Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2021 6 01 /05 /mai /2021 02:07
Muguet du jardin

Fleur de printemps par excellence, sa floraison intervenant en mai, le muguet est traditionnellement une fleur qui porte bonheur.

D'après le langage des fleurs, le muguet signifie "retour de bonheur"... et qui trouve un brin de muguet à 13 clochettes sera tout particulièrement favorisé par le destin !

 

Le muguet

 

Sous une averse de lumière,

Les arbres chantent au verger,

Et les graines du potager

Sortent en riant de la terre.

 

Carillonnez ! car voici Mai !

Cloches naïves du muguet !

 

Les yeux brillants, l'âme légère,

Les fillettes s'en vont au bois

Rejoindre les fées qui, déjà,

Dansent en rond sur la bruyère.

Carillonnez ! car voici Mai !

Cloches naïves du muguet !

 

Maurice Carême (1899-1978)

 

Selon la légende, en 1560, le roi Charles IX en visite dans la Drôme reçoit un brin de muguet.

Séduit, il décide alors d'en offrir chaque année au printemps à chacune des dames de la cour en guise de porte-bonheur.

Au 1er mai, il était également d'usage, dans les campagnes, d'offrir un branchage pour chasser la malédiction de l'hiver.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 23:25
Statue de Youri GAGARINE

60 ans aujourd’hui, le 12 avril 1961, la Russie envoyait le 1er homme autour de la terre : Youri GAGARINE.

Tout a commencé 4 ans avant le 4 octobre 1957 avec le lancement du premier satellite artificiel de la Terre. Spoutnik, signifiant en russe « compagnon de route » ou « satellite ».

Spoutnik 1, est ce 4 octobre 1957, mis sur orbite par la fusée R-7, conçue par l’ingénieur Sergueï Korolev (rescapé du goulag). Les russes ayant le sens du secret il se garde bien de mentionner le nom de cet ingénieur. Le KGB présente à la presse occidentale Leonid Sedov, physicien membre de l’Académie des sciences de Russie, comme le « père » du Spoutnik.

La seule fonctionnalité de cette sphère de 58 cm de diamètre et d’une masse de 83,6 kg a été l’émission d’un « bip-bip » sur les fréquences radio 20,005 et 40,002 MHz.

Spoutnik, satellisé tournait autour de la Terre en environ 98 minutes sur une orbite elliptique à une altitude comprise entre 230 et 950 Km.

Spoutnik, a marqué le début de l’ère spatiale et un vrai traumatisme pour les États-Unis (un « Pearl Harbort technologique », titrait le New York Times. La désintégration dans l'atmosphère de Spounik 1 eu lieu le 4 janvier 1958.

Nous sommes le mercredi 12 avril 1961, tout sourire avec sa tête à la « Tintin » et à peu près la même taille (1,59m), que le journaliste des bandes dessinées d’Hergé, ce qui tombe bien pour pouvoir tenir dans ce satellite en aluminium de 2,30m de diamètre, avec un volume habitable de 1,6 m3.

La fusée géante qui permet le lancement du satellite est inspirée des principes appliqués par les nazis aux premiers missiles balistiques : les V2.

Dans son module, mis en orbite à 327 Km d’altitude, Youri Gagarine n’a rien à faire, si non que de laisser les techniciens de la base de Baïkonour guider le vaisseau.

Ce voyage de 1h 48 minutes autour de la Terre, ne fut pas de tout repos, il frôla la mort à plusieurs reprises, son module ayant été dirigé par erreur vers une orbite trop longue, il a été retenu grâce au bon fonctionnement du rétrofreinage de secours.

Pour le retour sur le « plancher des vaches », quelque part en Sibérie, il s’éjecte quelques minutes avant l’atterrissage et c’est en parachute, à 7000 mètres d’altitude qu’il termine sa balade.

Les américains ont du mal à avaler le nouvel exploit des russes. Le président John Kennedy relève le défit le 25 mai, dans un discours retentissant en promettant qu’un Américain marcherait sur la lune avant la fin de la décennie.

Gagarine, ne verra pas les premiers pas Neil Armstrong, sur la lune le 20 juillet 1969, trouvant la mort au cours d’une mission d’entrainement le 27 mars 1968, à 34 ans.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 02:35

Joyeuse Pâques

Le printemps est la pus belle saison...

Celle de Pâques  la Résurrection...

Puisse Pâques vous apporter joie, sérénité et 

nous émerveiller devant le miracle de la nature.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2021 5 19 /03 /mars /2021 17:15
Une des inscriptions sur le monument

Les ‘Batailles de Dijon’, OCTOBRE 1870-janvier 1871

Alors que le 30 octobre 1870 marque la date d'une défaite... Un fait d'armes si marquant à Dijon, quelle se verra décerner la Légion d'honneur en mai 1899. Belle fierté pour la ville de ma jeunesse.

La défense de la Côte-d'Or s'organise 

Depuis le 9 septembre, un comité de défense a été instauré et met sur pied une armée française dite "de la Côte-d'Or", dirigée par le docteur Lavalle (un "bourgeois connu pour ses ardeurs patriotiques"), comptera près de 20 000 hommes. Le 14 octobre, le département est placé en état de guerre, l’arrivée des troupes prussiennes en Côte-d'Or semble inéluctable.

Le 28, les premiers éclaireurs prussiens sont aperçus depuis le sommet de la tour Philippe Le Bon.

Le 1er bataillon des mobilisés de Côte-d'Or se dirige vers Mirebeau-sur-Bèze et tombe nez à nez avec une compagnie badoise, forte de 200 hommes. Impossible d'avancer et... impossible de reculer. Un échange de tir a lieu avant la débandade ou 400 Côte-d'Oriens sont capturés par les Allemands, d'autres meurent dans les combats ou en tentant de fuir à la nage par la Vingeanne.

Dijon lâchée par l'armée  Dijon, et dans une grande anxiété à l'égard des prisonniers (presque tous Dijonnais). Le lendemain, revenant de Lamarche-sur-Saône avec sa troupe le colonel de gendarmerie Fauconnet, entre à Dijon sous les « acclamations de la population », donne espoir aux dijonnais. Espoir vite douché comme le raconte le Dijonnais Clément Janin dans son Journal de la guerre de 1870-1871 : « Les Dijonnais se souviendront longtemps de la nuit du 28 au 29 octobre 1870. Les bulletins contradictoires annonçant la marche des Prussiens étaient littéralement dévorés. Ce soir-là, pourtant, la ville s'était couchée dans un calme relatif ; la panique causée par la déroute de nos mobilisés avait fait place à une certaine confiance. On se disait que le colonel de gendarmerie Fauconnet, nommé général (c'était prématuré), avait reçu l'ordre de défendre Dijon ; on savait que sa petite armée avait été renforcée par 2 ou 3 000 vieux soldats. Tout à coup, les tambours retentissent dans le silence de la nuit. On apprend la désastreuse nouvelle : c'est pour la désarmer qu'on réunit la garde nationale. Si l'on rassemble les troupes, c'est pour leur faire prendre le chemin de la retraite. Dijon est évacuée sans tentative de résistance. »… Au lever du jour, le 29 octobre, « il ne reste pas un soldat, pas un mobile, pas un gendarme à Dijon ». Le conseil de guerre ayant décidé la retraite de 1 600 hommes de l'armée régulière

La résistance s'organise

M. D'Azincourt, administrateur de la Côte-d'Or, tient au balcon de la mairie un discours patriote à la foule. L’historien local, Mignard, relate : « Il fit vibrer à ses oreilles les mots magiques de dévouement à la patrie et flétrit par de vives paroles la honte qu'il y aurait à livrer sans coup férir à une horde infime d'agresseurs, une ville de renom qui ne pouvait, disait-il, sans manquer à ses glorieuses traditions, dénier l'honneur de la résistance. Son langage vif et accentué, et qui faisait appel à l'honneur de toute une ville, ne pouvait manquer son effet sur la foule. » 

Au même moment alerté par un paysan que des cavaliers ennemis approchent ; des volontaires de la Côte-d'Or partent en éclaireurs en direction de Varois. Une embuscade est préparée mais un des volontaires lâche son coup de feu avant le signal. Les Prussiens prennent la fuite…. Seul un cheval est blessé. Coup de feu qui fait monter les ardeurs au sein de la population dijonnaise et qui arrive jusqu'aux oreilles du colonel Fauconnet à Beaune. Il télégraphie à l'État-major, situé à Tours : « Bonne nouvelle, Dijon proteste contre sa municipalité et veut se défendre. Je pars avec 1 600 hommes de ligne sûrs. J'aurai en outre 4 000 gardes nationaux. Je défendrai énergiquement. »

La bataille du 30 octobre

L'historien Mignard décrit l'ambiance régnant dans Dijon ce matin du 30 octobre : « Dans cette matinée pleine d'anxiété, et pendant qu'une poignée de braves étaient aux prises avec l'ennemi à quelques kilomètres de Dijon, il régnait dans cette ville une confusion inexprimable, principalement sur la place d'Armes ».

Après 2 mois sans paraître, le quotidien local « Le Bien public », dans sa première édition écrit sur cette mémorable journée :

Dès les cinq heures du matin, les francs-tireurs et les chasseurs à pied se rendirent à Varois.. Jusqu'à 11 heures, ces braves gens tinrent tête aux Badois, malgré la supériorité de leur nombre, malgré leurs canons.

A midi précis, la colonne ennemie tira trois coups de canon. Silence profond du côté des Français postés à Saint-Apollinaire, sur la route de Gray et dans les vignes qui sont derrière le clos de Montmusard. L'ennemi tira trois autres coups de canon. Personne ne répondit encore mais cinq minutes après, la fusillade s'engagea des deux côtés et la lutte devint très animée. 

La colonne allemande reste une heure et demie, immobile sur la route, tenue en échec par le feu des nôtres. Mais à partir de ce moment-là, elle gagna du terrain et vers deux heures et demie, les uniformes sombres des badois apparaissaient au haut de Montmusard. La garde nationale accourait alors seulement. La bataille de Dijon allait commencer. Elle commença presque immédiatement." (Récit dans les colonnes du Bien public du 28 décembre 1870).

C’est une bataille désorganisée côté français. Où les tripes vont plus compter que la stratégie, inexistante. Le Bien public relate : « L'ardeur des combattants était à son comble, l'entrain était tel que deux fois le drapeau parlementaire (drapeau blanc) fut arboré sur la tour de Bar fut descendu.

Le champ de bataille s'étendait sur toute la demi-circonférence de la ville, on s'est battu sans répit.

'La nuit fut triste. Un voile de deuil s'était étendu sur la cité entière.

Quant à D'Azincourt, prompt à mobiliser les troupes un peu plus tôt, a quitté la ville en direction de Beaune.

Le journal ‘Le Bien public’ cherche une explication à ce comportement : ''On attendait mieux du sang-froid d'un homme qui à deux heures encore cherchait sur la place Saint-Nicolas à rallier les fuyards et qui se trouvait à côté du colonel Fauconnet quand il tomba, frappé par la balle qui l'acheva. M. D'Azincourt a bien pu se troubler en songeant à la responsabilité que faisait peser sur lui le résultat d'une bataille qu'il eut pu épargner à la ville de Dijon". 

"500 hommes hors de combat (blessés ou tués) de notre côté, 1 700 du côté des Badois. La bataille ne reprend pas le lendemain. Mr Dubois, maire de Dijon, adjoints et membres du conseil municipal se rendent à St-Apollinaire pour négocier avec le prince Guillaume de Hohenlohe qui dirigeait l'armée allemande. Une convention est signée : les troupes badoises entrent dans la ville dès la mi-journée du 31 octobre. L'occupation de Dijon commence, elle finira le 27 décembre 1870.

Le 28 décembre toujours, Le Bien public dresse un bilan de cette journée de lutte : "500 hommes hors de combat - blessés ou tués - de notre côté, et 1 700 du côté des Badois.

Les batailles de Dijon

La bataille du 30 octobre 1870 n'est que la première d'une pièce en trois actes. Pour les deux prochains actes, le héros s'appelle Giuseppe Garibaldi.  

Du 21 au 23 janvier 1871, les forces françaises menées par l’italien Garibaldi ont affronté et vaincu les Prussiens : c’est la bataille de Dijon, la dernière de l’histoire de la Cité des Ducs.

Durant cette ‘Bataille de Dijon’ en janvier 1871 ‘L’armée de Garibaldi va résister sur les hauteurs de Talant grâce à son artillerie et va finalement repousser l’armée prussienne après 3 jours de combats assez sanglants’ relate Julien Garry, doctorant en histoire à l’Université de Bourgogne ; spécialisé dans les guerres modernes.

Et pourtant, ce général, républicain italien est chargé par le gouvernement provisoire de mener une ''Armée des Vosges''. Mais aucun officier supérieur français ne veut servir sous les ordres de cet ''étranger''. Alors cette armée sera composée de gardes nationaux venus des Alpes-Maritimes et de Savoie (deux territoires rattachés à la France depuis seulement 10 ans après une longue période de lien avec l'Italie), de corps-francs (des civils patriotes en général) ou encore de volontaires étrangers. 4 000 au départ, ils seront entre 20 et 30 000 à la fin des hostilités. (Gaudelette dans son Histoire de la guerre de 1870-1871 en Côte-d'Or)

Garibaldi signe là, l’une des seules victoires pour l’armée française de la guerre de 1871-71 contre la Prusse.

Monument sur la place du 30 octobre

La deuxième bataille de Dijon aura finalement lieu quelques semaines plus tard le 18 décembre 1870... à Nuits-Saint-Georges tenue alors par les troupes françaises. La journée s'achève sur une défaite française et un repli à Beaune. De leur côté, les Prussiens craignent un nouvel assaut et quittent Nuits dès le lendemain matin en direction de Dijon. 

Notre cité des ducs, les Badois et Prussiens vont finalement la quitter le 27 décembre.

Les derniers bataillons quittent la ville à midi. Deux heures plus tard, la garde nationale reprend son service dans Dijon. De nombreuses troupes françaises arrivent progressivement durant les jours suivants. Garibaldi et son état-major s'installent également à Dijon avec l'ordre de fortifier la ville. Dijon devient le point de départ d'une série d'attaques pour fragiliser les Prussiens et aider l'offensive principale vers Paris.

Le 21 janvier 1871, 4 000 Prussiens menés par le général Kettler arrivent sur Dijon. Les combats vont faire rage jusqu'au 23 janvier, les faubourgs de la ville sont pilonnés par l'artillerie allemande tandis que Garibaldi charge sur le champ de bataille. La déroute ennemie est totale. 

Garibaldi rentre à la préfecture de Dijon à 5 heures sous les hourras de la foule. Cinq jours après cette victoire, l'armistice est signé par le gouvernement provisoire, mais elle ne concerne pas les zones où opère l'armée de l'Est. Une occupation commence alors dans la région. Les troupes allemandes resteront à Dijon jusqu'en octobre 1871.

Plaque de la place du 30 octobre

On ne compte pas les rues dont les noms font référence à cette période (avenue du Drapeau, la rue Général-Fauconnet, rue Jean-Baptiste Fournerat, rue Siméon...) et il y a la place du 30-Octobre et de la Légion d'honneur. Un nom complet rarement utilisé mais qui rappelle que Dijon a reçu, comme 9 autres villes de France, cette distinction pour ''avoir donné, le 30 octobre 1870, la preuve éclatante du patriotisme de ses habitants". Une place au centre de laquelle figure un monument commémoratif installé à partir de 1874. Une œuvre sur laquelle sont inscrits 121 noms. Ceux de 63 militaires, dont le général Fauconnet, et de civils tués le 30 octobre ou décédés des suites de leurs blessures. Aujourd’hui ce monument se dégrade, dommage que la ville oublie ses heures de gloire !     

Sources : Le Bien public. Histoire de la guerre 1780 en Côte d’Or

Partager cet article
Repost0
13 mars 2021 6 13 /03 /mars /2021 22:26

Bilan Humain

L’historien François Roth estime que le conflit a causé 127 883 tués, blessés et disparus côté français et

28 596 officiers, sous-officiers, hommes de troupe décédés par maladie (typhoïde, typhus, dysenterie et surtout la variole), soit au total environ 156 479 décès.

130 000 chez les Prussiens et leurs alliés (ouvrage ‘la guerre de 1870’ Hachette littératures). Von Molke, confirme ce chiffre en reconnaissant la perte de 6 247 officiers er 123 463 hommes de troupe. Sur cette période excédent à peine six mois, il faut considérer deux périodes correspondant à trois théâtres d’opérations différents :

Les pertes sous Napoléon III.

Cette première période, de début août à fin octobre 1870 (même si elle chevauche pendant près de deux mois la suivante) correspond aux combats et batailles menés par l’armée impériale aux frontières, puis autour de Metz. Affrontements couteux pour les deux camps, mais d’avantage pour les Prussiens et leurs alliés (65 200 contre 50 600 pour les français).

Pertes sous la deuxième période.

La deuxième période est celle du Gouvernement de la Défense nationale, qui s’étend de la chute du Second Empire le 4 septembre 1870 jusqu’à l’armistice du 28 janvier 1871. Elle couvre deux opérations différentes :

  • Les combats autour de Paris et
  • Ceux menés en province.

Sur cette période de quatre mois et trois semaines, les pertes allemandes se montent à 57 000 hommes et les pertes française s’élèvent à près de 80 000 hommes. Pour les seules opérations destinées à forcer le blocus de Paris, les troupes allemandes perdent 12 109 hommes et les troupes française 28 450 hommes, soit plus du double.

Durant cette période, les pertes françaises, beaucoup plus élevées s’expliquent par la qualité des troupes, les conditions de vie en campagne, ainsi qu’aux dispositions médicales prise avant l’entrée en guerre. Les allemands ont une préparation et une organisation rigoureuses, ils sont bien armés et bien commandées.

Pour nous français, les nouvelles armées mises sur pieds n’ont plus rien à voir avec les armées impériales, qui étaient de la même valeur que celle de l’adversaire. A partir de courant septembre, après la capitulation de l’armée de Châlon, à Sedan et le blocus de l’armée du Rhin à Metz, le Gouvernement de la Défense nationale ne peut opposer à l’Allemagne que des troupes réunies à la hâte, provenant essentiellement de la garde nationale mobile puis de la garde nationale mobilisée. Nos troupes bien qu’armées et équipées à peu près correctement manquent de cohésion et sont insuffisamment encadrées. En matière de vie de campagne, les Prussiens cantonnaient, c’est-à-dire qu’ils logeaient chez l’habitant et … à ses dépens, alors que les troupes françaises bivouaquaient en rase campagne et pas forcément sous la tente. L’hiver 1870-71 ayant été particulièrement vigoureux, on imagine les conséquences sur les uns et les autres.

Quant aux conditions médicales, elles ont été plus efficaces chez les Prussiens que chez les Français. En effet, peu avant la guerre, une épidémie de variole sévissait en France, or le vaccin antivariolique (il existait depuis 1796) était relativement efficace qu’avec la pratique du rappel… mais les français ne la pratiquait pas !! (Sur 8500 hommes contaminés, les Prussiens n’en perdirent que 450 (5%), alors que les Français sur 125 000 cas, en perdent 23 500 (19%). De plus, les médecins miliaires allemands étaient autonomes, alors que médecins français dépendaient de l’Intendance, les privant de toutes initiatives. Rajoutons à cela les décès en captivité en Allemagne (17 000 selon l’historien François Roth).

En conclusion

Le coût de cette guerre fut élevé en vies humaines. L’armée française s’est battue, non sans mérite et parfois avec succès et de l’autre les Prussiens et leurs alliés n’ont gagné la guerre qu’au prix fort.

La guerre en quelques dates :

13 juillet 1870 : La dépêche d’Ems

19 juillet 1870 : La France déclare la guerre

6 août 1870 : Bataille de Frœschwiller et Reichshoffen

2 septembre 1870 : Défaite de Sedan

19 septembre 1870 – 28 janvier 1871 : Siège de Paris

19 – 20 février 1870 : Entrevue Favre - Bismarck au château de Ferrières

27 octobre 1870 : Bazaine capitule à Metz

18 janvier 1871 : Proclamation de l’Empire Allemand

18 février 1871 : Belfort se rend après 103 jours de siège

18 mars 1871 : Début de la Commune de Paris

10 mai 1871 : Traité de paix de Francfort.

(A suivre)..

Sources : les amis d’Hérodote, Wikipédia,

Partager cet article
Repost0
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 11:34

La Commune de Paris

Bismarck,     pensait qu’un conflit armé avec la France était inévitable, comme il l’a reconnu dans son livre de souvenirs : « je ne doutais pas de la nécessité d’une guerre franco-allemande avant de pouvoir mener à bien la construction d’une Allemagne unie ». Cette certitude allait de pair avec la conviction qu’il exprimait ainsi : « Si les Français nous combattent seuls, ils sont perdus ».

Ses déclarations sur la nécessité d’une guerre franco-allemande furent résumées en une formule lapidaire mais directe : « Sans Iéna, pas de Sedan ».

Une défaite jouée d’avance ?

Pas certains. Mieux commandée, l’armé du Rhin, ne manquait pas de valeur, elle était en mesure de tenir la « la dragée haute » aux Prussiens et à leurs alliés, de les manœuvrer et même de les battre… Seulement elle était mal commandée et la campagne du mois d’août 870, fut une suite d’occasion manquées.

La Défense nationale, les armées de provinces ont tenu les Prussiens et leurs alliés en échecs à plusieurs reprises, ils auraient pu les mettre d’avantages en difficulté si leurs actions avaient été mieux coordonnées. Par ailleurs, le prolongement de la guerre commençait à peser sur les populations allemandes et ce n’est que grâce à la poigne de fer de Bismarck que le conflit a été mené à son terme.

Les conséquences de la guerre : la commune de Paris.

La déception face à la défaite et les épreuves imposées par le blocus de plus de quatre mois débouche sur une insurrection générale qui couvait dans la capitale depuis août 1870. Elle éclate le 18 mars 1871. Le gouvernement et l’assemblée se replient alors sur Versailles et à Paris, se constitue un gouvernement particulier prenant l’appellation « Commune de Paris ».

A Versailles, Thiers reconstitue l’armée française et prend ses dispositions pour reconquérir Paris. Après un siège en règle, l’armée de Versailles entre dans la capitale et en reprend le contrôle au terme d’une semaine de combat (21 au 28 mai), à laquelle on a donné le nom de « semaine sanglante ».

Bilan de la commune de Paris

Rapporté par le général Appert devant l'Assemblée nationale en 1875, Le bilan officiel, fait état de 43 522 arrestations, dont 819 femmes et 538 enfants, on en relâche près de 7 700 qui avaient été arrêtés par erreur.

Pour les prisonniers parqués au camp de Satory, le calvaire continue : aucune hygiène, peu de soins pour les blessés, les épidémies se développent. On abat 300 prisonniers pour tentative de fuite dans la nuit du 27 mai au 28 mai.

Des prisonniers fédérés furent transférés dans les pontons et ports de l'ouest de la France : Brest, Lorient, Cherbourg et Rochefort. Ces transferts eurent lieu dans des wagons à bestiaux dans des conditions sanitaires volontairement déplorables (Environ 20 000 y furent détenus pendant plusieurs mois, au moins 1 000 y moururent).

L’armée versaillaise dénombre officiellement 877 tués, 6 454 blessés et 183 disparus auxquels il faut ajouter une cinquantaine d’otages fusillés par les communards.

L’esprit de revanche

La défaite contre l’Allemagne est sans appel. La perte de l’Alsace et la Lorraine provoque un sursaut patriotique qui va permettre au pays de se redresser, de fonder une nouvelle armée. A ce refus de la défaite a été donné le nom « d’esprit de revanche » et ce mouvement de redressement qui va s’écouler de 1871 à 1914 va ressembler à une longue veillée d’armes. (à suivre)  

Sources : les amis d’Hérodote, Wikipédia,

Partager cet article
Repost0
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 23:55

La déclaration de guerre : Le 19 juillet 1870, la France mobilise 265 000 hommes, sur un front de 265 km, de Thionville à Bâle.

La Prusse et ses alliés d’Allemagne du sud alignent près de 600 000 hommes.

Les trois armées placées sous le commandement du comte Helmuth von Moltke (que l’on retrouvera en 1914), remarquable stratège.

Six semaines de guerre : Dès le 6 août, une armée française est battues à Forbach et perd la lorraine. Le même jour, le maréchal Mac-Mahon est battu à Froeschwiller-Woert et perd l’Alsace en dépit de la charge héroïque des cuirassiers à Reichshoffen. Le maréchal Bazaine, nouveau commandant en chef, se laisse enfermer dans Metz. L’empereur (affaibli par la maladie), rejoint le maréchal Mac-Mahon au camp retranché de Châlon et tente de secourir Bazaine, mais ils doivent finalement rendre les armes à Sedan le 2 septembre 1870.

La défaite est principalement due au haut commandement en général, qui s’est montré indécis et défaillant tout au long des six semaines. Les soldats eux, n’ont pas failli avec leur Chassepot qui était plus précis, plus rapide et de plus longue portée que le fusil prussien Dreyse, toutefois les français avec leurs canons en bronze se chargeant par la bouche étaient désuets en comparaisons des nouveaux canons Krupp en acier, avec chargement par la culasse.

Cette capitulation entraine la chute du régime et la proclamation de la République….

Proclamation de la République

Le 4 septembre, à Lyon et à Paris, à l’annonce du désastre, les opposants proclament la République. Le Gouvernement de la Défense Nationale, qui s’est saisi du pouvoir, décide de relancer la guerre quand il comprend, à l’issue de l’entrevue secrète de Ferrières que les Allemands projettent d’annexer l’Alsace et une partie de la Lorraine.

L’entrevue secrète de Ferrières

Deux semaines après le renversement de Napoléon III et la proclamation de la République et après avoir obtenu à Sedan la capitulation d'une armée française, les 19 et 20 septembre 1870, Jules Favre, ministre français des Affaires étrangères et Otto Von Bismarck le chancelier allemand se rencontrent secrètement au château de Ferrières-en-Brie, (près de Meaux), en vue de concilier leurs points de vue sur le traité de paix qui devra mettre fin à la guerre franco-prussienne déclenchée deux mois plus tôt, le 19 juillet 1870.

Cette rencontre débouche sur un échec et va tragiquement relancer la guerre et inaugurer 75 ans de haine entre la France et l'Allemagne...

La guerre est relancée

Réussissant à lever plus de 600 000hommes, Léon Gambetta organise à Tours une armée de la Loire en vue de mener une « guerre à outrance ». Sa folle entreprise suscite le ralliement de Garibaldi et même des « zouaves pontificaux », des jeunes gens, sans uniforme constituent des unités de francs-tireurs et s’en prennent aux arrières des troupes allemandes (en cas de capture, ils sont immédiatement fusillés).

Par manque d’encadrement (officiers), de matériel, le peu d’intérêts des hommes pour cette guerre absurde et par la capitulation de Bazaine, plus soucieux de « défendre l’ordre social contre les mauvaises passions » que la patrie en danger, les efforts de Gambetta ne parviennent pas à emporter des victoires.

Le siège de Paris

Affamés par un siège impitoyable de cinq mois, durant l’hiver 1870-1871, les Parisiens tentent dans un effort désespéré et suicidaire une « sortie torrentielle » à Buzenval, le 20 janvier 1871.

D’humiliation en humiliation.

Le 18 janvier, toute l’aristocratie l’Allemagne proclame l’Empire dans la galerie des glaces de Versailles et dix jours plus tard, le 28 janvier, l’armistice est signé par Jules Favre pour quatre semaines, le temps d’élire une nouvelle assemblée car Bismarck veut que le traité de paix soit avalisé par un gouvernement légitime.

Dans un ultime acte d’héroïsme, le colonel Denfert-Rochereau, gouverneur de Belfort, sur ordre d’Adolphe Thiers, rend les armes après 103 jours de siège.

Le 1er mars 1871, les vainqueurs défilent dans la capitale endeuillée et silencieuse.

Abandonnés par le nouveau gouvernement, saturés d’humiliations, des Parisiens proclament une Commune insurrectionnelle.

Le traité de Francfort.

Le 10 mai 1871 à Francfort-sur-le-Main, consacre la victoire allemande et entraine de ce fait l’annexion par le Reich de l’Alsace (excepté le Territoire de Belfort) et d’une grande partie de la Lorraine (qui sera récupérée qu’en 1918).

La France doit également supporter l’occupation d’un bon tiers de son territoire jusqu’à ce que le total du paiement d’une indemnité de 5 milliards de francs-or, soit réglée. Ce sera chose faite en septembre 1873 avec 6 mois d’avance sur les échéances convenues. ...  (à suivre)

Sources : les amis d’Hérodote, Wikipédia,

Partager cet article
Repost0
18 février 2021 4 18 /02 /février /2021 17:23
Statue du Lion de Belfort de Bartholdi. Long 22 m - Haut 11 m

Il y a 150 ans, le 18 février 1871, après un siège de 103 jours, le colonel Denfert-Rochereau quitte Belfort pour Grenoble et l’armée prussienne prend possession de la ville.

Le 150e anniversaire de la guerre franco-prussienne de 1870-1871 a provoqué peu d’écho au plan national. Pourtant, ce conflit de courte durée entre juillet 1870 et janvier 1871 (6 mois) a profondément marqué les hommes et les femmes de l’époque.

Je vous propose en quelques articles de revenir sur ce fait militaire majeur.

Pour la première fois l’Allemagne met en œuvre une artillerie moderne.

La perte de l’Alsace -Lorraine fut vécue comme une défaite humiliante et a nourri un contentieux franco-allemand de 75 ans et les deux conflits mondiaux du XXe siècle.

Le bilan humain (alourdi par les épidémies) et matériel de cette guerre est lourd au regard de sa brièveté : 51 000 morts côté allemand et 139 000 morts côté français.

La mémoire de ceux qui ont donné leur vie méritent de les sortir de l’oublie et selon la devise des vétérans : « Oublier, jamais ! ».

Le contexte.

La guerre franco-allemande s’inscrit dans le contexte troublé du XIXe siècle où les aspirations nationales des peuples s’exprimèrent sans toujours aboutir à la création d’un État-nation.

Napoléon III

 

 

 

 

En France, Napoléon III, devenu empereur des Français en 1852, souhait un remaniement de la carte de l’Europe. Selon lui, les mouvements nationaux étaient un facteur d’instabilité qu’il fallait canaliser pour permettre l’avènement d’une Europe nouvelle, rééquilibrée, pacifiée par le respect du principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et de la souveraineté nationale.

 

 

 

Otto Von Bismarck

 

 

 

 

 

Tout autre était la vision d’Otto Von Bismarck, ministre-président de Prusse, qui issu de la noblesse terrienne, était conservateur. Selon sa formule : « l’Allemagne ne s’intéresse pas au libéralisme de la Prusse mais à sa force (…). La Prusse doit rassembler ses forces et les tenir en réserve pour un moment favorable qu’on a déjà laissé passer plusieurs fois. Depuis les traités de Viennes, nos frontières ne sont pas favorables au développement de notre État. Ce n’est pas par des discours et des votes de majorité que les grandes questions seront résolues, comme on l’a cru en 1848, mais par le fer et le sang ».

 

 

 

 

 

 

Manipulation diplomatique et politicienne.

La France et l’Allemagne, qui éprouvait jusque-là de la sympathie l’une pour l’autre, vont désormais se percevoir comme des « ennemies héréditaires ».

Le drame qui confronte deux personnalités contraires :

  • Le chancelier allemand Otto Von Bismarck, un géant voué tout entier à la gloire de la Prusse et
  • Napoléon III, autocrate pétri de bons sentiments et que révulse un champ de bataille.

Guillaume Frédéric Louis de Hohenzllerm (1797-1888), septième roi de Prusse de 1861 à 1888 et le 1er empereur allemand de 1871à1888 sous le nom de Guillaume 1er.

Dès le début de son règne comme roi, il appelle au pouvoir l’ultra-conservateur Otto Von Bismarck. Le chancelier comprends qu’il ne pourrait agrandir la Prusse qu’à la condition de neutraliser l’Autriche et la France et va donc les attaquer l’une après l’autre.

L’Autriche est défaite à Sadowa en 1886 et laisse ainsi les mains libres à l’Allemagne. Bismarck peut ainsi constituer une Confédération de l’Allemagne du Nord (21 états). Le chancelier aspire à achever l’unité allemande en rassemblant le nord et le sud dans une guerre contre la France.

La France juste avant le conflit. La France a l’apparence d’une grande nation, mais son armée est usée par les épopées coloniales et pas en état de soutenir une guerre moderne.

Napoléon III conscient du problème, entreprend une grande réforme de l’armée en 1868. Avec son ministre de la Guerre (le maréchal Alphonse Niel), qui institue la garde mobile et dote les fantassins du nouveau fusil le « Chassepot » (Niel mourra avant d’avoir terminé sa réforme).

Le 8 mai 1870, un référendum offre un éclatant satisfecit au régime impérial.

Le chancelier convint les États d’Allemagne du sud de s’unir avec la Prusse pour combattre l’ennemi commun : la France. 

La dépêche d’Ems : le motif du déclenchement

La dépêche d'Ems est un imbroglio diplomatique mineur, réglé à l’amiable (la candidature d’un prince allemand au trône d’Espagne, retirée à la demande de la France), transformé en un camouflet insupportable pour les dirigeants français de l’empire.

Il s'agit principalement d'un télégramme officiel envoyé le 13 juillet 1870 par le chancelier Otto von Bismarck à toutes les ambassades, en s'inspirant d'un article publié la veille par le Deutsche Allgemeine Zeitung sur un très court dialogue entre le roi de Prusse Guillaume Ier et l’ambassadeur de France à Berlin, qui servi de prétexte pour engager la guerre franco-allemande de 1870.... (à suivre)

 

Sources : les amis d’Hérodote, Wikipédia

Partager cet article
Repost0
13 février 2021 6 13 /02 /février /2021 17:15

Premier ministre du 1er Gouvernement de Georges Pompidou du 20 juin 1969 au 05 juillet 1972.

Jacques Chaban-Delmas

Georges Pompidou ne croyait qu’aux germinations lentes (…). J’étais, je suis tout autre. Je me refuse aux fatalités. Je pense que l’homme est maître de son destin, qu’il doit s’affirmer comme tel.

Fervent soutien du général De Gaulle, Jacques Chaban-Delmas (Jacques Delmas, dit), très impliqué dans la Résistance, s'ancre à Bordeaux dont il fut le maire pendant quarante-huit ans. Sa carrière politique traverse toute la seconde moitié du XXe siècle (16 ans président de l’Assemblée nationale, Premier ministre du président Georges Pompidou de 1969 à 1972).

 

Jacques Delmas est né le 7 mars 1915 à Paris. En 1933, après son baccalauréat, il entre au quotidien l'Information tout en poursuivant ses études. Diplômé de l’École libre des sciences politiques en 1937, licencié en droit en 1938, titulaire de deux diplômes d'études supérieures, (l'un en économie politique, l'autre en droit public), il sort major de sa promotion à l'école militaire de Saint-Cyr en 1939.

 

Après la défaite de juin 1940, il veut rejoindre la France libre mais ses contacts l’orientent vers la Résistance intérieure. Travaillant au ministère de la Production industrielle, il participe au réseau de renseignement "Hector". Pour mieux servir la Résistance, il entre à l’Inspection générale des finances en 1943 et poursuit son ascension dans la Résistance sous le nom de "Lakanal" puis "Chaban".  Très impliqué dans les opérations de préparation de soutien de la Résistance au débarquement, il joue un rôle central lors de la libération de Paris.

 

A 29 ans, en 1944, il est plus jeune général de brigade de l’armée française depuis le Premier empire, il est élevé à la dignité de compagnon de la Libération. Après la guerre, en 1946, il est élu Député de la Gironde (Parti radical), puis maire de Bordeaux pendant 48 ans, d’octobre 1947 à juin 1995, ce qui lui vaut le surnom de "duc d’Aquitaine’. Dans le gouvernement Mendès France (1954), Il devient ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.

 

Il sera ministre d'État chargé des Anciens combattants dans le gouvernement Mollet (1956) et ministre de la Défense nationale et des Forces armées dans le gouvernement Gaillard (1957). C’est un sportif de haut niveau : international de rugby et champion de France de tennis.

Gaulliste, Il participe à la fondation du RPF en 1947, puis à celle de l’UNR. Présidant de l’Assemblée nationale de 1958 à 1969, puis d’avril 1978 à mai 1981 et d’avril 1986 à juin 1988. En 1959, il propose une lecture de la nouvelle Constitution qui distinguerait un "domaine réservé" du président de la République (Défense, Affaires étrangères), de la question des affaires intérieures, prises en main par le Premier ministre.

 

JACQUES CHABAN-DELMAS À L'HÔTEL DE MATIGNON :

Jacques Chaban-Delmas présida l'Assemblée nationale à trois reprises, il sera nommé Président d’honneur de l’Assemblée nationale en 1996). Georges Pompidou, élu à la présidence de la République, le nomme Premier ministre (juin 1969 à juillet 1972). Avec Chaban-Delmas, c’est l’ouverture dans la continuité et, pour Georges Pompidou, il s’agit à la fois de la caution des gaullistes historiques (les "gaullistes de guerre") et d’une certaine ouverture à gauche. En effet, Chaban-Delmas ne veut pas être dans un "camp".

Le Premier ministre a une excellente connaissance du milieu parlementaire et le souci de la préservation des droits du Parlement afin d’équilibrer la République gaullienne. Sur le plan social, les grandes lois de l’ère Chaban-Delmas procèdent d’une certaine vision de la société qui souhaite substituer une organisation contractuelle à une situation conflictuelle.

Parmi ses grandes réformes, la mensualisation des salaires pour tous, qui met fin à la distinction entre les employés payés au mois et les ouvriers payés à l’heure ou au rendement. Le Smic remplace le Smig. Le Premier ministre fait également voter la loi du 16 juillet 1971 garantissant à tout salarié l’accès à la formation, assorti d’un droit au congé-formation.

La réforme de la loi de 1950 sur les conventions collectives, menée par le ministre du Travail Joseph Fontanet, ouvre des possibilités nouvelles en matière sociale. Jacques Chaban-Delmas fait voter, en 1970, une loi qui institue l'autorité parentale partagée entre le père et la mère (auparavant seule l'autorité paternelle était reconnue).

Les divergences entre le Premier ministre et le Président s’accumulent. En délicatesse avec la thématique de la nouvelle société, et en désaccord courtois sur la nature de l’équilibre des pouvoirs entre les deux têtes de l’exécutif, Jacques Chaban-Delmas est invité à démissionner par Georges Pompidou en juillet 1972.

 

LES PRINCIPALES LOIS DU GOUVERNEMENT CHABAN-DELMAS

  • Loi portant création du Smic (janvier 1970)
  • Loi Hoguet réglant les rapports entre bailleurs et locataires (activités commerciales)
  • Loi relative à l'autorité parentale (4 juin 1970)

L'APRÈS-MATIGNON :

A la mort de Georges Pompidou, Chaban-Delmas se présente à l’élection présidentielle de 1974. Avec 15,1% des suffrages, il n’arrive qu’en troisième position après François Mitterrand et Valéry Giscard d'Estaing. Il conserve ses mandats en Aquitaine (président du conseil régional, maire de Bordeaux) ; Jacques Chaban-Delmas est de nouveau élu président de l’Assemblée nationale de 1978 à 1981 et de 1986 à 1988. En juin 1995, il décide de ne pas se représenter à la mairie de Bordeaux et cède sa place à Alain Juppé. Il décède le 10 novembre 2000 à l'âge de 85 ans.


 Sources : Gouv.fr    Suite : Pierre Mesmer

Partager cet article
Repost0
7 février 2021 7 07 /02 /février /2021 22:43

Le référendum du 27 avril 1969 rejeté par 52,41% de ‘non’, Charles de Gaulle démissionne de la présidence de la République, le gouvernement reste en place durant l'intérim d'Alain Poher du 28 avril au 20 juin 1969.

Maurice Couve de Murville présente la démission de son gouvernement après l'élection présidentielle de Georges Pompidou en juin 1969.

Portrait officiel de Georges Pompidou

2ème Président de la Vème République. Il succède au Général de Gaulle le 19 juin 1969. Il décéde en cours de mandat le 2 avril 1974.

Georges Pompidou est né le 5 juillet 1911 à Montboudif village d'Auvergne de parents instituteurs.

Le futur Président fit ses études à Albi jusqu'au baccalauréat, obtenant un premier prix au concours général de version grecque. Il restera très attaché au pays d'origine de sa famille et se référera constamment aux valeurs de l'école républicaine : "droiture et travail ; respect du mérite et des vertus de l'esprit".

Il vint ensuite préparer l'École Normale Supérieure au Lycée Louis-le-Grand à Paris et réussit le concours en 1931. Premier à l'agrégation des lettres en 1934 et diplômé de l'École libre des Sciences Politiques, il enseignera trois ans à Marseille puis à Paris.

Georges Pompidou a été pendant près de vingt-cinq ans un collaborateur très proche du Général de Gaulle. Il est entré dans l'histoire de France en devenant son Premier ministre durant plus de six ans et en lui succédant à la présidence de la République pendant cinq ans.

En avril 1969 le projet de régionalisation et de réforme du Sénat rejeté par le peuple français, une nouvelle élection présidentielle s'ouvrit le 15 juin 1969.

Georges Pompidou fut élu au deuxième tour avec plus de 11 millions de voix (58,2 % des suffrages exprimés) contre moins de 8 millions à Alain Poher (Président du Sénat, ayant assuré l’intérim après le départ du général de Gaulle).

Après cette élection la Constitution resta appliquée : la prééminence du Président de la République fut confirmée. Une majorité présidentielle se dessine, marquant un nouveau mode de coopération entre le Gouvernement et le Parlement.

La politique internationale a toujours été la première des responsabilités des chefs d'État de la Ve République.

L'Europe étant en crise elle ne progresse plus ; le Marché commun agricole risquait de régresser faute de financement.

Georges Pompidou' convaincu que la prospérité de notre pays et la possibilité pour la France de continuer à jouer un rôle dans le monde dépendaient de la réussite de l'Europe. Il renoue la négociation avec le Premier ministre britannique Edward Heath fervent européen lui aussi.

En décembre 1969 il suscite, le sommet européen de La Haye qui rétablit la concorde entre les six membres fondateurs de la Communauté Européenne.

Il définit les conditions de la négociation avec la Grande-Bretagne, amorce l'Union Économique et Monétaire et ébauche une coopération politique destinée à déboucher sur l'Union Politique inscrite par les négociateurs dans leurs conclusions.

A Paris, les 20 et 21 mai 1971, Georges Pompidou et Edward Heath t annoncent leur accord sur les conditions de l'élargissement (confirmé par la signature du Traité le 22 janvier 1972 et le référendum du 23 avril 1972).

L'Europe peut ainsi repartir de l'avant et l'entente franco-allemande restant un fondement essentiel de notre politique extérieure et la base irremplaçable de la coopération européenne.

La réussite de l'Europe élargie nécessitant une bonne entente avec les dirigeants des États-Unis et de l'U.R.S.S., le Président de la République réserva aux États-Unis son premier voyage officiel à l'étranger en février-mars 1970.

La France n'a pas pour autant renoncé à son indépendance vis-à-vis des États-Unis, il rencontra à trois reprises le Président Richard Nixon, notamment en décembre 1971 aux Açores où ils fixèrent ensemble les grandes lignes d'une réorganisation monétaire mondiale (sans résultat durable).

Avec l'U. R.S.S. alors dirigée par Leonid Brejnev ainsi qu'avec les autres pays de l'Est des relations d’étroites s'établirent. Cinq rencontres eurent lieu, en cinq ans, entre Leonid Brejnev et Georges Pompidou.

La conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe à laquelle s'attacha Georges Pompidou dès septembre 1969, permit de commencer à sortir de l'emprise des deux grands blocs pour déboucher après la mort du Président Pompidou sur l'émancipation des États à leur égard.

Sous son mandat la France poursuivit sa coopération politique et économique avec tous les pays indépendants et en priorité avec ceux d'Afrique francophone.

Pour mener cette politique active avec des chances de succès Georges Pompidou privilégia la croissance dans la préparation du VIe Plan.

En cinq ans de 1968 à 1973, le volume de biens et services mis à la disposition des Français s'accrut de plus de 40 %, et l'industrie fournit chaque année près de 100 000 emplois supplémentaires.

Le nombre des très grandes entreprises et celui des établissements de taille moyenne restant cependant insuffisants comparés à ceux de nos principaux concurrents, il engage une politique pragmatique de regroupement et de restructuration ayant pour objet d'y remédier :

  • Quatre-cents kilomètres d'autoroutes supplémentaires furent mises en chantier
  • Chaque année le retard de notre réseau téléphonique commença à se résorber
  •  La décision de construire le premier T.G.V. Paris-Lyon fut prise et à la suite de la crise pétrolière'
  • Un vaste programme de construction de centrales électro-nucléaires fut lancé ce qui donna à la France une indépendance énergétique sensiblement supérieure à celle de ses voisins.

Cet effort d'équipement s'élargit à une grande partie de l'Europe.

A l'initiative de la France' un programme européen de lanceurs et satellites fut adopté en 1973 qui permet' aujourd'hui encore à l'Europe d'être la première sur le marché mondial.

 

Les fruits de la croissance permirent aussi d'améliorer le cadre de vie et d'offrir à chacun des chances accrues d'épanouissement personnel :

  • La crise du logement fut résorbée avec la construction chaque année de quelque 500.000 logements.
  • Le budget de l'Éducation nationale dépassa désormais celui de la Défense.
  • Un nouveau ministère celui de l'Environnement fut créé pour donner aux villes et aux campagnes de France un visage plus accueillant.
  • L'agriculture grâce aux débouchés du Marché commun et à une politique différenciée selon les régions maintint en vie la plus grande partie de la France rurale.
  • Et une politique ambitieuse de la Culture fut conduite symbolisée par le Centre qui porte aujourd'hui son nom.

En matière sociale un effort sans précédent fut mené pour diminuer les inégalités et réduire les injustices par la loi et la politique contractuelle de :

  • Mensualisation des ouvriers (nouvelle loi sur le salaire minimum)
  • Actionnariat des salariés, extension de la formation professionnelle accroissement et aménagement des retraites
  • Renouveau de la politique familiale et des aides personnelles au logement préparation d'une loi sur les handicapés.

Tout n'avait pas encore abouti à la fin d'un mandat présidentiel qui s'interrompit brutalement le 2 avril 1974 après quatre ans et neuf mois seulement.

Le bilan est néanmoins considérable et la France a été conduite jusqu'au dernier jour ‘avec fermeté et lucidité’ comme en ont témoigné ceux qui assistaient au dernier Conseil des ministres présidé par Georges Pompidou moins d'une semaine avant son décès.

Sources : Association Georges Pompidou, Archives nationales,

INA. Suite : Jacques Chaban-Delmas.

Partager cet article
Repost0