges.

1937 : La Boissière, abside de la Chapelle St Christophe

  • St Christophe et la mort.

1937 : La Richardais, église St Clément

  • Vie de St Malo et Vie de St Lunaire

1956-1958 : Chapelle de l’Évêché à St Brieuc, fresque sur mortier de trois panneaux.

  • Les Saints bretons

1958 : Église Notre Dame des flots à d’Étel. Offrande des marins. Fresque peinte sur mortier.

  • Notre Dame de la Mer.

1959 : Église St Louis de Lorient, deux fresques au-dessus des autels des chapelles latérales.

  • Formes géométriques.

1968 : Dans le hall de l’usine Entremont Alliance, zone de l’hippodrome à Quimper.

  • Paysage marin.

Vitrail :

1946 : Église-neuve-de-Vergt, église paroissiale

  • Vitrail avec les 2 Saints emblématique de la Bretagne ; St Yves (Erwan) patron des Bretons et St Corentin (évêque de Quimper, considéré cimme l’un des 7 saints fondateurs de la Bretagne, avec St Turgal).

Estampes :

1948 : Saint Renan

  • Linogravures originales en deux tons.

 Sources: Site Xavier de Langlais.  Si Sarzeau m’était contée (P. Beunon).  Commune de Sarzeau

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 23:00
Le baptême du Christ par St Jean

 

Peintre, graveur, écrivain, chrétien, Xavier de Langlais a marqué le paysage breton et de Sarzeau, sa ville natale.

Sarzeau, conserve un témoignage de sa peinture : "le baptême du Christ par Saint Jean-Baptiste".

Cette œuvre réalisée en 1936 par Xavier de LANGLAIS, était une commande de l’abbé Paul Le VEUX, afin de remplacer une toile ancienne détruite par l’humidité. L’ancien cadre a toutefois été gardé ce qui explique sa forme.

Décorant le baptistère à gauche en entrant dans l'église, espace froid et sans aération, il a subi les assauts du temps en se couvrant de moisissure.  La commune de Sarzeau a donc pris la décision de le restaurer et de confié ce travail à Catherine RUEL, restauratrice.

Après deux ans d’absence, le 19 octobre 2021, l’œuvre a retrouvé toute la fraicheur de ses couleurs et accrochée, non plus dans le baptistère mais près de l’autel, pour le plus grand bonheur des fidèles qui pourront mieux l’admirer.

 

Le tableau

"le baptême du Christ par Saint Jean-Baptiste", est une  œuvre classique de 150 x 128 cm, peinte à l'huile sur toile, pleine de symboles (coquille St-Jacques, Saint-Esprit sous forme de colombe).

Jean, cousin du Christ, a annoncé la venue du Messie, il est considéré comme le trait d'union entre l'ancien Testament en sa qualité de dernier prophète et le nouveau Testament comme premier martyr chrétien.

Au loin sur la colline on aperçoit les néophytes qui attendent le baptême que doit leur donner le "Précurseur".

Si on connaît le Sacrifice de Jésus, la fin tragique de Jean-Baptiste est souvent peu connue : il mourut décapité pour avoir reproché au tétrarque de Galilée Hérode Antipas, son mariage incestueux avec Herodiade qui était à la fois sa nièce et sa belle-sœur.

                                                                                                                                                                         

Xavier de Langlais

Né le 26 avril 1906, rue de La Madeleine dans le bourg de Sarzeau., il passe son enfance à Surzur (Cohanno).

Artiste complet, peintre, écrivain, il se veut artisan, exploitant toutes les techniques (peinture, typographie, gravure, céramique, illustrations…), signait ses œuvres en breton Langleiz.

Son œuvre de peintre a été récompensée par le Prix Blumenthal en 1939 et le Prix de New York en 1962.

Son œuvre d’illustrateur est aujourd’hui conservé au Musée de Bretagne à Rennes,

Son œuvre religieuse, (tableau et chemin de croix) peut être admirée dans les 18 églises et chapelles de la Bretagne.

Xavier de Langlais décède à Rennes le 15 juin 1975 à l’âge de 69 ans.     

 

Sources : Commune de Sarzeau – Portail de Langlais : www.delanglais.fr

Crédit photo: Commune Sarzeau

A suivre : Xavier de Langlais

 

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2021 7 25 /07 /juillet /2021 16:55

Le Phare de Port-Navalo

Phare de Port-Navalo

Superbe balade à faire : le tour de la pointe de la presqu’ile de Rhuys sur le chemin de la corniche, ancien chemin des douaniers de Port-Navalo. Depuis le dessus d’un ancien bunker, assis sur le banc, la vue des bateaux entrant ou sortant du golfe est un véritable spectacle, voir les bateaux lutter contre le courant… où se laisser glisser.

Magnifiques vues le long de ce chemin sur les Iles d’Houat, Hoëdic, Belle-Île, sans oublier la presqu’ile de Quiberon.

Une voie d’accès bien connue aujourd’hui, mais qui n’a pas toujours été sans risque.

Le phare de Port-Navalo, fait face à Locmariaquer, marque l’entrée du golfe du Morbihan, et l’alignement avec le phare de la ‘Teignouse’ trace l’axe permettant d’entrer sans encombre dans le golfe du Morbihan.

Ancien chemin des douaniers

Phare de Port-Navalo

L’emplacement de ce phare, fut au départ sujet à d’âpres discussions entre l’administration qui veut éclairer l’entrée du golfe et les marins qui souhaitent se protéger du dangereux chenal de la Teignouse entre Houat et Quiberon.

Les marins souhaitaient que le phare soit sur le haut du Petit Mont, les bureaucrates ont finalement implanté en 1840 une petite maison-phare à l’entrée du golfe sur les hauteurs d’Arzon face à la pointe de Kerpenhir à Locmariaquer. Celle-ci subit quelques travaux de modernisation en 1865.

Au XIXe siècle, le trafic augmente encore et on se rend compte que sa portée est trop faible. Une seconde tour est construite, accolée au pignon opposé de la maison de fonction, en 1895. Sa portée est beaucoup plus puissante, mais n’a pas suffi à sauver le cuirassé France en août 1922. Celui-ci effectuait des manœuvres au large de Quiberon et voulait rentrer à marée basse lors d’un coefficient de 106 et à 1h du matin, il s’éventre sur une pierre inconnue des cartes maritimes. Naufrage qui fit trois morts.  La coque fut découpée 16 ans plus tard en 1938 et l’épave enlevée en 1958 !!

Deux phares à Port-Navalo.

Le phare originel est la plus petite des deux tours visibles de part et d’autre de la maison du gardien. Datant de 1840, doté d’un feu fixe blanc placé à 10 mètres de haut, renforcé en 1864 en direction de la Teignouse. Ce phare fonctionna à l’huile végétale jusqu’en 1875, puis à l’huile minérale jusqu’à son extinction.  Mais il n’était pas assez haut pour qu’il soit efficace.

Deux paramètres conditionnent l’efficacité d’un phare : Une hauteur qui dépasse l’horizon et une lampe de puissance adéquate pour être visible de loin tout en économisant l’énergie.

De ce fait, en 1895, une nouvelle tour de 21 mètres fut construite, hauteur de la focale : 18,9 mètres. Son altitude de base est de 12,9 mètres.

Ce second phare fonctionna à la vapeur de pétrole jusqu’en 1930, date de son électrification. Automatisé en 1982, la lanterne (focale de 0,25) est actuellement équipée d’une lampe à halogène de 180 w (secourue par une lampe halogène de 90w) qui qui porte à 14,4 milles (environ 27 km) d’un feu blanc, rouge et vert à trois occultations toutes les douze secondes.

Il revient de loin.

Durant l’occupation l’armée allemande considère ce phare comme secondaire, le laisse à l’abandon et démonte l’optique en 1942 et veut le dynamiter en 1944. Grâce à l’ingénieur, monsieur Le Net, il ne fut pas détruit. Celui-ci a su convaincre l’occupant par cette phrase célèbre : « Les phares n’appartiennent à personne car ils servent à épargner les vies des marins de toutes les nations et celles de leurs passagers ».

Passage et phare de la Teignouse

Le courant vers Port-Navalo

On ne peut parler du phare de Port-Navalo, sans parler du passage de la Teignouse et de son phare.

Le passage de la Teignouse, le plus dangereux du Morbihan est le détroit qui sépare l’île de Houat et la presqu’île Quiberon, il est signalé aux marins par le phare portant le nom du rocher sur lequel il est construit.

En effet, chaque phare en mer de France possède le nom du rocher sur lequel il est construit, à l’exception du phare de Kéréon à Ouessant, qui porte le nom de la famille des donateurs qui l’ont financé.

Le phare de la Teignouse

Phare de la Teignouse (image internet)

Il porte donc le nom de la plus grosse roche d’une bande de plus d’un kilomètre que les marins appelaient autrefois « La Teigneuse ».

Situé au large de la pointe du Conguel au sud-est de Quiberon, c’est le premier phare en mer construit dans le Morbihan. Son emplacement est stratégique puisque pour franchir ce fameux passage il faut virer dans trois chenaux successifs qui, selon les marées, peuvent créer un goulet hydraulique extrêmement puissant et dangereux. A marée basse le fond est de 10 mètres et le double à marée haute. Ce passage permet l’accès à la fois à Quiberon, Houat, Belle-Île et le Golfe du Morbihan. C’est dire l’importance du phare pour tous les navires qui naviguent dans les parages !

Les travaux de construction débutent en 1843, 5ème phare construit au large des côtes françaises, la technique n’est pas encore au point et les conditions de construction sont difficiles. Durant les premières années de mise en service, les pannes dues à cause d’une mauvaise rotation des optiques, sont fréquentes.

Grâce à l’invention géniale de FRESNEL :  faire flotter l’optique sur un bain de mercure, ce qui évite les frottements et le grippage, il sera en 1886 le premier phare au monde doté de cette invention.

Fresnel, avait inventé une lentille à échelon (dite lentille de Fresnel – 76 cm de côté et 92 cm de focale), en 1822 pour remplacer les miroirs utilisés dans l’éclairage des phares de signalisation marine. Dès 1823, les phares en furent rapidement équipés, le premier fut le phare de Cordouan dans l’estuaire de la Gironde.

Fonctionnement du phare

Il fonctionne à l’huile végétale, puis minérale à partir de 1875, passera à la vapeur de pétrole en 1904, et électrifié en 1983, il est automatisé la même année. Aujourd’hui, il possède des panneaux photovoltaïques.

A la base du phare, deux gardiens y vivaient pendant plusieurs mois consécutifs, dans des conditions difficiles dues aux logements trop proches du niveau de la mer, qui les rendaient froids et humides. L’eau, la condensation ruisselant à l’intérieur des pièces, les postulants ne se précipitaient pas à venir…  et y rester !

Caractéristiques :

Hauteur totale : 20,05 mètres

Hauteur de la focale : 16,35 mètres

Altitude de base : 3,2 mètres

Portée : 14,5 milles

Feu : éclats réguliers normaux avec un rythme : L=1s / o=3s / T= 4s, feux fixe d’horizon 360°

Focale de 0,25 at lampe halogène 180W

Source : Ministère de la mer

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 15:32

(7). Balade dans le Finistère – Douarnenez

Roi Grandlon

Après la Pointe du Raz, Douanenez, la cité des « Penn Sardin ».

Tête de pont d’un riche arrière-pays agricole, Douarnenez s’ancre au fond d’une des plus belles baies de Bretagne à laquelle elle a donné son nom « Douar an Enez ».

Les romains y fabriquaient déjà le ‘garum’, ce jus de poisson fermenté qui servait, dans toute l’Empire, à épicer les plats. Au fil des siècles, ce petit port de pêche se développe et devient un centre important mais les troubles de la Ligue en 1595, la Révolte du Papier Timbré en 1675 et les guerres de Napoléon brisent l’essor des « presses à sardines » et du commerce maritime. Aujourd’hui, seules quelques conserveries subsistent encore, ‘la grande pêche’ à la sardine a marqué la cité et vaut toujours aux Douanerais le surnom de ‘Penn Sardines’ (têtes de sardines).

Les conditions de vie des sardinières, les femmes qui préparent le poisson à sa mise en boite sont très pénible et … mal payé.

Douarnenez la rouge

En novembre 1924, éclate la grande grève des ‘Penn Sardin’, menée par les ouvrières des 21 usines de conserveries de la vile. Le mois de décembre voit des incidents entre grévistes et usiniers, ponctués de manifestations et même de fusillades. Le 1er janvier 1925, le maire qui soutient la grève et son neveu échappent de justesse à un attentat, mais le 6 janvier, un accord met fin à la grève… les ‘Penn Sardin’ ont gagnées.  Au cours de cette même année, Joséphine Pencalet, l’une des meneuses du mouvement, est élue conseillère municipale….  Alors que les femmes n’ont pas encore le droit de vote. Considéré comme une anomalie, elle sera vite corrigé, l’élection sera invalidée par les autorités préfectorales au mois de novembre.

Un autre personnage leader du mouvement, Charles Tillon, un des « mutins de la « Mer Noire » (1919), combattant volontaires en Espagne (1936-38), puis dirigeant de la Résistance armée, et ministre à la libération, sera élu en 1925 au Conseil Municipal de la ville.

Musée du port Rhu

Sur l’ancienne ria de Pouldavid, qui sépare Douarnenez et Téboul dans une ancienne conserverie nous découvrons le Port-Musée, véritable conservatoire de bateaux anciens mettant en scène l’histoire des gens de mer. Le « Musée à terre », nous fait voyager par-delaà les continents, découvrir l’héritage maritime de la ville, lié à la pêche et aux sardineries.

Le « Musée à flot », avec ses cinq bateaux :

  • Le Roi Gradlon, ancien baliseur, qui a passé 66 ans au service des Phares et balises du Morbihan.
  • Le Saint-Denys, ancien remorqueur du port de Faimouth, en Cornouailles anglaise, évoquant la vie des ports, les manœuvres et la motorisation à vapeur.
  • L’Anna-Rosa, caboteur norvégien centenaire, évoque le grand cabotage européen florissant au XIXe siècle.
  • Le Dieu-Protège, sablier de la mer d’Iroise ayant contribué à l’effort de reconstruction de la ville Brest, après la seconde guerre mondiale.
  • Le Nizwe, (bateau privé), caboteur à voiles utilisé depuis des millénaires pour le commerce dans l’Océan Indien.

Douarnenez : berceau du Kouign amann

Nous sommes en 1860, Yves-René Scordia, boulanger à Douarnenez, ce serait un peu ‘planté » dans les proportions pour la fabrication d’un gâteau breton. A cette époque, la farine était rare alors que le beurre abondait. Notre brave homme mélange quatre cents grammes de farine pour trois cents grammes de beurre et trois cents grammes de sucre. La pâte est ratée, mais le boulanger, ne voulant pas perde la marchandise, la fait cuire. Le résultat dépasse ses espérances il en ressort un gâteau compact est succulent, le Kouign amann est né. Les touristes s’en régalent, ils en ramènent même de retour de vacances à Paris. Aujourd’hui on le déguste dans le monde entier mais le Kouign amann reste douarneniste.  L’histoire ne dit pas si le boulanger Douarnenais a fait fortune…

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2021 2 13 /07 /juillet /2021 05:08
La Route du Vent

Elle peut commencer au nord par la pointe du Raz, ou au sud par le phare de Penmarc’h, longeant au plus près le littoral.

Elle nous invite à contempler des panoramas de paysages marins et ruraux, c’est ‘la route du vent solaire’.

Elle porte bien son nom, comme le vent, elle change souvent d’orientation. Ainsi, elle amène le regard à découvrir le Pays Bigouden et le Pays Cap Sizun tantôt d’est en ouest, tantôt du nord au sud.

Nous l’avons commencé par le sud à Treguennec pour terminer à la pointe du Raz et la baie des trépassés, où selon la légende bretonne, les âmes du purgatoire étant errantes, celles des noyés s’y réunissent.

Protéger par ses deux pointes, la baie des trépassés n’a rien de lugubre, même si la mer d’Iroise, terriblement dangereuse, ramène régulièrement les corps des naufragés. Cette baie est superbe et ce jour, le temps était clair, nous avons pu voir le phare de Tévennec.

Alias ‘les portes de l’enfer’, ce phare est un lieu hanté et maudit ! Le premier gardien sombre dans la folie… En trente ans pas moins de vingt-trois gardiens aguerris vont habiter successivement ce phare et tous vont demander leur mutation après avoir été victimes d’apparitions lugubres et de phénomènes inquiétants… Les ouvriers lors de sa construction en 1869 entendaient sans cesse des hurlements soupirants « kerzh kuit » (« va-t’en » en breton).

Gardien de phare, un métier dantesque.

Les phares étaient classés par les gardiens en 3 catégories ;

  • Paradis, si le phare était sur le continent.
  • Purgatoire s’il était sur une ile et
  • Enfer s’il était en pleine mer.

L’enfer, ici, ce n’est pas « les autres », mais la solitude, qui pèse lorsqu’on est isolé par une tempête !

Un autre phare dans la mer d’Iroise, celui d’Ar-Men (« le rocher » ou « la pierre » en breton), le plus dangereux du monde, a fait l’objet d’une littérature abondante, dont ‘Tempête sur Armen de JJ. Antier et le récit de JP Abraham, qui fut gardien de phare à Ar-Men de 1959 à 1963.

La pointe du Raz

Pointe du Raz

Chef-d’œuvre de la nature. Entre lande et océan, on découvre la grandeur du panorama du Raz de Sein, bien connu des marins, avec ses phares de la Vieille et de Tévennec et la fascinante île de Sein.

La Croix Celtique

Cette Croix Celtique, située à la pointe du Raz, réalisée par un compagnon du devoir représente le Cap Sizun et la Bretagne. Sculptée en 2000 par Gildas Castrec.

 

A suivre : Douarnenez : Berceau du Kouign Amann

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 09:34

Le Dolmen de Kerrugou 

Shéma de la Kerugou

L’homme façonne son environnement.

Six mille ans avant notre ère, les grands froids des dernières glaciations sont terminés. La mer remonte au niveau des basses mers actuelles et façonne dans la baie d’Audierne, le paysage littoral actuel, avec ses dunes et son cordon de galets.

C’est dans cet environnement doux et forestier que s’installent les premières communautés paysannes.  La géographie des mégalithes indique qu’elles privilégient les abords côtiers.

A proximité des villages, les meilleures terres sont déboisées par brûlis, puis ensemencées de céréales et de légumineuses.

Les paysans taillent et polissent des pierres dont ils font des haches, des herminettes ou des houes pour accomplir les travaux agraires.

L’agriculture et les conséquences socio-économique qui l’accompagnent : sédentarisation, spécialisation du travail, hausse de la démographie, forgent une société hiérarchisée, dépendante des conditions naturelles et astreinte à un travail journalier.

Enterrer ses morts

Homo Sapiens (l’homme moderne), Homo Neanderthalensis (l’homme de Neandertal) enterraient déjà leurs morts. En s’implantant durablement dans des régions, les hommes modernes peuvent alors conserver, dans des espaces dédiés, aux restes de leurs défunts.

D’abord enterrées à l’intérieur ou à proximité des maisons, les dépouilles sont progressivement séparées des espaces de vie quotidienne.

Les premières nécropoles apparaissent : Menhirs, dolmens, tumulus… Certaines populations ont recours à la crémation.

Le dolmen de Kurugou

Restauré en 1938, le dolmen de Kurugou, est une tombe à couloir en T, daté d’environ 3500 ans avant Jésus-Christ,

Lors de fouilles en 1875, la mise à jour d’un type de poterie et des céramiques ornées de nervures verticales que l’on retrouve dans l’ensemble du sud de la Bretagne, semble identifier un même groupe culturel appelé le groupe de Kerugou.

Trois types fondamentaux de dolmens

  • Les dolmens simples, la chambre ouvre directement sur l'extérieur. Généralement composés de deux à trois orthostates (pierre dressée, plantée à la verticale) et d'une dalle de chevet. La chambre ainsi définie est de forme rectangulaire (dolmen dit de « type A ») ou polygonale (dolmen dit de « type B »).

Ce type de dolmen est très répandu dans le sud-ouest (Aveyron, Lot) et le centre de la France (Puy-de-Dôme). Sa construction connaît parfois des adaptations spécifiques localisées :

  • Dolmen avec chambre compartimentée (Nécropole mégalithique de la Pointe du Souc’h)
  • Dolmen à cabinet latéral où de petites cellules sont adossées à la chambre.
  • Les dolmens à couloir, parfois appelés tombes à couloir ou dolmens à galeries. L’entrée de la chambre communique avec l’extérieur par un couloir. Ce type de dolmen connaît de nombreuses déclinaisons locales :
    • Dolmen en « V » qui se caractérise par une chambre trapézoïdale raccordée sans rupture au couloir d’accès.
    • Dolmen transept se caractérise par un couloir conduisant à une chambre terminale précédée d’un double jeu de chambres latérales dessinant une croix de Lorraine.
    • Dolmen coudé, la chambre et le couloir dessinent une équerre (fréquent dans le Morbihan).
    • Dolmen Angevin, ou dolmen à portique, construction de taille monumentale composée d’une grande chambre précédée d’une antichambre surbaissée.
    • Dolmen angoumoisin (Bougon dans les Deux-Sèvres)
  • Dolmen en allée couverte, se caractérise par une chambre très allongée, distincte ou non du couloir. Ce type de dolmen se retrouve avec des adaptations régionales en Bretagne.

Enterrer ses morts est un marqueur essentiel de l’humanité.

 

Sources : Inventaire des mégalithes de la France, Sylvie Amblard., « Histoires de mégalithes, Jean-Noël Guyodo et Audrey Blanchard enquête à Port-Blanc (Saint-Pierre-Quiberon, Morbihan).  Bretagne mégalithique, Gwenc’hlan Le Scouëzec & Jean-Robert Masson.

A suivre :Pointe du Raz : Croix Celtique 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2021 4 01 /07 /juillet /2021 06:01

Le calvaire de Tronoën

Calvaire de Tronoën

Terre de grande ferveur religieuse la Bretagne compte de nombreux calvaires, dont 7 calvaires monumentaux.

Différents dans les détails, ils ont en commun un socle imposant, supportant un statuaire et dominé par 3 croix.

Évangile de pierre ou « Évangile des pauvres », c’est une bande dessinée en granite, créé pour l’instruction du peuple.

Témoignage des paroisses pour glorifier Dieu, les calvaires monumentaux furent construits de 145 à 1610 environ.

Le calvaire

Le calvaire est en granit, sauf pour les scènes de la Visitation, de la Nativité et des Rois-Mages, qui sont en Kersanton (une roche plus facile a sculpter et plus résistante à l’érosion).

Composé d’un socle à base rectangulaire de 4,50m sur 3,10m et d’une double frise qui se lit de bas en haut et dans le sens inverse des aiguilles d’une montre en commençant par la « façade est », au niveau de la stèle située devant le calvaire.

Les scènes du calvaire

L'ange de la tendresse

Quatre scènes sont remarquables :

La représentation de la Vierge dans sa maternité, allongé dans son lit, les seins nus, les cheveux défaits, et rare.

La présence des Mages (courante en Bretagne), permet de dater les sculptures en étudiant l’aspect vestimentaire des sculptures.

La descente de Jésus aux enfers où Adam et Ève viennent à sa rencontre en sortant de la gueule de l’engoulant (ou rageur, tète d’animal réel ou imaginaire).

L’ange de la tendresse, tout sourire, soulevant la chevelure du crucifié (très rare dans la représentation du Christ en croix).

Face EST

Le calvaire coté EST

Sur la partie supérieure on découvre les 3 croix, Véronique et le voile de la Face, la Piéta.

Sur la partie médiane on aperçoit la descente aux Limbes, l’apparition de Jésus à Marie-Madeleine et la flagellation.

Dans la partie inférieure, le lavement des pieds, Jésus au jardin des Oliviers et l’Annonciation.

Face SUD

Façade SUD

La partie supérieure représente la Résurrection et un soldat seul et le jugement dernier, La Cène (Jean, le Christ et quatre apôtres) ornent la partie inférieure.

Face OUEST

Côté OUEST

Un moine, la Vierge au pied du Calvaire, la Croix du Christ sont représentés sur la partie supérieure.

Comparution devant Pilate, Jésus entre deux soldats, le portement de la Croix sont ciselésr dans la partie médiane.

Sur la partie inférieure, la présentation au temple pour la circoncision.

Face NORD

Face NORD

Sculptée sur la partie supérieure, la Vierge soutenue par 2 Saintes Femmes et la Dérision ou le Christ outragé.

Sur la partie inférieure, la Visitation de Marie à Élisabeth, la Nativité avec la Vierge aux seins nus et la présentation aux Rois Mages.

La chapelle de Beuzec.

Chapelle de Beuzec

Située sur le côté du calvaire, la chapelle de Beuzec. Paroisse jusqu’à la révolution, Beuzec avait alors une vaste église dédiée à Saint Budoc, Maître de Saint Guénolé.

De cet édifice du XIIe siècle ne subsiste que le cœur, la nef étant tombée.

A l’est de la chapelle se dresse ‘Ar groas Veur’, stèle christianisée, rappelant l’ancien culte celtique.

Stèle 'Ar gros Veur'

A environ 200m de la chapelle en plein champ se trouve le dolmen de Kerugou.

A suivre : Le dolmen de Kerugou  

 

 

Partager cet article
Repost0